Rein : anatomie, rôle, taille, problèmes, examens

Chargement de votre vidéo
"Rein : anatomie, rôle, taille, problèmes, examens"

Organes vitaux, les reins assurent de nombreuses fonctions au sein de notre organisme. Rôles, anatomie, maladies des reins... Le Journal des Femmes fait le point avec le Dr. Nicolas Maillard, néphrologue au CHU de Saint-Etienne.

Définition : qu'est-ce qu'un rein ?

Les reins font partie de l'appareil urinaire. Homéostasie, fonctions hormonales, régulation de la pression sanguine, filtration et élimination des déchets... Bien qu'il soit possible de vivre normalement suite à l'ablation d'un rein, ces organes assurent des fonctions essentielles à l'organisme. "Dans les reins, les glomérules sont les unités de filtration du sang. Elles produisent l'urine primitive. Par un travail de réabsorption, l'urine primitive est remodelée dans des tubules qui ont pour principale fonction de réabsorber une grande partie de l'eau, du calcium, du potassium, du sodium qu'elle contient. Un système qui permet la récupération de tous les éléments dont l'organisme a besoin et l'élimination de ce qui n'est pas nécessaire à l'organisme", explique Nicolas Maillard, néphrologue au CHU de Saint-Etienne.

Anatomie d'un rein

Les reins sont deux organes situés dans la partie postérieure de l'abdomen au niveau des régions lombaires, de part et d'autre de la colonne vertébrale. Eléments de l'appareil urinaire, les reins sont reliés à la vessie par deux grands canaux, les uretères. En moyenne, selon l'institut national du cancer, un rein mesure environ 12 centimètres de hauteur, 6 centimètres de largeur et 3 centimètres d'épaisseur. Il est composé de tubules, de vaisseaux et de glomérules. "Les reins ont une architecture microscopique, l'essentiel n'est pas visible à l'oeil nu. On y retrouve de toutes petites structures, les glomérules, qui jouent un rôle majeur dans la filtration des déchets. Ces glomérules sont de petites unités de filtration, au nombre d'un million environ dans chaque rein", précise Nicolas Maillard.

anatomie reins
Anatomie du système urinaire © 123RF

Quels sont les rôles du rein ?

Rôle de filtration : "La première fonction du rein est la fonction d'épuration du sang de ce qu'on appelle les toxines urémiques soit toutes les molécules qui s'accumuleraient dans le sang en l'absence de reins. Il existe plus de 500 molécules connues, autant qui ne le sont pas", précise notre expert. "Les reins assurent également une fonction de détoxification, sous l'action cette fois, des cellules tubulaires."

⇒ L'homéostasie : "Il s'agit du maintien dans le corps d'une quantité nécessaire d'eau, de sodium, de potassium ou encore de chlore." Les reins gèrent la gestion de ces équilibres et assurent les sorties de plusieurs éléments du corps dont :  

  • L'eau : les reins éliminent la quantité d'eau en excès ; une élimination propre à la fonction rénale.
  • Le sodium, le potassium : en cas d'insuffisance rénale, leur accumulation peut aussi en faire des toxines urémiques.

Fonctions endocriniennes. Les reins contribuent notamment à la production des globules rouges grâce à la sécrétion de l'érythropoïétine qui stimule la moelle osseuse et entraîne la production d'hémoglobine et de globules rouges. Ils transforment la vitamine D, obtenue dans l'alimentation ou par l'exposition de la peau au soleil, en vitamine D dite active, également appelée le calciférol, qui permet l'absorption du calcium et du phosphore au niveau intestinal. Les reins sécrètent la rénine, hormone qui participe à la régulation de la pression artérielle.

Gestion de l'équilibre acido-basique : "Il s'agit d'un équilibre entre l'acidité et l'alcalinité du corps qui permet un contrôle étroit du pH et qui assure le bon fonctionnement des cellules et du sang notamment."

Les maladies rénales chroniques 

Les symptômes et les problèmes des reins dépendront de la quantité restante des fonctions rénales. "Dans la plupart des cas, il s'agit de maladies progressives qui entraînent une insuffisance rénale chronique à des niveaux divers", commente le néphrologue qui énumère les problèmes et maladies des reins :

Les causes de maladies rénales chroniques les plus fréquentes :  

  • La glomérulosclérose diabétique : le diabète entraîne une atteinte fréquente des glomérules, cause d'insuffisance rénale chronique la plus fréquente.  
  • Les maladies glomérulaires inflammatoires comme la maladie de Berger
  • Certains médicaments sont dits néphrotoxiques. Dans ce cas, il s'agit d'une atteinte des tubules.
  • Les maladies urologiques : les calculs, les malformations de l'appareil urinaire peuvent entraîner une insuffisance rénale chronique, d'origine urologique. Il s'agit là encore d'une atteinte des tubules.
  • Les maladies génétiques comme la polykystose rénale, maladie génétique la plus fréquente qui entraîne de nombreux kystes dans les deux reins. Les reins deviennent très volumineux et très lourds, à l'origine d'une insuffisance rénale chronique.
  • Des pyélonéphrites répétées,  infections rénales par une bactérie, peuvent causer une insuffisance rénale chronique.

Les conséquences possibles des maladies rénales chroniques

  • Augmentation des risques cardio-vasculaires due à l'hypertension artérielle engendrée par  l'accumulation d'eau et de sodium dans le sang.
  • Augmentation du risque cardio-vasculaire (AVC, infarctus) due cette fois à l'accumulation des toxines urémiques, à l'origine d'une calcification des artères et de développement de plaques d'athérome
  • L'hypertension artérielle atteint les vaisseaux des reins qui ne sont alors plus suffisamment alimentés en sang.
  • Augmentation du potassium avec risque d'arrêt cardiaque.
  • Déficit de sécrétion d'érythropoïétine à l'origine d'une anémie et d'une baisse du taux d'hémoglobine.
  • Déficit de vitamine D active qui entraîne des troubles osseux comme l'ostéodystrophie rénale.

Les examens du rein

Le diagnostic d'une insuffisance rénale se fait par le dosage de la créatinine dans le sang. "C'est une petite molécule, un biomarqueur produit par les muscles, éliminé uniquement par les reins. Plus le taux est élevé dans le sang, selon un calcul qui prend en compte plusieurs facteurs, plus cela témoigne d'un fonctionnement diminué des reins." Ce calcul estime le débit de filtration glomérulaire, exprimé en ml/min/1.73 m2, soit le volume de liquide filtré par les reins chaque minute. "En dessous de 60, on considère qu'il souffre d'insuffisance rénale chronique", explique Nicolas Maillard. "Il existe cinq stades d'insuffisance rénale chronique, le stade 5 étant dit " terminal" Mais ça ne veut pas dire qu'on va mourir !", rassure le spécialiste. En effet, les techniques dites de suppléance rénale qui sont les techniques de dialyse et la transplantation rénale permettent de vivre malgré un stade avancé d'insuffisance rénale chronique.

Merci au Dr. Nicolas Maillard.

Anatomie