Dialyse : indications, déroulé, espérance de vie

La dialyse est une technique médicale de purification permettant d'assurer la fonction des reins en cas d'insuffisance rénale très avancée. Il existe l'hémodialyse et la dialyse péritonéale. Pour quelles indications ? Comment se déroule une séance ? Le point avec le docteur Maud François, néphrologue.

Dialyse : indications, déroulé, espérance de vie
© leaf - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une dialyse ?

"La dialyse est un système d'épuration extra-rénal permettant d'éliminer les toxines qui ne sont plus éliminées par les reins qui ne peuvent plus effectuer leur travail en cas d'insuffisance rénale très avancée", explique le Dr Maud François. La dialyse permet de filtrer le sang de ses déchets normalement éliminés par le rein avant de le réinjecter dans la circulation et de contrôler les volumes liquidiens du corps. "La dialyse est un traitement contraignant mais permettant la survie de la personne. Elle est arrêtée après la transplantation d'un nouveau rein fonctionnel", poursuit notre interlocutrice.

Deux types de dialyse sont actuellement disponibles :

L'hémodialyse : le sang du patient est filtré à l'extérieur de l'organisme dans une machine équipée d'une membrane artificielle de filtration. Elle doit être pratiquée plusieurs fois par semaine en milieu hospitalier en cas d'insuffisance rénale terminale (lorsque la clairance de la créatinine calculée est inférieure à 10 ml par minute).

La dialyse péritonéale, autre technique parfois utilisée, peut être gérée à domicile par le patient lui-même et consiste en l'utilisation du péritoine (membrane entourant les organes de la cavité abdominale), en le détournant de sa fonction habituelle comme un filtre.

Quelles sont les indications d'une dialyse ?

"La dialyse est indiquée en cas d'insuffisance rénale aiguë, un phénomène réversible lié à un incident entraînant une hémorragie, une déshydratation sévère, une infection généralisée (septicémie), une intoxication médicamenteuse ou l'obstruction des voies urinaires. À ce stade, la dialyse est nécessaire pour remplacer la fonction des reins de façon temporaire, détaille le médecin. Après 3 mois, on parle d'insuffisance rénale chronique. Le diabète et l'hypertension sont des facteurs de risques importants de l'apparition de cette pathologie mais également des maladies génétiques ou immunologiques. Dans ce cas, la maladie rénale (ou néphropathie) en cause est irréversible, sans possibilité de guérison. Une transplantation rénale est alors envisagée".

Des aiguilles seront mises en place dans la veine qui s'est développée et une pompe du générateur de dialyse va ensuite aspirer le sang vers le dialyseur

Comment se déroule une séance de dialyse ?

Durant la séance, le patient ne ressent rien de particulier et peut s'occuper normalement

Le déroulé diffère selon la technique de dialyse. Dans le cas d'une hémodialyse : le patient réalise au minimum 3 séances par semaine (à jours et heures fixes) d'environ 4h en centre de dialyse. "Selon l'autonomie et les comorbidités éventuelles du patient, il peut être pris en charge dans un centre lourd avec la présence d'un néphrologue, une unité de dialyse médicalisée ou une unité d'autodialyse parfois à proximité de son domicile", détaille notre interlocutrice. Pour l'hémodialyse, il faut pouvoir accéder au sang grâce à une fistule artérioveineuse ou à un cathéter. La fistule est créée de façon chirurgicale en reliant une artère à une veine et confectionnée généralement au niveau du bras de la personne. "Des aiguilles seront mises en place dans la veine qui s'est développée et une pompe du générateur de dialyse va ensuite aspirer le sang vers le dialyseur (appelé encore rein artificiel), où il sera mis en contact avec le dialysat fabriqué par le générateur avant de le faire revenir vers la fistule". Le débit de sang qui passe dans le filtre de dialyse est de 300-400 ml/min. Durant la séance, le patient ne ressent rien de particulier et peut s'occuper normalement (discuter avec les infirmières, lire un livre, regarder la télévision ou internet...).

Schéma d'une hémodialyse
Schéma d'une hémodialyse © artinspiring - 123RF

Le patient peut également être pris en charge à domicile. "Dans le cas d'une dialyse péritonéale qui est une technique réalisée au domicile du patient, il s'agit d'une séance continue (24h/24) en ambulatoire. Le patient devra alors changer des poches de dialysat en moyenne 4 fois par jour. Elle s'effectue 7 jours sur 7". La dialyse péritonéale peut être également automatisée. "C'est une dialyse de nuit uniquement (pendant 10h à 12h). Une machine assure automatiquement les remplissages et les vidanges de l'abdomen pendant le sommeil. Ces techniques à domicile sont plus douces et ont l'avantage de limiter les déplacements".

Schéma d'une dialyse péritonéale
Schéma d'une dialyse péritonéale © normaals - 123RF

Quels sont les effets d'une dialyse ?

"Au-delà de la fatigue, chaque séance cause parfois des effets secondaires, dont des maux de tête, des chutes de tension, des crampes et des nausées, prévient le Dr François. La dialyse étant une technique d'épuration partielle, les patients ont généralement de lourds traitements médicamenteux à prendre en complément".

Quels sont les dangers ?

"Avec la pose des cathéters nécessaires en dialyse péritonéale et parfois dans le système veineux en hémodialyse, il existe des risques infectieux comme la péritonite en dialyse péritonéale, précise le médecin. Mais les principaux risques sont des complications cardiovasculaires au long terme".

Quelle espérance de vie avec une dialyse ?

"L'espérance de vie dépend des possibilités thérapeutiques et de la prise en charge des pathologies du patient", indique-t-elle. 

Peut-on arrêter une dialyse ?

"Dans le cas d'une insuffisance rénale aiguë, on peut arrêter la dialyse si le rein reprend ses fonctions après en moyenne 3 à 4 semaines, observe le Dr François. En revanche, l'arrêt de la dialyse en cas d'insuffisance rénale chronique terminale implique la mort du patient sous 10 à 15 jours".

Dialyse à l'hôpital ou à domicile ?

Selon l'autonomie du patient, il peut être pris en charge dans un centre de dialyse (centre lourd, unité de dialyse médicalisée, unité d'autodialyse) ou à domicile (hémodialyse à domicile ou dialyse péritonéale).

Merci au Dr Maud François, Néphrologue au CHU de Tours.

Reins