Radiothérapie : déroulement, indications et effets secondaires

La radiothérapie est une technique qui consiste à utiliser des rayonnements ionisants, souvent pour traiter un cancer. Il en existe plusieurs types (externe, la plus fréquente, stéréotaxique, métabolique...). Comment ça se passe ? Quel est le temps de récupération après une radiothérapie ? Les éventuels effets secondaires ? Et les chances de guérison ?

Définition : qu'est ce qu'une radiothérapie ?

La radiothérapie est un traitement locorégional du cancer. Il permet de détruire des cellules cancéreuses en utilisant des radiations ou des rayonnements. "Les rayons bloquent le système de prolifération des cellules cancéreuses entraînant leur mort. Les rayons ont aussi un effet sur les cellules des tissus sains dans la zone traitée, expliquant les effets secondaires des rayons, explique le Dr Jean-Baptiste Méric, oncologue et directeur du pôle santé publique et soins de l'Institut national du cancer. La radiothérapie est le traitement le plus utilisé avec la chirurgie pour soigner toutes formes de cancer. Il est rarement utilisé seul, mais est souvent en association avec la chirurgie et la chimiothérapie. La radiothérapie a pour but d’entraîner la destruction du cancer dans la zone traitée et de participer à la rémission totale de la maladie".

Types de radiothérapie : curiethérapie, radiothérapie externe, stéréotaxique

  • Radiothérapie externe : les rayons sont émis par une machine située à proximité du patient. Ils traversent la peau pour atteindre la tumeur. C'est la plus fréquemment utilisée. Les séances durent quelques minutes. Elles sont réalisées en ambulatoire, le plus souvent 1 fois par jour, 5 jours par semaine pendant 2 à 5 semaines.
  • Curiethérapie : les sources radioactives sont implantées dans le corps du patient et les rayons sont diffusés en permanence durant quelques heures ou quelques jours. Ce traitement est réalisé en hospitalisation dans des services spécialisés, équipés de chambres évitant la diffusion des radiations.
  • Radiothérapie stéréotaxique : il s'agit d'une forme évoluée de radiothérapie externe. Elle utilise des microfaisceaux pour irradier à hautes doses de toutes petites zones très ciblées pour augmenter l'efficacité des rayons et diminuer les effets secondaires. Les médecins y ont recours notamment pour les tumeurs au cerveau.
  • Radiothérapie métabolique : elle consiste en l'ingestion (boisson ou gélule) ou l'injection d'une substance radioactive qui va se fixer sur les cellules cancéreuses afin de les détruire. Cette technique est notamment utilisée en cas de cancer de la thyroïde. Elle est réalisée en hospitalisation.

Différence avec une chimiothérapie

"La radiothérapie, comme la chirurgie, est un traitement local utilisant un rayonnement ciblé, alors que la chimiothérapie est une méthode de traitement par voie générale qui consiste à injecter (par voie intraveineuse) ou avaler des médicaments destructeurs de cellules cancéreuses qui se diffusent dans tout l'organisme", précise le Dr Méric.

La plupart des cancers peuvent être traités par radiothérapie.

Indications : dans quels cas la faire ?

La plupart des cancers peuvent être traités par radiothérapie, le plus souvent en association avec une chimiothérapie ou une chirurgie. Les oncologues ont recours à la radiothérapie dans diverses situations :

  • seule, à but curatif, par exemple pour les cancers de la prostate
  • seule ou en association à la chimiothérapie, en préparation d'une chirurgie, pour diminuer la taille de la tumeur et diminuer le risque de récidive locale, par exemple avant d'opérer un cancer du rectum
  • après une chirurgie pour diminuer les risques de récidive locale. "Par exemple après une chirurgie ayant retiré une tumeur du sein, on applique une radiothérapie sur l'ensemble du sein et on évite ainsi de devoir retirer tout le sein", indique l'oncologue.
  • à titre palliatif (c'est-à-dire sans possibilité de guérison) pour faire disparaître des métastases par exemple ou pour limiter les symptômes qu'elles entraînent

Déroulé d'une radiothérapie : comment ça se passe ?

  • Lors du repérage, le médecin délimite les zones qui devront être irradiées après la réalisation d'un scanner qui permet de situer précisément la tumeur à traiter et les organes à proximité à préserver des rayons. Cette séance peut durer de 30 minutes à une heure.
  • Lors de la séance de traitement qui a lieu dans une pièce très particulière, appelée bunker, étanche aux radiations, le patient est allongé sur le dos, mais la position peut varier en fonction de sa morphologie et de la zone à irradier. L'appareil de radiothérapie est programmé pour délivrer la bonne dose de rayonnement nécessaire au traitement. Elle est différente pour chaque patient. Pendant la séance, le patient est seul dans la pièce, mais toujours en contact avec les manipulateurs. Il ne doit pas bouger durant toute la durée du rayonnement. Celui-ci est invisible et indolore.
  • A la fin de la séance, le patient peut rentrer chez lui (le plus souvent le traitement est réalisé en ambulatoire).

Les chances de guérison dépendent de la localisation du cancer et de son stade.

Efficacité et chances de guérison

Les chances de guérison dépendent de la localisation du cancer et de son stade (gravité de la maladie) au moment du diagnostic. Celles-ci varient de 4 % à 98 % cinq ans après la découverte de la maladie. "Ainsi, le cancer de la prostate chez l'homme et le cancer du sein chez la femme sont dits de "bon pronostic", cela signifie que cinq ans après le diagnostic de la maladie, près de 95 % des hommes pour le cancer de la prostate sont toujours en vie et 88 % des femmes pour le cancer du sein, précise le Dr Méric. A contrario, d'autres cancers comme le cancer du poumon ou le cancer du pancréas sont dits de "mauvais pronostic" . Cela signifie que cinq ans après le diagnostic, seules 17 % des personnes atteintes d'un cancer du poumon sont encore en vie et 8 % pour le cancer du pancréas ".

Effets secondaires

Pendant le traitement, il est possible de ressentir :

  • Un érythème cutané
  • Une inflammation de l'œsophage (oesophagite)
  • Une constipation ou une diarrhée
  • Une perte de cheveux
  • Une perte d'appétit
  • Des nausées et des vomissements
  • Une grande fatigue
  • Des troubles du sommeil
  • Des problèmes de fertilité

Ces effets disparaissent d'eux-même environ un à deux mois après la fin du traitement. Des mesures d'hygiène de vie peuvent vous aider à les réduire. N'hésitez-pas à en discuter avec l'équipe médicale qui saura vous conseiller. Par la suite, même une fois le traitement terminé, la zone traitée peut rester douloureuse. Des troubles pulmonaires ou cardiaques ainsi qu'un cancer secondaire peuvent s'observer dans de rares cas.

Merci au Dr Jean-Baptiste Méric, oncologue et directeur du pôle santé publique et soins de l'Institut National du Cancer.

Autour du même sujet