Cancer qui fait perdre les cheveux : lesquels, obligatoire, avec quels traitements ?

La perte de cheveux est observée lors de nombreux cancers. Mais est-ce la maladie qui fait perdre les cheveux ou son traitement ? Est-ce systématique en cas de chimiothérapie ? Existe-t-il des moyens de prévenir la chute de cheveux en cas de cancer ? Réponses et conseils du Dr Jean-Philippe Wagner, oncologue.

Cancer qui fait perdre les cheveux : lesquels, obligatoire, avec quels traitements ?
© lightfieldstudios

Quels sont les cancers qui font perdre les cheveux ?

La perte de cheveux n'est pas due au cancer en lui-même mais au traitement par chimiothérapie. Dès lors, on peut perdre ses cheveux quel que soit le type de cancer, à partir du moment où l'on est sous chimiothérapie. 

Pour quelles raisons ?

La chute de cheveux est une conséquence de la chimiothérapie. La chimiothérapie tue toutes les cellules qui se divisent dans le corps, même celles qui sont saines. "C'est la raison pour laquelle elle a souvent de nombreux effets secondaires. Les cheveux sont fabriqués dans les bulbes pileux par maturation des cellules qui vont fabriquer et allonger le cheveux ; il faut donc remplacer ces cellules par de nouvelles et par conséquent, les cellules souches du bulbe pileux se divisent très souvent et rapidement, d'où leur extrême sensibilité à la chimiothérapie", indique le Dr Jean-Philippe Wagner, oncologue.

Perte de cheveux et chimiothérapie : est-ce systématique ? 

La chimiothérapie tue toutes les cellules qui se divisent dans le corps, même celles qui sont saines."Toutes les chimiothérapies sont susceptibles de faire perdre les cheveux : certains protocoles sont alopéciants à 100%, d'autres pas du tout. Pour une grande partie, à l'heure actuelle, le risque est de l'ordre de 30% à 50%. C'est lié au type de médicament (il en existe plus de 50 différents), à la dose, à sa fréquence d'administration et… au terrain de la personne", détaille l'oncologue. Certains cuirs chevelus peuvent être plus résistants que d'autres. Plus le traitement est agressif, plus il risque d'entraîner une chute de cheveux importante. La chimiothérapie provoque  aussi la chute des poils de l'ensemble du corps (cils, sourcils, aisselles, torse, pubis, etc). Ce phénomène survient généralement au bout de deux à trois semaines de traitement et il est temporaire : les cheveux repoussent à la fin du traitement. 

La radiothérapie fait-elle perdre les cheveux ?

"La radiothérapie peut faire tomber les cheveux mais uniquement quand les rayons passent… par le cuir chevelu ! Sinon c'est impossible (par exemple une dame qui fait de la radiothérapie sur le sein ne peut pas perdre ses cheveux à cause de cela)", explique le spécialiste. Cependant, si la dose de radiation reçue sur le cuir chevelu est très importante, l'alopécie peut être définitive. 

L'hormonothérapie fait-elle perdre les cheveux ?

L'hormonothérapie provoque rarement une chute de cheveux. "Là encore, il s'agit d'une question de terrain, argue le spécialiste. Rappelons que, comme pratiquement toutes les cellules du corps, celles du bulbe pileux sont dépendantes des hormones (la chevelure de homme n'est pas la même que celle de la femme). La perte de la chevelure est rarement totale, mais plutôt par zones. Cela nécessite parfois le port d'une perruque."

Les traitements ciblés font-ils perdre les cheveux ? 

Le traitement ciblé, ou traitement à ciblage moléculaire, est utilisé afin de ralentir le développement du cancer, de détruire les cellules cancéreuses et de soulager les maux causés par la maladie. "Le traitement ciblé peut provoquer une chute de cheveux mais cela reste exceptionnel et jamais complètement", rassure l'oncologue.

Quelles solutions en cas de perte de cheveux ? 

Plusieurs solutions permettent de faire face à la perte de cheveux au cours du traitement :

  • "On peut travailler sur le terrain général et le bien-être du patient avec un praticien de thérapies complémentaires comme l'acupuncture, l'ostéopathie ou la mésothérapie par exemple", indique le Dr Jean-Philippe Wagner. 
  • Le recours au casque réfrigérant, qui s'apparente à un bonnet glacé, vise quant à lui à diminuer l'afflux sanguin dans le cuir chevelu et par conséquent la quantité de produit susceptible de s'attaquer aux cellules des cheveux. "Cette technique est globalement peu efficace et très lourde à mettre en œuvre", nuance l'oncologue. 
  • Le port d'une perruque. "Les perruques sont maintenant remboursées complètement par la Sécurité sociale si elles coûtent moins de 350 euros. Une alternative très esthétique est le turban ou foulard. Je conseille à mes patientes quand je sais qu'elles vont perdre leurs cheveux dès la première cure d'aller voir un coiffeur spécialisé, de choisir avec lui une prothèse capillaire qui ressemble le plus possible à la chevelure actuelle et de se faire raser les cheveux dès les premiers signes de chute (qui se manifeste souvent par des douleurs et des démangeaisons du cuir chevelu) et de ressortir avec la perruque ajustée et coiffée", précise le spécialiste.
  • L'Institut National du Cancer (INCa) donne également quelques conseils pour prendre soin de ses cheveux pendant le traitement. Par exemple : se laver les cheveux la veille de la séance de chimiothérapie et ne plus y toucher jusqu'à 8 jours après ; préférer tamponner ses cheveux à l'aide d'une serviette plutôt que de les frotter ; éviter le sèche-cheveux, le lisseur ; ne pas exposer son cuir chevelu au soleil ; opter pour un shampoing et un brossage doux ; éviter les teintures et mèches

Merci au Docteur Jean-Philippe Wagner, oncologue.

Source : Prendre soin de ses cheveux, Institut National du cancer

Dépistage, évolution et traitements du cancer