Thrombopénie : quand le nombre de plaquettes chute

La thrombopénie correspond à une baisse du nombre de plaquettes sanguines. Une baisse importante du taux de plaquettes peut engendrer des saignements. Définition, symptômes, causes et traitements, le point sur la thrombopénie.

Définition : thrombopénie centrale, périphérique, pendant la grossesse...

Aussi appelée thrombocytopénie, la thrombopénie correspond à une diminution anormale du nombre de plaquettes dans le sang. Comme les globules rouges et blancs, les plaquettes sont des cellules sanguines fabriquées dans la moelle osseuse. "Leur rôle est de prévenir les saignements en jouant un rôle dans l'hémostase", explique le Dr Lin-Pierre Zhao, hématologue à l'AP-HP et membre de l'Association des Internes en Hématologie. Il existe plusieurs types de thrombopénies :

  • Elle peut être centrale lorsqu'elle est provoquée par une faible production de plaquettes par la moelle osseuse, "après une chimiothérapie par exemple ou en cas de maladie de la moelle osseuse".
  • Elle peut aussi être périphérique lorsque les plaquettes sont détruites dans le sang, pour cause auto-immune, ou induite par certains médicaments, une cirrhose, une splénomégalie (rate de taille augmentée)… "Les causes de thrombopénies sont très variées et peuvent par conséquent toucher de nombreux individus aux profils très variés", précise Lin-Pierre Zhao.
  • La thrombopénie peut aussi survenir lors d'une grossesse. "Il s'agit alors d'une thrombopénie très modérée qui n'engendre aucune complication. Le mécanisme repose sur une dilution du nombre de plaquettes lors de la grossesse".

Normes

Le taux de plaquettes normal fluctue entre 150 000 et 450 000 par millimètre cube de sang. En dessous de 150 000, on parle de thrombopénie et le risque majeur est la survenue d'hémorragies, qui habituellement ne surviennent que pour des taux très bas, inférieurs à 50 000.

Symptômes : hémorragies, taches, règles abondantes...

Les principaux symptômes de la thrombopénie sont des hémorragies, visibles sous forme de pétéchies ou purpura, soit des taches rouges ou violacées sur la peau. Des saignements anormaux au niveau du nez et de la bouche, des règles abondantes chez les femmes, et des hématomes peuvent également survenir.

Causes 

Une thrombopénie centrale peut être le symptôme d'une maladie primitive médullaire comme les syndromes myélodysplasiques, ou peut être secondaires à d'autres causes parmi lesquelles on retrouve les carences en vitamine B9/B12, certaines infections virales, la toxicité de la chimiothérapie.

Dans le cas d'une thrombopénie périphérique, le faible nombre de plaquettes est dû à une répartition anormale ou à leur destruction. "La thrombopénie peut être la cause d'une mauvaise répartition des plaquettes comme dans les cas de cirrhose, de splénomégalie ou d'une dilution comme lors de la grossesse. Ces thrombopénies sont en général très modérées et n'ont pas de répercussion clinique", ajoute Lin-Pierre Zhao. La thrombopénie peut également être d'origine auto-immune, liée à une auto-destruction des plaquettes. La thrombopénie périphérique peut également être d'origine immuno-allergique : dans ce cas, elle est généralement provoquée par la prise d'un médicament, des molécules comme la quinine pouvant causer la destruction de plaquettes.

Diagnostic

La thrombopénie est définie si le nombre de plaquettes est inférieur à 150 g/L de sang. Le taux est déterminé au moyen d'un hémogramme (analyse du sang). Un interrogatoire et un examen clinique sont également pratiqués. En l'absence de signes cliniques, le médecin doit éliminer une fausse thrombopénie en analysant le frottis sanguin et en vérifiant qu'il ne présente pas d'amas. Un myélogramme (analyse de la moelle osseuse) peut être demandé pour déterminer l'origine de la thrombopénie. En cas de thrombopénie, il vous faut consulter votre médecin généraliste, car "tout médecin est capable d'interpréter un hémogramme".

Traitements : comment soigner une thrombopénie ?

Le traitement de la thrombopénie dépend de sa cause et de la gravité du syndrome hémorragique. Dans certains cas, la prise en charge peut se limiter à une surveillance clinique et biologique. "Si l'enquête diagnostique sur la cause de la thrombopénie est nécessaire dès lors que les plaquettes sont inférieures à 100 000, le traitement de la thrombopénie n'est nécessaire que si le taux de plaquettes est d'avantage abaissé. Dans ce cas, le traitement est le traitement de la cause de la thrombopénie, et une transfusion plaquettaire peut s'avérer nécessaire dans des circonstances bien précises", conclut Lin-Pierre Zhao.

Merci au Dr Lin-Pierre Zhao, hématologue à l'AP-HP et membre de l'Association des Internes en Hématologie.