Anémie normocytaire : c'est quoi, quelles causes ?

L'anémie normocytaire est un symptôme biologique qui désigne une anomalie du nombre des globules rouges présents dans le sang, alors que la taille de ces globules rouges est normale. Définition, bilan, causes et traitement avec le Professeur Emmanuel Gyan, hématologue.

Anémie normocytaire : c'est quoi, quelles causes ?
© ismagilov - 123RF

Définition : c'est quoi une anémie normocytaire ? 

On parle d'anémie quand le taux d'hémoglobine dans le sang est inférieur aux valeurs normales :

  • 13 grammes par décilitre (g/dL) chez l'homme ;
  • 12 g/dL chez la femme ;
  • 10,5 g/dL chez la femme enceinte à partir du 2ème trimestre de grossesse ;
  • 14 g/dL pour le nouveau-né

Le diagnostic étiologique de l'anémie repose prioritairement sur le volume globulaire moyen (VGM). Il donne ainsi des indications sur la taille des globules rouges. Le VGM est normalement compris entre 80 et 100 µm3.

  •  VGM > 100 µm3 : caractère macrocytaire.
  • VGM < 80 µm3 : caractère microcytaire.
  • Sinon VGM normocytaire.
Schéma d'une anémie normocytaire
Schéma d'une anémie normocytaire © rob3000 - 123RF

Anémie normocytaire régénérative : c'est quoi ?

Le taux de réticulocytes est un indice du fonctionnement de la moelle osseuse. "En effet, ces cellules sanguines sont les jeunes globules rouges nouvellement produits par la moelle osseuse, explique le Professeur Emmanuel Gyan, hématologue. Dans le cas des anémies normocytaires régénératives, on retrouve dans le sang un nombre de réticulocytes élevé (habituellement > 120 g/l). C'est le cas des anémies périphériques. Elles sont liées généralement à une hémorragie aigue (accident, don du sang…)".

Anémie normocytaire arégénérative : c'est quoi ?

Si le taux de réticulocytes est en revanche inférieur à 120 g/l, on parle alors d'anémies normocytaires arégénératives. "C'est le cas des anémies centrales. La moelle osseuse ne produit qu'un nombre réduit de globules rouges, insuffisant pour maintenir l'hémoglobine sanguine à un niveau normal. Les causes sont alors inflammatoires ou immunologiques".

Quelles sont les causes d'une anémie normocytaire ?

On distingue plusieurs causes :

  • Un syndrome inflammatoire aigu, qu'il soit bactérien, viral…
  • Une insuffisance rénale (avec diminution d'érythropoïétine)
  • Une hypothyroïdie sévère
  • Une hémodilution (augmentation du volume plasmatique dans le sang qui va diluer les globules rouges)
  • Une insuffisance cardiaque ou la présence d'un pic monoclonal à l'électrophorèse ".

Quels sont les symptômes ?

Les signes de l'anémie associent pâleur, fatigue, maux de tête, augmentation des rythmes respiratoires et cardiaques.

Comment est posé le diagnostic ? 

"Le diagnostic est posé après une prise de sang mesurant la CRP (marqueur inflammatoire), la TSH (thyroïde), la créatinine (rein) et l'électrophorèse des protéines sériques, détaille le spécialiste. En complément, le médecin peut demander un myélogramme. Il s'agit d'une ponction dans la moelle osseuse au niveau du sternum ou des crêtes iliaques qui va donner une expression en pourcentage de chacune des catégories des cellules et repérer d'éventuelles cellules anormales".

Quel est le traitement ?

Le traitement dépendra du diagnostic posé d'après les résultats de l'analyse de sang. "Il faut rapidement trouver le bon diagnostic afin d'orienter le patient vers le bon spécialiste : oncologue, néphrologue ou endocrinologue", conclut notre interlocuteur.

Merci au Professeur Emmanuel Gyan, chef de service d'hématologie et thérapie cellulaire, au CHU de Tours

Maladies du sang