Neutropénie (sévère, chronique) : définition, cause, normes

Ce trouble hématologique se caractérise par un taux bas de globules blancs dans le sang. Il expose à un risque d'infections plus élevé. Les explications du Dr Philippe Goëb, médecin généraliste.

Neutropénie (sévère, chronique) : définition, cause, normes
©  Andriy Popov-123RF

Définition : qu'est-ce qu'une neutropénie ?

La neutropénie désigne un trouble du système sanguin caractérisé par une baisse plus ou moins conséquente du taux de granulocytes neutrophiles, un des trois types de globules blancs ou leucocytes. Ces derniers sont des phagocytes dont le rôle principal est d'éliminer les antigènes, tels que les bactéries. C'est la raison pour laquelle les patients présentant une neutropénie importante sont un risque infectieux (bactérien ou mycosique) plus important.

Normes

La valeur normale de granulocytes neutrophiles se situe entre 1500/μL et 1200 μL. La sévérité de la neutropénie dépend du taux. Elle est classée comme suit : 

  • Légère (1000 à 1500/μL)
  • Modérée (500 à 1000/μL)
  • Grave (< 500/μL)

Quel examen faire pour déterminer son taux ?

Un hémogramme, réalisé à partir d'une prise de sang, suffit à diagnostiquer une neutropénie. 

Causes

neutropénie
Neutropénie © 123RF-Viktoriia Kasyanyuk

Les causes de neutropénie sont nombreuses. Ce trouble hématologique peut être dû à :

  • L'action toxique de médicaments ou de produits de chimiothérapie.
  • Une cause infectieuse, qu'elle soit virale (mononucléose infectieuse, hépatite virale, grippe…), bactérienne (septicémie à bacilles gram négatif, brucellose…) ou parasitaire.
  • D'origine congénitale.
  • D'origine idiopathique.

Symptômes

La maladie se caractérise par de multiples infections bactériennes, virales et fongiques en raison de la faible immunité du patient. "La maladie peut aussi s'accompagner de signes très variés comme de la fièvre, des maux de gorge, un saignement des gencives, des douleurs abdominales, des diarrhées, des douleurs lors de la miction…", précise le Dr. Philippe Goëb.

Traitements : que faire ?

"Des médicaments peuvent être prescrits pour stimuler la production de globules blancs par la moelle osseuse. On les appelle des facteurs de croissance des granulocytes", explique le Dr. Goëb. Par ailleurs, un traitement sera prescrit pour traiter l'infection opportuniste qui s'est développée. S'il s'agit d'une complication de chimiothérapie, l'équipe de cancérologie prescrira des facteurs de croissance à condition toutefois que celle-ci soit compatible avec la nature et le stade évolutif de la maladie. Cette prescription n'est pas d'une pratique courante. Pour améliorer les défenses de la personne, il est possible de conseiller la prise de produits naturels efficaces :

  • Le Quinton hypertonique (eau de mer) dont les propriétés immunostimulantes ont été démontrées par un immunologiste d'Alicante. Deux ampoules le matin dans un verre d'eau avec un jus de citron. 15 jours par mois.
  • La vitamine D3 1000 à raison d'une goutte le matin est aussi intéressante pour stimuler nos défenses. Un flacon.
  • L'Echinacée (racines) à raison de 1000 mg/J est aussi validée pour ses propriétés immunostimulantes. Cure de trois semaines.

Quoi manger ?

Une alimentions spécifique doit être adoptée afin de vous préserver des bactéries et autres agents pathogènes présents dans les boissons et les aliments :

  • Mangez viande, poissons et œufs bien cuits.
  • Evitez les fruits et les légumes crus.
  • Ne consommez que des laitages pasteurisés et évitez les fromages affinés.
  • Ne buvez que de l'eau en bouteille.

Neutropénie chez le bébé

Les causes les plus fréquentes sont une infection bactérienne comme un streptocoque, une toxémie gravidique, une prématurité ou une maladie de la moelle osseuse. Son déficit immunitaire l'expose à des infections à répétition, plus ou moins graves. "Si la neutropénie est modérée, une surveillance clinique mensuelle afin qu'un hémogramme mensuel sera préconisé, précise notre expert. La maladie peut disparaitre seule, le temps que le corps produise suffisamment de globules blancs. Si le trouble est sévère, un myélogramme pourra être envisagé, suivi de la prise de médicaments pour stimuler la production de globules blancs".

Merci au Dr Philippe Goëb, médecin généraliste.