Infection : définition, les différents types, traitements

Résultant de la contamination par un germe, l'infection peut toucher tous les organes du corps. Comment se manifeste-t-elle ? Quels sont ses traitements ? Le point avec le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Infection : définition, les différents types, traitements
©  ismagilov - 123RF

Définition

Une infection désigne l'envahissement puis la multiplication de micro-organismes au sein d'un organe du corps vivant. Ces micro-organismes peuvent être des virus (par exemple ceux de la grippe) ou des bactéries comme les (streptocoques ou les staphylocoques dans les infections cutanées, les Escherichia Coli dans les infections urinaires). Une infection peut également être provoquée par des parasites comme les protozoaires provoquant la toxoplasmose par exemple) ou par des champignons ou mycoses comme par exemple une infection à candida albicans. "Pour faire face à cette agression, l'organisme va instaurer des procédés de défense pour éradiquer le micro-organisme indésirable," explique le Dr Patrick Aubé. C'est le rôle du système immunitaire qui va mettre en place deux systèmes de défense :

  • une réponse immunitaire rapide et innée, qui ne produit pas de mémoire immunitaire, par la production de cellules de défense dont le rôle est de phagocyter les assaillants microbiens. Ces cellules sont les granulocytes, les monocytes, les mastocytes, les macrophages, les cellules dendritiques.
  • une réponse immunitaire retardée, dite adaptative, qui produit une mémoire immunitaire, sous la dépendance d'une variété de globules blancs, les lymphocytes, qui vont fabriquer des anticorps destinés à combattre les germes agresseurs.

Les premiers résultats de cette réponse face à l'agression microbienne vont se manifester par des phénomènes inflammatoires : fièvre, rougeur, chaleur, douleur, fatigue. 

Types d'infection

"Tous les organes et tous les systèmes de l'organisme peuvent être touchés par des agressions infectieuses : la peau et ses dépendances par voie cutanée, le système ORL et bronchique par une contamination atmosphérique, l'appareil digestif via une contamination alimentaire, l'appareil urinaire et gynécologique par une contamination locale ou profonde, le système nerveux central à travers la barrière hémato-méningée, etc... ", indique le Dr Patrick Aubé. On distingue également le cas particulier des infections nosocomiales qui sont contractées au cours d'une hospitalisation, c'est-à-dire qui se déclarent au moins 48 heures après l'admission du patient. Selon une étude révélée par L'Institut national de veille sanitaire (InVS) en 2012, cela concerne un patient hospitalisé sur vingt, soit 5%. 

Quelles sont les causes d'une infection ?

Une infection est due à la pénétration d'un agent pathogène dans l'organisme. Il peut s'agir d'une bactérie, d'un virus, d'un champignon, d'un parasite ou encore de protozoaires. "L'infection devient une maladie lorsque le système immunitaire et ses barrières ne sont pas à la hauteur de l'agression. C'est le cas de germes particulièrement virulents, c'est le cas aussi d'une insuffisance de réaction immunitaire qu'on peut rencontrer dans des maladies chroniques ou liées au vieillissement, c'est le cas de situations à risque infectieux comme les affections nosocomiales liées aux germes rencontrés en milieu hospitalier en particulier lors de gestes chirurgicaux ", précise le médecin généraliste. 

Quels sont les traitements d'une infection ?

"Lorsque l'organisme n'a pas ou n'a plus les capacités de se défendre, le médecin prescrit à son patient, après avoir fait son diagnostic d'infection, un traitement adapté ", poursuit le Dr Patrick Aubé : 

  • des antibiotiques s'il s'agit d'une infection bactérienne (ex.: pneumopathie à pneumocoque)
  • des anti-viraux s'il s'agit d'une infection virale (ex.: grippe )
  • des anti-mycosiques s'il s'agit d'un champignon (ex. candidose)
  • des antibiotiques antiparasitaires (ex. : infection génitale à trichomonas.)

Antibiotiques et infection

"Comme le dit l'Assurance Maladie, "les antibiotiques, c'est pas automatique". Pour prévenir les risques d'une résistance de plus en plus grande des germes à l'action des antibiotiques, il convient de réserver ceux-ci à des situations pathologiques sous contrôle du médecin et d'éviter de les utiliser dans le cadre d'une automédication ", prévient le médecin généraliste. 

Merci au Dr Patrick Aubé, médecin généraliste, auteur de "Les Tisanes qui soignent et Vingt plantes médicinales pour se soigner tous les jours", aux Editions Leduc.S. 

Symptômes et questions diverses