Anoxie : cérébrale, symptômes, séquelles, pronostic

L'anoxie correspond à une absence totale d'oxygène dans les tissus de l'organisme. Stade le plus grave de l'hypoxie, c'est une urgence absolue. Quels sont les symptômes ? Les risques de séquelles ? Les causes ? Définition avec le Pr Frédéric Adnet, chef de service des urgences du CHU Avicenne.

Anoxie : cérébrale, symptômes, séquelles, pronostic
© alexmit - 123RF

Définition : qu'est ce qu'une anoxie ?

L'anoxie désigne un arrêt de la distribution sanguine de l'oxygène aux tissus. "C'est le stade le plus grave de l'hypoxie, un terme médical qui désigne une perte partielle d'oxygène : l'anoxie est une absence totale d'oxygène dans les tissus de l'organisme. Les causes peuvent être très variées : arrêt cardiaque, pneumopathie", explique le Pr. Frédéric Adnet, chef de service des urgences du CHU Avicenne. Potentiellement mortelle, l'anoxie constitue une urgence médicale absolue pour sauver la vie du patient ou limiter les conséquences et séquelles éventuelles.

Qu'est ce que l'anoxie cérébrale ?

Quand l'anoxie touche le cerveau, cela est dramatique, car cet organe ne peut pas supporter d'être privée d'oxygène. "Les conséquences sont gravissimes, entrainant des troubles neurologiques, moteurs et /ou psychiques qui peuvent être irréversibles", prévient le Pr Adnet.

Qu'est ce qu'une anoxie tissulaire ?

Lorsque l'anoxie touche un tissu, cela peut entrainer la nécrose du tissu concerné. S'il s'agit du tissu cardiaque, des troubles cardiovasculaires ou une insuffisance cardiaque peuvent se développer.

Quelles sont les causes ?

L'anoxie peut résulter :

  • D'une maladie pulmonaire qui empêche l'oxygène d'arriver aux vaisseaux comme lors d'une pneumopathie
  • D'une affection cardiaque qui empêche les vaisseaux d'acheminer l'oxygène vers les tissus comme un arrêt cardiaque, ou un infarctus du myocarde
  • D'une intoxication au monoxyde de carbone
Schéma d'une anoxie
Schéma d'une anoxie © artemidapsy - 123RF

Quels sont les symptômes ?

Cela dépend de la zone touchée. "Au niveau de la peau et des muqueuses, l'anoxie provoque une cyanose, c'est-à-dire une coloration cutanée bleue-violacée, explique notre expert. Lorsqu'elle touche le cerveau, elle peut entrainer une perte de connaissance, une convulsion voire un coma parfois irréversible, et les séquelles peuvent être lourdes comme un état végétatif".

Comment se pose le diagnostic ?

"Le diagnostic repose essentiellement sur des signes cliniques et la réalisation d'un examen sanguin qui mesure le taux d'oxygène dans le sang : les gaz du sang. Il consiste en une prise de sang au niveau d'une artère. En général il s'agit de l'artère radiale (poignet), humérale (bras) ou fémorale (aine)", explique le Pr. Adnet. Une fois le prélèvement effectué, il faut placer une compresse de gaze ou de coton et compresser le point de ponction fermement pendant 5 à 10 minutes. Son résultat indique l'état respiratoire plus ou moins sévère du patient.

L'anoxie est une urgence médicale absolue

Quels sont les traitements ?

Il s'agit d'une urgence médicale. Le traitement commence par une réanimation de façon à apporter de l'oxygène au cerveau et à l'organisme (assistance respiratoire, massage cardiaque, oxygénation au masque) du patient, suivie du traitement de la cause de l'anoxie : AVC, infarctus, rupture d'anévrisme…

Quel est le pronostic de survie et de guérison ?

L'anoxie est une urgence médicale absolue car elle peut entrainer la mort rapide du patient.

Quels sont les risques de séquelles ?

L'importance est fonction de la gravité et de la durée de l'anoxie. "En cas d'une anoxie cérébrale, les séquelles peuvent être des troubles neurologiques, moteurs et /ou psychiques, comme des atteintes de la mémoire, des épilepsies, des syndromes parkinsoniens, des difficultés à marcher voire, dans les cas les plus graves, un état végétatif. En cas d'anoxie cardiaque, le patient peut développer des troubles cardiovasculaires ou une insuffisance cardiaque", indique le chef des urgences.

Merci au Pr. Frédéric Adnet, chef de service des urgences du CHU Avicenne.

Symptômes et questions diverses