Erythropoïétine (EPO): définition, effets recherchés, risques

L'érythropoïétine (EPO) est une hormone naturellement sécrétée par notre organisme et qui stimule la formation de globules rouges. L'EPO de synthèse est utilisée à des fins thérapeutiques et détournée comme produit dopant dans le sport de haut niveau.

Erythropoïétine (EPO): définition, effets recherchés, risques
© alexmit - 123RF

Définition : c'est quoi l'EPO ?  

L'érythropoïétine est une hormone sécrétée par le foie et surtout par les reins. Elle joue un rôle important dans la production et la maturation des globules rouges. Ces derniers amènent l'oxygène respiré vers les différents organes. L'érythropoïétine est fabriquée depuis les années 1980 par les laboratoires pharmaceutiques (EPO de synthèse) pour traiter les pathologies qui sont liées soit à la diminution rénale de l'erythropoïétine soit à la diminution de globules rouges en cas d'anémie causée par une chimiothérapie par exemple. 

Quels sont les effets recherchés quand on prend de l'EPO ?

L' EPO de synthèse peut être utilisée à des fins non thérapeutiques. Des athlètes, notamment ceux qui pratiquent des sports d'endurance, peuvent l'utiliser pour augmenter leurs performances. Les exercices de longue durée nécessitent une forte consommation d'oxygène qui est apporté aux différents organes du corps dont les muscles par l'hémoglobine des globules rouges. Plus il y a de globules rouges et plus il y a d'oxygène transporté et donc d'énergie disponible. 

Quels risques et dangers pour le corps ?  

Le dopage à l'EPO peut avoir des conséquences graves :

→ L'injection d'EPO de façon répétée augmente la quantité de globules rouges et peut faire augmenter l'hématocrite (proportion de globules rouges dans le sang) de 45% à 65%. Conséquences : le sang très riche en globules rouges devient visqueux et collant et les artères risquent de se boucher (thrombose) ce qui peut provoquer des accidents cardiaques ou cérébraux.

→"Cela peut également provoquer ou aggraver une hypertension artérielle." informe Lionel Barrand, biologiste Président du Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux (SJBM).

→ L'EPO peut également provoquer des douleurs/rougeurs au point d'injection, des maux de tête, des nausées, des diarrhées, des douleurs musculaires, un syndrome grippal...

EPO et dopage sportif (cyclisme...) : pourquoi est-ce interdit ?  

L'EPO est parfois utilisée comme produit dopant pour augmenter l'apport en oxygène aux muscles et améliorer les performances sportives.  Elle est surtout utilisée pour les sports en endurance : cyclisme, athlétisme, ski de fond... Elle augmente la puissance maximale développée, la consommation maximale d'oxygène et améliore l'endurance. L'EPO fait partie de la liste des interdictions de l'Agence Mondiale Antidopage. "Elle améliore de façon artificielle les performances ce qui est considéré comme de la triche." explique le biologiste.

Injection d'EPO : comment, quand ?  

L'EPO de synthèse n'existe qu'en voie injectable. "L'érythropoïétine s'administre par voie sous cutanée, souvent dans l'abdomen ou la cuisse, ou par voie intraveineuse. La dose, la fréquence et la durée du traitement sont dépendantes de la personne (poids, résultats biologiques…) et de l'indication." informe le biologiste.

Utilisation autorisée de l'EPO : médicament contre l'anémie, l'insuffisance rénale, en cas de cancer...

L'EPO est utilisée pour traiter des pathologies graves et chroniques entraînant des anémies (manque de globules rouges) : cancers, insuffisance rénale... Cela permet d'éviter ou de réduire le nombre de transfusions sanguines.

Les indications thérapeutiques de l'érythropoïétine sont les suivantes : 

  • Chez les adultes et les enfants âgés de 1 à 18 ans hémodialysés et chez les patients adultes en dialyse péritonéale,
  • Chez les adultes insuffisants rénaux non encore dialysés pour le traitement de l'anémie sévère d'origine rénale accompagnée de symptômes cliniques chez les patients.
  • Chez les personnes traitées par chimiothérapie pour des tumeurs solides, un lymphome malin ou un myélome multiple
  • Chez les adultes participant à un programme de transfusions autologues différées pour augmenter les dons de sang autologue.
  • Chez les adultes, sans carence martiale (en fer) devant avoir une intervention chirurgicale orthopédique majeure programmée, ayant un risque présumé important de complications transfusionnelles pour réduire l'exposition aux transfusions de sang homologue.

Pour traiter l'anémie symptomatique chez les adultes atteints de syndromes myélodysplasiques (SMD) primitifs.

Merci à Lionel Barrand, biologiste Président du Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux (SJBM).

Sources :

HAS, Commission de la transparence du 7 février 2018

Fédération Française de rugby (FFR), L'hormone de l'endurance érythropoïétine, 2018

Système endocrinien & hormones