Perte d'odorat (anosmie) : conséquences et traitements efficaces

L'anosmie correspond à la perte partielle ou totale de l'odorat. Depuis peu, les ORL observent plusieurs cas d'anosmie chez des personnes atteintes du Covid-19. Ce symptôme resterait cependant assez rare mais est à surveiller. Quelles sont les causes d'une anosmie et avec quels traitements la soigner ?

Perte d'odorat (anosmie) : conséquences et traitements efficaces
© RFBSIP - Adobe Stock

Définition : c'est quoi l'anosmie ?

Une anosmie est caractérisée par une forte diminution (voire une perte totale) de l'odorat, l'un des 5 sens que l'homme possède. Cette pathologie est souvent liée à une altération des cellules de la muqueuse olfactive, du nerf olfactif ou du centre nerveux olfactif (où sont traités les messages olfactifs, autrement dit les odeurs). Concrètement, la personne souffrant d'anosmie éprouve de grandes difficultés à reconnaître un arôme, un parfum ou un aliment. L'anosmie peut être congénitale (apparue in utero) ou apparaître lors d'une maladie virale (sinusite, rhume...) et dans ce cas-là, elle est généralement transitoire. L'anosmie est à distinguer d'autres troubles de l'odorat comme :

  • la cacosmie qui correspond à une perception d'une mauvaise odeur en permanence, qu'elle soit réelle ou non.
  • la parosmie qui correspond à une déformation de certaines odeurs.

Causes : sinusite, médicaments, maladie d'Alzheimer ?

Le mécanisme de l'odorat

Notre nez est tapissé d'une muqueuse olfactive où sont situés plus de plus de 400 récepteurs olfactifs. Lorsqu'une substance odorante est portée à notre nez, elle est détectée par ces récepteurs. Ils sont alors activés et acheminent, via le nerf olfactif, l'information sensorielle jusqu'à notre cerveau qui va pouvoir analyser notre environnement. Par exemple, certaines odeurs vont nous ouvrir l'appétit, d'autres vont nous rappeler des souvenirs, nous dégoûter, nous prévenir d'un danger (odeur de fumée par exemple)... Lorsque ces récepteurs olfactifs, les cellules du nerf olfactif ou du centre nerveux olfactif sont altérés, le message olfactif ne peut plus être transmis.

Une anosmie est souvent liée à des anomalies dans la perception des odeurs ou à des troubles de la transmission des odeurs.

• Lorsque le dysfonctionnement se situe au niveau de la perception des odeurs, l'anosmie peut être due à :

  • la prise d'un traitement médicamenteux (traitements anti-cancéreux, morphine...),
  • un traumatisme ou une intervention chirurgicale,
  • une intoxication (polluants industriels ou substances nocives en milieu professionnel par exemple),
  • une pathologie neurologique comme la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson ou l'épilepsie,
  • une tumeur localisée à la base du crâne.

• Lorsque l'anosmie est liée à un trouble de la transmission des odeurs, les molécules odorantes n'atteignent pas les cellules sensorielles du système nerveux. Cela peut être du à :

  • une anomalie anatomique : mauvaise qualité du mucus ou de la muqueuse olfactive ou présence d'un corps étranger dans le nez qui bloque la transmission comme un polype ou une tumeur.  
  • une maladie sous-jacente comme un rhume, une  rhinite, une sinusite ou une polypose naso-sinusienne (sinusite chronique) caractérisée par la présence d'un œdème, bouchant ainsi le nez et altérant l'odorat.
  • une cause idiopathique : dans ce cas, la perte d'odorat survient sans explication.

Perte d'odorat : un signe évocateur du coronavirus ?

Pas de lavage de nez ni de corticothérapie.

Les médecins ont constaté ces dernières semaines "une recrudescence des cas d'anosmie" temporaire "souvent associés à une agueusie mais sans obstruction nasale, chez des patients suspects ou confirmés Covid-19", a rapporté le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, dans un point de situation du vendredi 20 mars. La perte d'odorat pourrait donc figurer parmi les symptômes du Covid-19. Cette altération de l'odorat serait en effet liée à l'infection par le coronavirus des cellules du système nerveux traitant les informations olfactives. Dans ce contexte épidémique, la Société nationale des ORL (SNORL) recommande :

  • aux personnes constatant l'apparition d'une anosmie brutale de rester confinés chez elles, tout en surveillant la survenue d'autres symptômes évocateurs du Covid-19 (comme de la fièvre de la toux, des difficultés à respirer...). Ces dernières peuvent demander l'avis de leur médecin par téléphone ou via une téléconsultation et doivent éviter de s'auto-médiquer. 
  • aux médecins de ne pas prescrire "de corticoïdes par voie générale ou locale (à noter que la corticothérapie est normalement envisagée pour soulager une anosmie, mais dans le cas d'une éventuelle contamination au coronavirus, elle doit être évitée) devant tout tableau clinique comportant une anosmie ou une agueusie" car ils pourraient baisser les défenses immunitaires, ni de lavages de nez qui seraient susceptibles d'envoyer le virus de la muqueuse nasale dans les poumons.

Symptômes : reconnaître une perte d'odorat

Les individus atteints d'anosmie souffrent d'une perte ou d'une forte diminution de l'odorat. Ils ne parviennent plus à distinguer les odeurs de ce qu'ils portent à leur nez, mais aussi des aliments qu'ils mangent. L'anosmie est généralement associée à une perte du goût, partielle ou totale (appelée agueusie).

Conséquences de l'anosmie

La perte de l'odorat en elle-même n'est pas grave, mais peut devenir (très) gênante au quotidien. Elle peut avoir des répercussions sur le mode de vie, la santé et la sécurité en entraînant une incapacité à déceler une odeur de gaz ou de brûlé, ou une mauvaise appréciation de la qualité de l'alimentation par exemple.

Diagnostic : quels examens faire ? Qui consulter ?

Si vous constatez une perte progressive ou brutale de l'odorat, consultez votre médecin traitant. Pour établir le diagnostic et déterminer les causes de l'anosmie, le médecin généraliste doit évaluer plusieurs critères : si la perte d'odorat est partielle ou totale, si elle est soudaine ou progressive, limitée à certaines odeurs en particulier ou non...  Il procède également à un interrogatoire sur les antécédents médicaux et familiaux du patient, ses éventuels traitements, son éventuelle consommation de tabac, son mode et son hygiène de vie... Il peut également faire un "test d'anosmie" au moyen d'un tampon imbibé d'alcool qui permet de déterminer la gravité de la perte d'odorat. Le patient souffre d'anosmie s'il ne peut pas le sentir à moins de dix centimètres de son nez. En fonction des constatations, le médecin généraliste peut orienter son patient vers un spécialiste ORL qui va se servir de plusieurs appareils pour affiner le diagnostic (olfactométrie, mesure des réflexes...) et réaliser des examens d'imagerie pour observer l'intérieur du nez : rhinoscopie, radiographie, scanner ou IRM.

Traitements efficaces : comment soigner l'anosmie ?

La récupération n'est pas toujours possible à 100%

Le traitement prescrit pour retrouver l'odorat dépend de la cause de l'anosmie. Il est néanmoins important de savoir que la récupération n'est pas toujours possible à 100%.

  • La perte d'odorat liée à une maladie comme le rhume ou la sinusite n'est que temporaire, et guérit en quelques jours en même temps que l'affection. L'odorat est retrouvé peu à peu. 
  • En cas de polypose naso-sinusienne ou de rhinite non allergique, un traitement à base de cortisone inhalée (notamment en cas de polypose naso-sinusienne) peut être prescrit.
  • En cas d'infections bactériennes, des antibiotiques peuvent être prescrits et permettent d'observer une récupération rapide de l'odorat.
  • En cas de maladie virale chronique, la perte d'odorat peut persister plusieurs mois voire plusieurs années et peuvent être traitées à l'aide de cures thermales
  • En cas d'anosmie survenant après un traumatisme crânien, les séquelles sont le plus souvent permanentes et la récupération de l'odorat est très rare.

Sources : Anosmie, Marvin P. Fried, MD, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine, août 2018 / Anosmie et agueusie à propos d'un cas, Charbel Rahban, Revue médicale suisse 2015 / Association SOS Anosmie.