Hyposmie : c'est quoi, causes, quel traitement quand l'odorat diminue ?

L'hyposmie, qui ne doit pas être confondue avec l'anosmie dont on a beaucoup entendu parler lors de l'épidémie de Covid, correspond à la diminution de l'odorat. La personne perçoit l'odeur, mais la sent beaucoup moins intensément. Quels sont les symptômes ? Les causes et le traitement ? Eclairage du Dr Georges Dib, médecin ORL.

Hyposmie : c'est quoi, causes, quel traitement quand l'odorat diminue ?
© Dragana Gordic - stock.adobe.com

Avec la pandémie de Covid, le terme d'anosmie (perte de l'odorat) a largement été popularisé, considéré comme l'un des symptômes les plus typiques de l'infection. L'hyposmie est également un trouble de l'odorat mais légèrement différent de l'anosmie. Quels sont les symptômes d'une hyposmie ? Quelles sont les causes ? Les traitements pour la soigner ? Eclairage avec le Dr Georges Dib, médecin ORL à l'hôpital privé d'Eure-et-Loir - Etablissement ELSAN

Définition : c'est quoi une hyposmie ?

Littéralement, le mot hyposmie se compose des termes "hypo" (signifiant "sous" en grec, exprimant une intensité moindre) et "osmie" (signifiant "odorat" en grec). "L'hyposmie correspond à une baisse des capacités olfactives, autrement dit une diminution de l'odorat. Par exemple, pour détecter et sentir une odeur de café, la personne qui souffre d'hyposmie doit s'en approcher énormément, sans ça, elle ne sentirait rien", illustre d'emblée le Dr Dib, médecin ORL.

Quelles sont les causes possibles d'une hyposmie ?

La diminution de l'odorat est causée par l'endommagement des cellules de l'épithélium olfactif en charge de la détection des molécules odorantes et de leur transmission jusqu'au bulbe olfactif. Cette altération peut être successive à :

  • Un traumatisme crânien
  • Une névralgie du nerf olfactif
  • Un trouble anxieux ou dépressif
  • Une infection virale comme le rhumela grippe ou le Covid-19 
  • La présence de polypes nasaux
  • Une tumeur proche d'un nerf olfactif
  • La maladie d'Alzheimer ou d'autres maladies cérébrales dégénératives (comme la sclérose en plaques)
  • Une sinusite chronique ou des allergies saisonnières (rhinite allergique) peuvent aussi faire baisser l'odorat
Schéma du mécanisme d'hyposmie
Schéma du mécanisme d'hyposmie© rob3000 - stock.adobe.com

Quels sont les symptômes d'une hyposmie ?

Le symptôme principal de l'hyposmie est la diminution de l'odorat. Elle peut être associée à d'autres manifestations cliniques comme :

  • Altération ou perte du goût
  • Perte de poids
  • Troubles dépressifs...

Une diminution de l'odorat qui persiste plus de 2 mois nécessite un avis spécialisé ORL, indique la Haute autorité de Santé (HAS). 

Quelle est la différence avec une anosmie ?

"L'anosmie, c'est quand on perd totalement l'odorat. Après, entre un odorat normal et une anosmie, il y a différentes perturbations (appelées dysosmies) dont la cacosmie, la parosmie, ou l'hyposmie", liste le Dr Dib. Autrement dit, l'anosmie est la perte complète des perceptions olfactives tandis qu'une hyposmie est définie comme une diminution pathologique de l'odorat.

  • L'anosmie correspond à la perte totale de l'odorat = je ne sens rien
  • La cacosmie correspond à une perception d'une mauvaise odeur en permanence, qu'elle soit réelle ou non = je sens toujours une mauvaise odeur
  • La parosmie correspond à une déformation de certaines odeurs = je ne reconnais pas ce que je sens
  • L'hyposmie correspond à l'atteinte de la détection d'une odeur = je sens moins

"Dans le cas du Covid, on retrouve plus fréquemment une anosmie, voire une hyposmie si la perte d'odorat est légère. Il y a eu également des formes de parosmie avec le variant Omicron", indique notre interlocuteur. 

Comment pose-t-on le diagnostic d'une hyposmie ?

Le médecin commence par procéder à un examen clinique et à l'interrogatoire du patient afin de déterminer le contexte de la baisse de l'odorat et connaître les antécédents médicaux... Les observations faites pendant l'examen clinique aiguillent souvent sur la cause. Pour orienter le diagnostic, il peut prescrire un bilan stomatologique et ORL avec un CT-scan (tomodensitométrie) des sinus et une rhinoscopie qui permet de visualiser une partie des cavités nasales et du nasopharynx. En fonction du bilan stomatologique et ORL, des examens complémentaires peuvent être réalisés : tests allergiques, tests de sensibilités à différentes odeurs, IRM cérébrale, prises de sang... Pour tester l'odorat, la personne est invitée à sentir et à reconnaître des substances parfumées courantes (savon, gousse de vanille, café, clous de girofle), d'une narine, puis de l'autre. 

Quel est le traitement d'une hyposmie ?

Il n'existe pas de traitement à proprement parler d'une hyposmie. Il faut traiter la cause de l'hyposmie. "Et même en traitant la cause, la récupération des perceptions olfactives est aléatoire", tient à préciser notre expert. Par exemple : 

  • L'utilisation d'inhalations de vapeurs (ou vaporisateurs nasaux) en cas d'infections ou irritations des sinus
  • Le recours à des corticoïdes en cas d'inflammation, après avis d'un spécialiste et selon la présentation clinique. 
  • Une intervention chirurgicale ou une radiothérapie en cas de tumeur...
  • Une rééducation olfactive peut être proposée

Merci au Dr Georges Dib, médecin ORL à l'hôpital privé d'Eure-et-Loir - Etablissement ELSAN. 

ORL