Hypoacousie : définition, bilatérale, symptômes, traitement

L'hypoacousie est la sensation de moins bien entendre, une perte d'audition partielle, ou encore une surdité plus ou moins marquée, plus ou moins profonde. De nombreuses causes peuvent être à l'origine. Le point avec le Pr. Bruno Frachet, médecin ORL, ancien chef de service à l'hôpital Rothschild à Paris.

Hypoacousie : définition, bilatérale, symptômes, traitement
© Robert Przybysz

Comment fonctionne l'audition ?

"L'appareil auditif est constitué du 'dehors vers le dedans', du conduit auditif externe, obstrué dans le fond par le tympan, véritable peau de tambour qui vibre sous l'effet des vibrations sonores. Cette vibration se propage aux trois petits osselets de l'oreille moyenne, le marteau, l'enclume et l'étrier lui-même en connexion avec l'oreille interne. C'est là que les vibrations sonores interagissent avec les cellules sensorielles, les cellules ciliées. Elles  déclenchent une série de phénomènes électriques. Cet influx suit les voies nerveuses de l'audition qui permettent au cerveau de comprendre un message sonore", détaille le Pr. Bruno Frachet.

Qu'est-ce que l'hypoacousie ?

L'hypoacousie désigne une diminution des capacités auditives. Plus communément, quand la perte d'audition est marquée, on parle alors de surdité. La surdité est calculée en décibels de perte auditive. On distingue :

  • la surdité légère : de 20 à 39 décibels de perte auditive. La personne fait répéter son interlocuteur dès la perte de 30 décibels, sur les sons aigus ;
  • la surdité moyenne : de 40 à 69 décibels de perte auditive. Le niveau de 40 décibels est le premier niveau majeur de handicap. En effet, la personne ne comprend que si son interlocuteur élève la voix. Elle est "dure d'oreille" ;
  • la surdité sévère : de 70 à 89 décibels de perte auditive. La gêne quotidienne est majeure ;
  • la surdité profonde : de plus de 90 décibels de perte auditive. La personne n'entend plus du tout la parole.

L'hypoacousie : un trouble auditif bilatéral ou unilatéral ?

Une hypoacousie bilatérale atteint les deux oreilles, de manière symétrique ou non. Une hypoacousie unilatérale n'atteint qu'une seule oreille. Bilatérale ou unilatérale, cela dépendra de la cause.

Qu'est-ce que l'hypoacousie de transmission ?

"L'hypoacousie de transmission atteint les éléments de la transmission du son depuis l'extérieur vers l'oreille interne. Elle touche donc l'oreille externe et l'oreille moyenne, comme par exemple une perforation de tympan ou une atteinte des osselets", explique notre expert.

Qu'est-ce que l'hypoacousie neurosensorielle ou de perception ?

"Lorsque l'hypoacousie est liée à un mauvais fonctionnement de l'oreille interne ou des voies nerveuses auditives en direction du cerveau, on parle alors d'hypoacousie de perception ou neurosensorielle", explique le Pr. Frachet. "Il existe également une dernière catégorie, la surdité mixte qui associe l'hypoacousie de perception et de transmission", poursuit-il.

Une hypoacousie brutale est-elle possible ?

L'hypoacousie peut survenir brutalement, causée par un traumatisme sonore aigu notamment.

Quelles sont les causes de l'hypoacousie ?

L'hypoacousie tout comme la surdité, peut être le résultat d'une atteinte de l'oreille externe et de l'oreille moyenne. Il peut s'agir dans ce cas :

  • d'un bouchon de cérumen ou d'un autre obstacle, un corps étranger,
  • d'une atteinte du tympan, comme une perforation ou au contraire un blocage
  • d'une malformation des osselets, d' un traumatisme (le coton tige !) ou à une maladie comme l'otospongiose
  • d'une otite aiguë ou d'une infection chronique de l'oreille

L'hypoacousie peut aussi être liée à une atteinte de l'oreille interne. Dans les possibles causes sont :

  • la prise de certains médicaments dits ototoxiques
  • une atteinte des cellules ciliées due à une maladie génétique ou à un traumatisme sonore
  • une infections comme les oreillons
  • la maladie de Menière
  • une atteinte du nerf de l'audition, comme dans le neurinome ou la sclérose en plaques.
  • un problème de transmission synaptique entre les cellules ciliées et les neurones  

Quels sont les symptômes de l'hypoacousie ?

Les symptômes de l'hypoacousie sont : la perte de l'audition, les acouphènes, les vertiges et troubles de l'équilibre. "Quand ces signes sont associés, il s'agit d'une atteinte de l'oreille interne, structure anatomique si compliquée que les anatomistes lui ont donné le nom de labyrinthe ! Il contient le vestibule, l'organe de l'équilibre qui se trouve à côté de la cochlée, l'organe de l'audition", explique le Pr. Frachet.

Quel lien entre hypoacousie et acouphènes ?

Les acouphènes, ces bruits (bourdonnements, sifflements) perçus par l'une ou les deux oreilles et qui n'existent pas dans l'environnement extérieur, s'accompagnent dans la grande majorité des cas d'une perte auditive, une hypoacousie.  

Quels traitements contre l'hypoacousie ?  

"Pour les surdités de transmission, une opération chirurgicale est souvent possible (greffe de tympan, osselet artificiel…) . Pour les surdités de perception, on s'oriente vers un appareillage auditif. La pose d'un implant cochléaire, réalisé lors d'une intervention chirurgicale, est proposé si la surdité est très sévère", résume notre expert. Sinon, le traitement dépendra de la cause, en cas d'infection notamment.

L'hypoacousie peut-elle être reconnue comme une maladie professionnelle ?  

Les secteurs de l'industrie et de la construction sont les plus concernés par un volume sonore trop élevé, selon l'étude Sumer 2010 relayée par l'INRS. "Les expositions de longue durée (plus de 20 heures par semaine) à des niveaux élevés (plus de 85 dB/(A)) concernent 4,8 % des salariés. Les secteurs les plus concernés sont l'industrie (le chiffre passe à 16,8 %) et la construction (10,5 %). Un certain nombre de ces salariés seront atteints de surdité irréversible", note l'institut spécialiste de la santé au travail. L'hypoacousie peut être reconnue comme maladie professionnelle selon des critères très strictes établis dans le tableau n°42 des maladies professionnelles du régime général disponible ou le tableau n°46 du régime agricole.

Merci au Pr. Bruno Frachet, médecin ORL, ancien chef de service à l'hôpital Rothschild à Paris et membre du conseil d'administration de la Fondation pour l'Audition.

ORL