Prothèse auditive : catégorie, prix, remboursement, comment ça marche ?

Chargement de votre vidéo
"Prothèse auditive : catégorie, prix, remboursement, comment ça marche ?"

De plus en plus performantes et sophistiquées, les prothèses auditives permettent à des personnes qui n'entendent plus suffisamment bien de retrouver une vie sociale normale. Le point avec le professeur Bruno Frachet, ORL à l'hôpital Rothschild à Paris et membre du conseil d'administration de la Fondation pour l'Audition.

Qu'est-ce qu'une prothèse auditive ?  

Un appareil auditif, ou audioprothèse, est un dispositif médical destiné à amplifier les sons en cas de défaillance auditive. Un appareil auditif n'est pris en charge que sur ordonnance médicale. Un audiogramme est nécessaire. Il existe trois types d'appareils auditifs :

  • les intra-auriculaires sont très discrets et sont moulés pour s'adapter à la morphologie du conduit auditif externe
  • les intra-conques se logent dans l'oreille, dans sa conque, un peu plus visibles 
  • les contours d'oreille et les mini-contours se placent derrière le pavillon

C'est l'audio prothésiste, en charge de l'appareillage, qui va proposer le type d'appareil qui conviendra le mieux au patient, en fonction de toute une série de critères. Il y a une période d'essai de l' appareil qui dure environ un mois. On achète que si on est sur du bénéfice, dans toutes les circonstances sonores du quotidien.

Comment fonctionne une prothèse auditive ?

"La prothèse auditive permet une amplification du son environnant. Le microphone capte le signal sonore. Il est ensuite amplifié, adapté à la surdité de la personne, l'écouteur restitue le son retravaillé. Le principe est toujours le même, mais la miniaturisation et l'informatique font des merveilles ! L'objectif étant de répondre à la double demande des utilisateurs, une prothèse quasiment invisible pour éviter ainsi la stigmatisation, et une prothèse efficace pour retrouver une bonne audition même dans les situations avec bruit de fond", développe Bruno Frachet.

Prothèses auditives classe 1 ou 2 ?  

Il existe deux classes d'appareils auditifs, les appareils de classe 1 sont remboursés à 100 % par la Sécurité sociale et les mutuelles complémentaires. Le reste à charge (RAC) est à zéro. "Les appareils de Classe 1 donnent de très bons résultats. Les avancées en la matière sont tellement rapides qu'un appareil de classe 1 aujourd'hui, c'était un appareil de classe 2, plus sophistiqué, il y a deux ou trois ans", précise l'ORL. Le choix sera réglé au cours de la période d'essai.

Les prothèses auditives peuvent-elles réduire les acouphènes ?

"Il n'existe aucun traitement chimique (médicamenteux) prouvé et constant pour faire disparaître l'acouphène, mais on peut développer un phénomène naturel : l'habituation. Cela signifie que vous vous habituez à des stimulations répétitives. Des conditions favorisent ce phénomène positif. Pour n'en citer qu'une seule, mieux entendre et mieux comprendre permet au sujet de ne plus "tendre" l'oreille, Ainsi, comme la grande majorité des cas des acouphènes coexistent avec une hypoacousie, les appareils auditifs sont très utiles. Désormais ils sont capables d'envoyer un petit signal sonore permanent, non agressif, non gênant qu'on va oublier. Ce signal sonore va favoriser l'habituation et donc la tolérance de l'acouphène.", développe le médecin. Dans le détail et concrètement, comment ça marche ? "La grande majorité des acouphènes se développent avec une surdité, on l'a dit : la prothèse auditive d'aujourd'hui est capable d'utiliser un de ses canaux pour générer ce fameux signal sonore qui s'approche de l'acouphène. On l'oublie et on oublie aussi l'acouphène. L 'habituation se développe plus rapidement", poursuit-il.

Prothèse auditive et hyperacousie

La prothèse auditive ne sera d'aucune utilité pour l'hyperacousique, qui entend déjà les sons trop forts et déformés. L'hyperacousique est intolérant au bruit et utilisera surtout des protections auditives et bouchons d'oreille pour se soulager.  

Quelle gêne avec l'appareil auditif ?  

"Exceptionnellement, la prothèse auditive intra-canalaire est parfois désagréable et difficile à porter. Le conduit auditif externe est une zone très innervée et sensible, la peau y est fragile", précise Bruno Frachet.

Des prothèses auditives sont-elles disponibles en pharmacie ?

"En pharmacie, sans ordonnance, on trouve ce qu'on appelle des "assistants d'écoute." Ils coûtent 200 à 300 euros contre un premier prix aux alentours de 900 pour les prothèses auditives. Le gain auditif est faible, vous n'avez pas l'aide d'un professionnel, et surtout, ils ne sont pas pris en charge. Le résultat du match est en faveur de la prothèse conventionnelle, en France, la prothèse de classe 1 est totalement remboursée, l'audioprothésiste vous assiste pendant toute la durée de vie de l'appareil (4 ans), il le règle pour vous. Selon moi, ces assistants d'écoute, depuis l'arrivée du reste à charge 0 (RAC 0) ne sont d'aucune utilité", tranche le professionnel. 

Une prescription médicale est-elle toujours nécessaire pour se rendre chez un audioprothésiste ?

Pour la prise en charge, l'ordonnance est obligatoire. "Si vous souffrez d'un déficit auditif, sachez que l'Assurance Maladie vous rembourse, sur prescription médicale, vos aides auditives (également appelées" prothèses auditives") et leurs accessoires", précise le site Ameli.

Nettoyage et entretien : comment faire ?

Nettoyer régulièrement ses appareils auditifs est primordial pour assurer leur bon fonctionnement. "Durant les 4 ans de vie de l'appareil, l'audioprothésiste assurera le suivi régulier, tous les 6 mois environ chez l'audioprothésiste afin de régler l'appareil", explique Bruno Frachet. C'est aussi le rôle de l'audioprothésiste d'expliquer aux patients comment prendre soin et comment nettoyer régulièrement les appareils.

Quels prix et quels remboursements ?  

L'entrée de gamme d'une prothèse auditive coûte en moyenne 900 euros. Plus la prothèse est sophistiquée, plus elle coûte cher. Les aides auditives sont désormais répertoriées en deux catégories :

  • les aides auditives de classes I qui composent l'offre 100 % Santé destiné à permettre aux assurés de prétendre à une offre exonérée de reste à charge,
  • les aides auditives de classe II, en dehors du 100 % Santé, qui sont des dispositifs médicaux à prix plus élevé contre les fonctionnalités plus efficaces. Mais répétons-le c'est la période d'essai qui permettra d'évaluer les demandes et trouver une réponse adaptée pour ces prothèses, il y a un reste à charge. Le devis expliquera tout cela, note le site Ameli.fr. Il sera remboursé du montant par la Sécurité sociale et de montants variables par les mutuelles. Le patient doit s'attendre à devoir payer un reste à charge. L'assuré reste libre, cependant, de choisir un équipement auditif relevant de la classe II.

Quid du renouvellement ?

"Le renouvellement, remboursé à 100 %, de son appareil auditif n'est possible qu'après une période de quatre ans suivant la première ou précédente délivrance", précise le site Ameli.fr.

Merci au Pr. Bruno Frachet, ORL à l'hôpital Rothschild à Paris et membre du conseil d'administration de la Fondation pour l'Audition.

ORL