Pyosalpinx : définition, causes, traitements 

Résultant le plus souvent d'une salpingite non diagnostiquée ou prise en charge trop tardivement, le pyosalpinx désigne une grave infection des trompes de Fallope. À quoi est-il dû ? Comment le reconnaître ? Quelle prise en charge requiert-il ? Réponses avec le Dr Odile Bagot, gynécologue.

Pyosalpinx : définition, causes, traitements 
© Sebastian Kaulitzki-123RF

Définition

Le pyosalpinx est une complication directe de la salpingite, une infection génitale féminine qui touche les trompes de Fallope. Le pyosalpinx se caractérise par la présence de pus dans l'une ou les deux trompes de Fallope. "Parfois, le pyosalpinx est la complication d'une péritonite appendiculaire c'est-à-dire que l'infection de l'appendice va toucher l'abdomen et aussi le pelvis, pouvant remonter jusqu'à la trompe et l'infecter", précise le Dr Odile Bagot. 

Pyosalpinx bilatéral

Le pyosalpinx est dit bilatéral lorsqu'il touche la trompe droite et la trompe gauche. 

Hydropyosalpinx : c'est quoi ?

"On parle d'hydropyosalpinx lorsque les trompes, du fait d'une inflammation chronique, sont remplies de liquide. Le plus souvent, c'est la suite lointaine d'une infection à Chlamydia qui serait passée inaperçue", indique la gynécologue. 

Causes

On distingue deux grands types de causes :  

  • Les causes ascendantes : ce sont les infections sexuellement transmissibles dues à des germes pathogènes : chlamydia trachomatis, gonocoque, un certain type de mycoplasme qui vont remonter par le vagin, le col, l'utérus et infecter les trompes de Fallope. Ce sont les causes les plus fréquentes. 
  • Les causes secondaires à une infection péritonéale : en général, suite à une appendicite. C'est tout le petit bassin qui est infecté, y compris les trompes. 

Symptômes

Les symptômes du pyosalpinx sont sensiblement les mêmes que ceux de la salpingite, à savoir des douleurs pelviennes lors de la phase aiguë qui peuvent devenir chroniques, des douleurs lors de rapports, des pertes vaginales abondantes, colorées parfois malodorantes et de la fièvre. 

Diagnostic

Une échographie pelvienne permet de poser le diagnostic. "En cas de doute, un scanner ou une IRM peuvent être effectués en complément. Une cœlioscopie est parfois indiquée pour faire des prélèvements et observer les lésions engendrées par cette infection génitale haute. La découverte du pyosalpinx peut aussi se faire de manière fortuite, lors de la palpation, au cours d'un examen de routine, d'une masse pelvienne dont on confirmera la nature par une échographie ", commente la spécialiste.

Traitements

Antibiotiques : Si le pyosalpinx est lié à une infection génitale haute, le traitement repose sur l'antibiothérapie en fonction du germe impliqué. 

Opération : Lorsque les trompes de Fallope sont trop endommagées ou qu'il y a une très grosse poche de pus, on peut procéder à leur ablation (salpingectomie) par cœlioscopie. "Néanmoins, lorsque l'on fait une cœlioscopie, on ne touche pas forcément aux trompes parce qu'il ne faudrait pas que l'infection s'étende au reste du pelvis, nuance le Dr Odile Bagot. Il faut savoir que le pyosalpinx laisse presque toujours des séquelles : outre des trompes très abîmées, il augmente le risque de stérilité et/ou de grossesse extra-utérine de manière considérable"

Pyosalpinx et cancer

Notre gynécologue indique qu'il n'y a aucun lien entre pyosalpinx et cancer, ni de la trompe ni des ovaires. 

Peut-on prévenir le pyosalpinx ?

"Pour éviter le pyosalpinx, il faut se protéger contre les infections sexuellement transmissibles par le port systématique du préservatif et des visites régulières chez le gynécologue", conseille le Dr Odile Bagot. 

Merci au Dr Odile Bagot, gynécologue et auteure de "Vagin & Cie, on vous dit tout !" aux Editions Mango.