Variant Covid JN.1 : majoritaire en France en 2024, quels symptômes ?

Le variant JN.1 du Covid-19 reste majoritaire en France en 2024.

Variant Covid JN.1 : majoritaire en France en 2024, quels symptômes ?
© jomkwan7 - 123RF

Au fil du temps, le virus du Covid-19 mute et de nouveaux variants font leur apparition dans le monde et en France. Le dernier en date, nommé JN.1 ou "Juno" est un sous-lignage de BA.2.86 (surnommé le variant Pirola), lui-même sous-variant d'Omicron (variant Covid majoritaire en France et dans le monde depuis 2022). Majoritaire depuis janvier 2024, JN.1 l'est toujours en mars "en France et au niveau mondial" précise Santé Publique France.

Quels symptômes entraîne-t-il ?

Parmi les personnes infectées par le variant JN.1, 97% présentent des symptômes. Dans son analyse de risque, Santé Publique France informe que les symptômes les plus fréquents sont :

  • Un asthénie/fatigue,
  • Des céphalées (importants maux de tête)
  • De la fièvre
  • De la toux
  • Un écoulement nasal / Un nez bouché
  • Parfois, une perte de goût (agueusie) / perte d'odorat (anosmie)

En janvier 2024, la NHS (Agence de Santé britannique) a rapporté un nouveau symptôme de ce variant : la diarrhée. En France aussi. "on observe depuis les premiers variants que le coronavirus donne des diarrhées. Ce symptôme semble un plus fréquent avec le nouveau variant mais il n'est pas nouveau", tient à rétablir Antoine Flahault, épidémiologiste et professeur à la faculté de médecine de l'université de Genève qui rassure sur le fait que "cela ne va pas entraîner des formes plus graves" de Covid. 

Quelle est la durée des symptômes ?

Les symptômes se développent généralement en moyenne 5 à 7 jours après la contamination, mais cette période peut s'étendre de 2 à 14 jours dans certains cas. Les symptômes disparaissent généralement en 2 à 3 semaines. 

Combien de cas en France en 2024 ?

Parmi les pays ayant détecté le sous-lignage JN.1, la France fait partie des pays qui rapporte le plus de cas : au 7 février 2024, il représentait 86% des séquences interprétables. Le variant JN.1 est celui qui circule le plus en France (en rose foncé sur le graphique ci-dessous). 

courbe-variant-JN1-france-janvier-2024
Détection des variants classés au cours des enquêtes Flash, France hexagonale © Santé publique France

Quelles sont les caractéristiques de JN.1 ?

Par rapport à son sous-lignage parental BA.2.86.1, JN.1 présente trois mutations d'acides aminés dont une seule dans la protéine Spike (L455S). La mutation L455S n'a été détectée jusqu'ici qu'à des niveaux faibles et "on ne dispose pas de données précises sur son potentiel impact en santé publique" explique Santé Publique France avant de préciser qu'à ce stade "rien n'indique que JN.1 possède des caractéristiques différentes des autres sous-lignages de BA.2.86".

Plus dangereux que les autres ?

Selon Santé publique France, les données in vitro disponibles suggèrent un échappement immunitaire plus important de JN.1 par rapport à BA.2.86 mais qui pourrait être partiellement compensé par une diminution de transmissibilité. Autrement dit, ce variant serait "plus résistant" aux anticorps mais il serait moins transmissible. Ces résultats doivent être confirmés, en particulier avec des études en vie réelle. "A ce stade, les analyses n'ont pas identifié de signal préoccupant, que ce soit pour BA.2.86 ou pour JN.1. Cependant il reste encore des cas en cours d'investigation qui peuvent faire évoluer ces résultats" explique Santé Publique France.

  • Analyse de risque liée aux variants émergents de SARS-COV-2 (11/12/2023) Santé publique France
  • Variants Happen, Centers for Disease Control and Prevention, 27 octobre 2023