Ortie (dioïque) : bienfaits, dangers, contre-indications

L'ortie est un trésor de vertus pour la santé : reminéralisante en cas de fractures, d'ostéoporose, d'anémie ; bénéfique en cas d'acné, d'eczéma, de psoriasis, l'ortie piquante prévient et traite les calculs rénaux, les rhumatismes, l'arthrite... et plus encore. Détails de ses bienfaits avec Frédérique Laurent, naturopathe.

Ortie (dioïque) : bienfaits, dangers, contre-indications
© sergio_ksv-123RF

Nom de la plante

L'ortie (Urtica dioïca), aussi connue sous le nom d'ortie dioïque ou de grande ortie, est une plante herbacée vivace de la famille des urticacées. Facilement reconnaissable, elle possède des feuilles ovales recouvertes de petits poils urticants. Elle pousse dans toutes les régions tempérées du monde. L'autre espèce d'ortie existante, l'ortie brûlante, possède les mêmes propriétés phytothérapeutiques que l'ortie dioïque.

Parties utilisées de la plante

Les parties utilisées sont les racines et les parties aériennes (feuilles et graines) de la plante.

Bienfaits

"On utilise les feuilles, les racines et les graines d'ortie pour trois usages différents.

  • La feuille d'ortie est de loin la forme la plus utilisée pour sa haute valeur nutritionnelle, notamment sa richesse en fer et en silice qui font d'elle une plante reminéralisante à souhait en cas de fractures, d'ostéoporose, de tendinites, d'entorses. Elle fortifie les anémiés, les femmes aux règles abondantes et lutte contre la fatigue. Elle est par ailleurs dépurative du sang et s'emploie donc dans toutes les affections de peau : acné, psoriasis, eczéma. Son action diurétique prévient et traite les calculs rénaux, les rhumatismes et l'arthrite. Les feuilles d'ortie séchées peuvent se manger en soupe ou en quiches, c'est très bon ! En application externe sur le cuir chevelu en bain de plantes ou en vinaigre, elle freine la chute et redonne vigueur aux cheveux.
  • La racine d'ortie est quant à elle indiquée contre l'hypertrophie bénigne de la prostate ou adénome prostatique, mal dont souffrent les hommes, passé la cinquantaine. Elle apporte aux hommes un confort la nuit et réduit les sensations d'envies irrépressibles d'uriner.
  • La graine d'ortie est quant à elle utilisée contre l'énurésie, c'est-à-dire le "pipi au lit" des enfants. Elle se consomme sous forme de petits gâteaux", décrit Frédérique Laurent, naturopathe.

L'ortie dioïque est enregistrée dans la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française.

Contre l'hypertension ?

"L'ortie n'est pas spécifiquement conseillée pour l'hypertension", précise la naturopathe.

Posologie : tisane, gélule

En cas de douleurs rhumatismales, troubles du sommeil ou de l'appétit, fatigue intellectuelle et physique :

  • En infusion : 3 cuillerées à soupe de feuilles séchées pour 50 cl d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Boire 4 à 6 tasses par jour.
  • En décoction : 1 cuillerée à soupe de feuilles pour 25 cl d'eau froide, porter à ébullition eau et plante, faire bouillir 2 minutes les feuilles, laisser infuser 10 minutes et filtrer. Boire 2 à 4 tasses par jour 3 semaines par mois.
  • En gélules dosées à 250 mg : 2 le midi et 2 le soir au cours du repas.
  • En extrait hydro-alcoolique : 30 gouttes dans un verre d'eau matin et soir.
  • En jus frais : 2 cl, 2 fois par jour.

Dangers

Les feuilles d'ortie peuvent provoquer des réactions allergiques en cas d'usage prolongé.

Précautions et contre-indications

L'utilisation de l'ortie n'est pas conseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent, ainsi qu'aux enfants de moins de 12 ans. Elle est également contre-indiquée en cas d'œdème ou de cancer de la prostate. L'usage de la racine en cas de troubles prostatiques exige un suivi médical.

Effets secondaires indésirables

Les rares effets secondaires liés à l'ortie : nausées, diarrhées, allergies, notamment cutanées. Chez l'homme, des troubles de l'érection sont possibles. Si vous êtes sous traitement médicamenteux, prenez soin de le préciser à votre médecin ou à votre pharmacien avant de vous faire prescrire un traitement phytothérapeutique.

Merci à Frédérique Laurent, naturopathe à Annecy et auteure de plusieurs ouvrages aux éditions LEducs dont " 1000 ordonnances naturopathiques".

Phytothérapie