Troubles du sommeil : insomnie, hypersomnie, qui consulter ?

"Troubles du sommeil : insomnie, hypersomnie, qui consulter ?"

Insomnie, hypersomnie... Pourquoi avons-nous du mal à dormir ? Quelles sont les causes de troubles du sommeil ? Les symptômes évocateurs ? Les conséquences ? Quels traitements ? Qui consulter ? Réponses du Dr Nicolas Vitello, neurologue et médecin du sommeil.

On parle de troubles du sommeil quand on n'arrive pas à bien à dormir. Ces troubles englobent les insomnies (manque de sommeil) et les hypersomnies (excès de sommeil). Quelles sont les causes d'un trouble du sommeil ? Les symptômes évocateurs en fonction du type de trouble ? Comment pose-t-on un diagnostic de trouble du sommeil ? Quels sont les traitements ? Naturels ou pas ? Quand et qui consulter ? Réponses du Dr Nicolas Vitello, neurologue et médecin du sommeil à la Polyclinique la Pergola à Vichy (Etablissement Elsan). 

Définition : c 'est quoi un trouble du sommeil ?

On dit qu'une personne présente un trouble du sommeil lorsqu'elle se plaint d'avoir un mauvais sommeil : autrement dit, de ne pas dormir assez, de trop dormir ou de mal dormir. Les troubles du sommeil couvrent un panel très large. En tout, il y aurait 85 troubles du sommeil différents selon l'American Academy of Sleep Medicine. "On peut tous être sujet à un trouble du sommeil au cours de notre vie. Mais cela devient problématique quand ces troubles s'installent, se multiplient, et deviennent chroniques. Attention, un trouble du sommeil ne signifie pas forcément un trouble pathologique. Si on vous annonce une mauvaise nouvelle par exemple, vous allez mal dormir et pour autant, vous n'avez pas une maladie. Dans ce contexte, la mauvaise qualité de sommeil sera justifiée par une raison psychologique. Pour définir un trouble du sommeil, il faut qu'il soit chronique (ou qu'il apparaisse brutalement) , qu'il ait un impact sur la qualité de vie et un retentissement la journée" décrit notre spécialiste. 

Un temps d'endormissement est long au-delà de 30 minutes, et pathologique au-delà d'une heure. 

Quels sont les différents types de troubles du sommeil ?

Il y a deux grandes familles de troubles du sommeil :

Les insomnies qui se traduisent par un manque de sommeil, parmi lesquelles on retrouve plusieurs types d'insomnies :

  • Insomnie d'endormissement
  • Mauvaise perception du sommeil
  • Insomnie chronique
  • Insomnie de réveil précoce
  • Insomnie de mauvaise qualité de sommeil
  • Insomnie idiopathique...

Les hypersomnies qui se traduisent par une augmentation excessive du temps de sommeil, parmi lesquelles on retrouve plusieurs types de troubles :

  • Narcolepsie (ou narcolepsie-cataplexie)
  • Hypersomnie idiopathique
  • Syndrome de Kleine-Levin...

Il y a d'autres pathologies qui entraînent des troubles du sommeil comme : le syndrome des jambes sans repos, le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (apnée du sommeil), troubles du rythme circadien... Ce ne sont pas des troubles du sommeil à proprement parler, mais des causes de troubles du sommeil

Quels sont les symptômes d'un trouble du sommeil ?

Symptômes d'une insomnie :

  • Des difficultés pour s'endormir
  • Des réveils pendant la nuit ou des réveils trop matinaux associés à des difficultés pour se rendormir
  • Un retentissement dans la journée : fatigue ou manque d'énergie, somnolence, trouble de l'attention, trouble de la concentration, modification de l'humeur, irritabilité...

Symptômes d'une hypersomnie :

  • Une somnolence diurne excessive quotidienne 
  • Des accès de sommeil irrépressible
  • Des grandes difficultés à se réveiller le matin (appelées "ivresse du sommeil")
  • Des comportements automatiques
  • Des comportements de désorientation spatio-temporelle
  • Parfois, des paralysies du sommeil
  • Des hallucinations,
  • Des troubles de l'attention et de la concentration en journée (lenteur de la pensée et de la parole)

Quelles sont les causes d'un trouble du sommeil ?

Une insomnie occasionnelle ou aiguë (qui ne dure que quelques nuits) est souvent liée à un environnement peu propice au sommeil (trop de bruit, trop de lumière, il fait trop chaud, trop froid, la literie est de mauvaise qualité...), à un événement stressant, à l'absorption de café...  Dès que la cause à l'origine du trouble disparaît, l'insomnie cesse. Ses conséquences sont peu importantes, puisqu'on est généralement capable de récupérer rapidement un sommeil normal.

Une insomnie chronique (qui se manifeste au moins 3 fois par semaine depuis au moins 3 mois) peut être causée par :

  • Une maladie : hyperthyroïdie, reflux gastro-œsophagien (RGO), asthme nocturne, rhumatismes, dépression...
  • Un syndrome des jambes sans repos
  • Une apnée du sommeil
  • Un trouble du rythme circadien...

Une hypersomnie (qui se manifeste par des besoins excessifs de sommeil) peut être causée par :

  • un défaut de sécrétion d'hypocrétine (neurotransmetteur produit au niveau de la l'hypothalamus) dans le cas de la narcolepsie-cataplexie
  • un mauvais fonctionnement de certains systèmes d'éveil, avec une prédisposition génétique dans le cas de l'hypersomnie idiopathique
  • Dans le cas du syndrome de Kleine-Levin : la cause est encore inconnue. 

Quelles sont les conséquences d'un trouble du sommeil ?

"Sur le long terme, les troubles du sommeil ont des conséquences très délétères sur la vie quotidienne (fatigue, manque d'énergie, accès de somnolence la journée, troubles de l'attention, irritabilité...) et favorisent les risques de comorbidités (maladies psychiatriques, cardiovasculaires...)", alerte le médecin du sommeil. 

Qui consulter en cas de troubles du sommeil ?

"A partir du moment où la perturbation du sommeil est invalidante dans la vie quotidienne, une personne doit consulter. En premier lieu, elle peut en parler à son médecin traitant qui pourra l'orienter si besoin vers un spécialiste, comme par exemple un médecin du sommeil qui pourra déterminer la cause du trouble et mettre en place une prise en charge adaptée", indique le Dr Vitello. 

Comment pose-t-on le diagnostic d'un trouble du sommeil ?

Pour diagnostiquer un trouble du sommeil, le médecin doit s'assurer que l'évolution du sommeil est anormale. "On interroge le patient sur le sommeil, mais aussi sur l'hygiène de vie, le travail, les antécédents médicaux, l'alimentation, le sport, le mode de vie pour pouvoir prendre en compte l'environnement dans sa globalité et faire le tri parmi toutes les causes possibles d'un trouble du sommeil", précise notre interlocuteur. Ensuite, des tests de sommeil peuvent être pratiqués, dans un laboratoire du sommeil (public ou privé). Il en existe plusieurs types en fonction des informations recherchées : la polysomnographie (le test de référence), l'oxymétrie nocturne, le test de maintien à l'éveil... A noter qu'il y a des centres et des unités spécialisés dans les troubles du sommeil dans toutes les régions de France. 

→ Voir la liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil

Quels sont les traitements (médicaments ou naturels) d'un trouble du sommeil ?

Une fois que le problème est ciblé, il faut traiter la cause sous-jacente de l'insomnie. "On a des solutions, qui sont médicamenteuses ou pas, pour traiter les troubles du sommeil", indique le professionnel. En fonction de la cause, on va pouvoir proposer au patient une solution adaptée :

Notre temps de sommeil est amputé et il est considéré comme une perte de temps. Or, le sommeil répare physiquement et permet de récupérer cognitivement.

Les solutions pour traiter une insomnie :

  • La prise en charge par thérapie cognitivo-comportementale (TCC) en cas d'insomnie chronique, pour retrouver une bonne hygiène de sommeil.
  • La prise en charge par l'hypnose, l'acupuncture, la sophrologie ou le yoga...
  • La prise en charge médicamenteuse par les somnifères qui peuvent constituer une aide transitoire s'ils sont pris de manière adaptée et sur une courte durée. Néanmoins, "la solution est rarement la prise de somnifères. A terme, le somnifère n'est pas efficace sur l'insomnie et peut entraîner d'autres troubles, comme des troubles de la concentration, ou des somnolences ou des chutes pendant la journée", prévient le spécialiste. 
  • Si l'insomnie est causée par une apnée du sommeil, on peut avoir recours à des respirateurs ou des orthèses d'avancée mandibulaire

Les solutions pour traiter une hypersomnie :

  • Le recours à des traitements "éveillants" pour maintenir artificiellement la personne éveillée (par exemple, le modafinil ou le methylphénidate)
  • Le recours à des traitements contre les accès de cataplexie, les hallucinations pendant le sommeil, les paralysies du sommeil (si la narcolepsie est associée à d'autres symptômes), comme par exemple certains antidépresseurs ou le gamma-hydroxybutyrate, ou des médicaments qui favorisent la continuité du sommeil. 

"On vit dans une société où il faut aller vite, avec beaucoup de stress. Conséquence : notre temps de sommeil est amputé et il est considéré comme une perte de temps. Or, le sommeil répare physiquement et permet de récupérer cognitivement. Il faut vraiment qu'on soit à l'écoute de notre fatigue et qu'on s'accorde du temps pour un sommeil de qualité. il faut observer les premiers signes de fatigue et savoir les interpréter. L'hygiène de vie est primordiale : ne pas s'exposer aux écrans le soir, dîner léger, ne pas consommer d'excitants (café, thé, alcool, tabac...) avant de dormir, pratiquer une activité physique régulière, respecter des rythmes d'alimentation...", conclut le Dr Vitello. On conseille en général d'arrêter de s'exposer aux écrans une à deux heures avant l'endormissement. 

Merci au Dr Nicolas Vitello, neurologue et médecin du sommeil à la Polyclinique la Pergola à Vichy (Etablissement Elsan)

Sommeil