Busserole : bienfaits (cystite), dangers, contre-indications

La busserole est un remède phare contre les infections urinaires : cystites, inflammations du rein, incontinence, et en cas de calculs. Elle possède aussi des vertus contre les diarrhées et les leucorrhées (pertes blanches) chez la femme, mais n'est pas sans danger. Mode d'emploi avec Amélie Mounier, naturopathe.

Busserole : bienfaits (cystite), dangers, contre-indications
© Heike Rau - 123RF

Nom de la plante

La busserole (Arctostaphylos uva-ursi) est également appelée "raisin d'ours" à cause de ses fruits : des petites baies rouges semblables à celles de la canneberge, particulièrement appréciées des ours. Elle est un sous-arbrisseau vivace de la famille des Ericacées. Cette plante aux petites feuilles ovales, coriaces, vert foncé, fleurie au printemps, donnant de petites fleurs en clochette d'un blanc rosé. Elle pousse dans les régions montagneuses d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord jusqu'à 3000 mètres d'altitude.

Parties utilisées de la plante

Les parties utilisées sont les feuilles, de préférence séchées, qui concentrent les propriétés médicinales de la plante. Les baies rouges qui mûrissent à l'automne sont acides et astringentes, convenant plutôt aux oiseaux et aux ours.

Bienfaits : cystite, calculs urinaires...

Les feuilles de la busserole contiennent des tanins et trois glucides : l'arbutoside ou arbutine comme dans la bruyère, l'éricoline et la méthylarbutine. L'arbutine a la particularité une fois ingérée, d'être métabolisée uniquement dans les voies urinaires où elle se dégrade en glucose et en hydroquinone, conférant ainsi à la busserole ses vertus antiseptiques dans la vessie. "La busserole est utilisée principalement pour lutter contre les infections ou problème de la sphère urinaire grâce à ses propriétés diurétiques, astringentes, antiseptiques (teneur en hydroquinone), indique l'experte. Elle soulage les cystites, la pyélonéphrite, les urétrites, mais aussi l'incontinence, l'hypertrophie prostatique (attention, pour cela les reins ne doivent pas être touchés. "De ce fait, elle est surtout indiquée dans le traitement des infections urinaires, notamment les cystites, les inflammations du rein, les inflammations de l'urètre, l'hypertrophie de la prostate, l'incontinence ou la rétention d'urines. Elle peut également être utilisée en cas de calculs urinaires, de diarrhées grâce à la présence de ces tanins, ou "de leucorrhées (pertes blanches) chez la femme", indique la naturopathe. La busserole est enregistrée dans la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française.

Posologie

baies de busserole
Baies de busserole © 123RF-besjunior
  • En décoction : en cas d'infections urinaires, mettre 4 cuillerées à soupe de feuilles sèches pour 1 litre d'eau froide, faire bouillir 3 minutes, retirer du feu et laisser infuser 10 minutes à couvert. Boire sur la journée, jusqu'à amélioration.
  • En extrait hydro-alcoolique (teinture mère) : 25 à 30 gouttes dans 1 verre d'eau, 3 fois/jour ou 75-90 gouttes dans 1 litre d'eau. Prendre jusqu'à amélioration.

Dangers de la busserole

"La busserole peut engendrer une constipation, des nausées et vomissements si elle est utilisée trop longtemps. Il est recommandé de ne pas dépasser 10 jours de prise par voie interne et maximum 5 fois par an ", prévient l'experte.

Précautions d'emploi et contre-indications

  • La busserole n'est pas conseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent.
  • "Déconseillée chez les enfants de moins de 12 ans.
  • Contre indiquée en cas d'ulcère ou constipation chronique" indique l'experte.
  • Si vous êtes sous traitement médicamenteux, prenez soin de le préciser à votre médecin ou à votre pharmacien avant de vous faire prescrire un traitement phytothérapeutique. Ces conseils ne remplacent pas l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. Si les symptômes persistent ou s'aggravent, il convient de consulter rapidement son médecin traitant.
  • Il est déconseillé d'utiliser des ustensiles en fer lors de la préparation des infusions et décoctions pour ne pas précipiter le tanin.
  • "La prise de busserole par voie interne ne doit pas dépasser 10 jours et maximum 5 fois par an", rappelle t-elle.

Effets secondaires indésirables

Chez les personnes à l'estomac sensible, les tanins contenus dans les feuilles peuvent être à l'origine de certains effets indésirables tels qu'une irritation gastrique, des nausées, des vomissements. La busserole peut donner une coloration verte aux urines, sans toutefois être inquiétante.

Merci à Amélie Mounier, naturopathe certifiée FENA, à Vincennes.

Phytothérapie