Les plantes et remèdes naturels contre les pertes de mémoire

Lorsque la mémoire flanche, il n'y a pas que l'allopathie pour la stimuler. Les médecines douces et la nutrition sont aussi de la partie. Découvrez les solutions pour avoir une mémoire d'éléphant, avec Sylvie Hampikian, pharmacologue experte en médecines douces.

Les plantes et remèdes naturels contre les pertes de mémoire
© kerdkanno-123RF

Qu'appelle-t-on une perte de mémoire ?

Aussi appelée "trouble mnésique", une perte de mémoire correspond à la difficulté de se rappeler un fait, un mot ou une personne. On distingue les simples "trous de mémoire" liés à un état de fatigue passager ou de stress, des troubles plus graves, comme l'amnésie. Elle peut se situer à différents niveaux : 

  • L'amnésie rétrograde consiste en l'oubli de souvenirs anciens.
  • L'amnésie antérograde consiste en l'incapacité de retenir des faits et des événements présents.

Ces déficits de la mémoire peuvent être soudains ou progressifs, passagers ou définitifs.

Perte de mémoire : le signe de quoi ?

Il peut être le signe de maladies diverses :

  • Une crise d'épilepsie peut être responsable de troubles mnésiques transitoires.
  • Une maladie neurodégénérative du type Alzheimer ou Parkinson.
  • Un Accident Vasculaire Cérébral qui, en provoquant une thrombose vasculaire, altère le cerveau.
  • Un traumatisme crânien.
  • La prise de médicaments comme les somnifères et les anxiolytiques.

Quelles plantes pour booster la mémoire ? 

Certaines sont souveraines pour stimuler nos fonctions cognitives. 

Le ginkgo biloba

Déjà connu pour ses excellents effets sur la circulation sanguine, le ginkgo biloba a aussi des vertus sur la mémoire et les fonctions intellectuelles. Ses nombreux principes actifs sont réputés pour agir sur toutes les pertes de mémoire, y compris les troubles plus graves comme la maladie d'Alzheimer. "Il s'utilise aussi bien sous forme d'extraits liquides, en gélules ou simplement en infusion. Pour plus d'efficacité, il est recommandé d'en consommer régulièrement, et même à titre préventif. Vous pouvez en faire des cures de 3 semaines par mois, sans dépasser 3 mois. Renseignez-vous auprès de votre pharmacien si vous prenez déjà un médicament, car des interactions sont possibles (Levothyrox, anticoagulants, etc….)", explique Sylvie Hampikian, pharmacologue experte en médecines douces.

La rhodiole

Plante adaptogène, la rhodiole est un autre stimulant des capacités cérébrales. Elle favorise la vivacité d'esprit et permet d'améliorer ses réflexes cognitifs. "Vous pouvez en faire des cures de 3 semaines par mois, sans dépasser 3 mois consécutifs, sous forme de gélules en respectant la dose indiquée. Vous préférez une infusion ? Jetez une cuillère à café de racine séchée pour une tasse d'eau de 25 cl. Laissez bouillir 5-10 minutes, avant de filtrer. Evitez d'en prendre le soir car légèrement excitante, elle pourrait perturber l'endormissement chez certaines personnes. Enfin, renseignez-vous auprès de votre pharmacien si vous prenez déjà un médicament, car des interactions sont possibles, notamment avec les anticoagulants, les antidiabétiques, les antihypertenseurs ainsi que les médicaments psychotropes", recommande Sylvie Hampikian.

Le ginseng

Particulièrement indiquée dans les cas de fatigue physique et intellectuelle, la racine de ginseng peut se consommer crue, en infusion, râpé, en poudre… Son efficacité pour cet usage a été reconnue par l'OMS. Mais la racine de ginseng n'en finit pas de faire parler d'elle et se révèle être tout aussi efficace contre les pertes de mémoire liées à la fatigue. "Vous pouvez en faire une cure de 3 semaines par mois sans dépasser 3 mois consécutifs sous forme de gélules. Attention, sa consommation est formellement contre-indiquée pendant la grossesse et en cas de troubles hormonaux ou de risque de cancer hormono-dépendant", alerte notre expert.

La sauge officinale

Selon l'étude "Salvia (Sage) : A Review of its Potential Cognitive-Enhancing and Productive Effects", parue en novembre 2016, la sauge permet d'améliorer les capacités de concentration et de mémorisation. Vous pouvez la prendre en tisane, sans dépasser 10 g de plante séchée par jour (3 tasses), en cures de 2 semaines par mois. Elle est formellement contre-indiquée pendant la grossesse et en cas de troubles hormonaux ou de risque de cancer hormono-dépendant.

Quelles huiles essentielles contre les pertes de mémoire ?

Certaines essences n'ont pas leur pareil pour booster notre mémoire.

L'huile essentielle de Petit Grain Bigaradier

Très efficace contre le stress et l'équilibre des émotions, cette huile essentielle possède également des vertus sur nos fonctions cognitives : elle favorise une meilleure concentration et améliore nos capacités de mémorisation. Vous pouvez en diffuser 5 gouttes à l'aide d'un diffuseur adapté, 2 à 3 fois par semaine, dans votre bureau ou votre chambre.

L'huile essentielle de Romarin

C'est l'essence de notre matière grise : elle favorise le tonus, la concentration, la vigilance et la mémoire. Pour profiter de ses bienfaits, vous pouvez déposer une goutte de cette huile essentielle sur votre poignet ou un mouchoir. "Respirez-la tout simplement lorsque vous en ressentez le besoin, jusqu'à 3 fois par jour. Elle est contre-indiquée en cas d'hypertension et de risque épileptique", assure Sylvie Hampikian.

L'huile essentielle de citron jaune

Vous vous sentez lasse et fatiguée et cela vous provoque des troubles de la mémoire ? Pour stimuler votre énergie et booster vos cellules grises, tournez-vous vers l'huile essentielle de citron jaune. Particulièrement stimulante, elle n'a pas son pareil pour vous aider à retrouver de bonnes fonctions cognitives. Vous pouvez la respirer sur un mouchoir ou en prendre 2 gouttes dans un peu de miel, jusqu'à 3 fois par jour. Son petit parfum piquant et sa puissance régénératrice nous donnent un coup de fouet instantané ! En revanche, évitez de l'appliquer pure sur la peau et de l'avaler en même temps qu'un traitement médicamenteux car elle pourrait en diminuer l'efficacité. 

Quels aliments pour préserver la mémoire ?

Ce que nous mettons dans notre assiette a un impact direct avec le cerveau. Panorama. 

Les céréales complètes et les légumineuses.

Le principal carburant du cerveau, c'est le sucre. Mais comme il est incapable de le stocker, il le puise dans le sang au fur et à mesure de ses besoins. Pour que le cerveau soit correctement approvisionné et que la mémoire fonctionne parfaitement, il est donc important de maintenir un taux de sucre constant. Parce que les céréales complètes et les légumineuses sont sources de sucres complexes, ils sont un excellent atout. Invitez chaque jour à votre menu le riz,l'avoine, les pâtes, le pain, la semoule, les pois chiches ou encore les lentilles.

Les poissons gras et les huiles végétales

Leurs atouts ? Leur richesse en omégas 3, un acide gras essentiel. Une étude parue en janvier 2016 dans la revue Nutrients montre que ceux qui consomment beaucoup d'omégas 3 traitent plus rapidement les informations et ont une meilleure mémorisation. La raison ? Ces lipides assurent une bonne fluidité de la membrane des neurones. Chaque jour, consommez une à deux cuillères à soupe d'huile de colza, de lin ou de noix, et, une à deux fois par semaine, une portion de poisson gras comme le saumon, le maquereau ou le thon rouge.

Les amandes

L'atout de ces petits fruits oléagineux est leur grande richesse en magnésium. 100 g d'amandes avec leur peau en apportent 270 mg, soit plus que le chocolat noir à 70% de cacao (200 mg). Or, s'il y a bien un sel minéral important dans les rouages de notre cerveau, c'est celui-là : un déficit en magnésium entraine une fatigue accrue, une hypersensibilité au stress, des troubles du sommeil ainsi que des trous de mémoire. Chaque jour, ajoutez une poignée de d'amandes (environ 20 g) au petit-déjeuner ou au goûter par exemple.

Le boudin noir

A lui seul, notre cerveau utilise environ 20 % de nos apports en oxygène. Pour ne pas manquer d'air, on fait la part belle au fer : ce nutriment est indispensable au transport de l'oxygène via les globules rouges. Si la viande rouge et les abats sont sources de fer, le champion toute catégorie est le boudin noir avec une teneur de 22,8 mg/100g. Inscrivez une portion, soit environ 100 g, par semaine. Son fer "héminique" est bien assimilé par l'organisme.

Précautions

Ces conseils ne remplacent pas l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. Si les symptômes persistent ou s'aggravent, il convient de consulter rapidement son médecin traitant. De manière générale, les plantes médicinales et les huiles essentielles contre-indiquées pendant la grossesse, l'allaitement, les enfants de moins de 7 ans ainsi que les personnes épileptiques.

Merci à Sylvie Hampikian, pharmacologue experte en médecines douces.

Phytothérapie