Extrait de plante standardisé (EPS) : liste, posologie, conservation

Les EPS font partie de la phytothérapie. Ils sont indiqués pour soulager de nombreux symptômes et conviennent à une large population, mais cela reste des médicaments à utiliser avec précaution. Liste des EPS de plantes fraîches, utilisation, contre-indication... Comprendre.

Extrait de plante standardisé (EPS) : liste, posologie, conservation
© Tomasz Żołnierek-123RF

Définition

Les EPS, extraits fluides de plantes fraîches standardisés, sont des médicaments de plantes issus de l'extraction Phytostandard, mis au point au milieu des années 1990 par le pharmacologiste Daniel Jean et commercialisés au début des années 2000. Les EPS sont en vente libre mais souvent sous conseils d'un professionnel de santé (médecin spécialisé en phytothérapie, pharmacien...).

Fabrication des EPS

Les plantes sont broyées à froid (-90°). Leurs molécules actives sont ensuite récupérées par multi-extraction hydroalcoolique et préservées dans une solution glycérinée sans sucre et sans alcool. 

Complément alimentaire ou médicament ?

L'EPS est un médicament de plante car il a une action pharmacologique à des fins thérapeutiques. Matière première à usage pharmaceutique, il sert à réaliser des préparations magistrales en officine qui ont le statut réglementaire de médicament, qui équivaut à une autorisation de mise sur le marché (AMM).

Liste des EPS

Il existe aujourd'hui 55 EPS utilisées en préparation magistrale, pour leurs différentes vertus sur la santé. Un nombre qui pourrait augmenter mais la procédure de validation est longue puisqu'elle obéit à de très nombreux contrôles.

Voici la liste des 55 plantes sous forme d'EPS : Alchémille, Alfalfa, Artichaut, Aubépine, Avoine, Bardane, Busserole, Canneberge, Caralluma, Cassis, Chardon-marie, Curcuma, Cyprès, Desmodium, Echinacée, Eschscholtzia, Fumeterre, Gattilier, Gentiane, Ginkgo biloba, Ginseng, Grande camomille, Griffonia, Guarana, Hamamélis, Houblon, Marron d'Inde, Mélilot, Mélisse, Millepertuis, Mucuna, Noyer, Olivier, Orthosiphon, Ortie P. A. (partie aérienne), Ortie racines, Passiflore, Pensée sauvage, Pervenche de Madagascar, Piloselle, Pin sylvestre, Pissenlit, Plantain lancéolé, Prêle, Radis noir, Réglisse, Reine-des-prés, Rhodiole, Sauge sclarée, Saule, Scrofulaire, Sureau, Tribulus, Valériane, Vigne rouge.

Les EPS ont des effets plus puissants que les tisanes. 

Intérêt des EPS

La technique d'obtention des EPS est une technique brevetée qui répond à des critères de qualité, du choix de la plante fraîche à l'obtention de l'extrait liquide. Elles contiennent toutes une synergie de molécules actives qui leur procure une action large, à la fois directe (antivirale, par exemple) et indirecte (modulation d'un terrain). Ainsi elles permettent de faire du "sur-mesure" en adaptant les plantes aux patients de façon individualisée et en mixant les EPS entre eux.

Effets comparés aux tisanes

Les EPS ont des effets plus puissants que les tisanes car ils sont plus concentrés en principes actifs de plantes.

Pour soigner quoi ?

Les EPS sont utilisés comme médecine alternative et complémentaire permettant de soigner les petits maux du quotidien, d'apaiser le stress ou encore d'atténuer les effets secondaires de traitements lourds. Ils agissent sur l'ensemble des systèmes, immunitaire, nerveux, endocrinien … Ils couvrent donc un vaste champ thérapeutique, il suffit de trouver les plantes adaptées et les bons mélanges.

Pour qui ?

Sous forme liquide, on peut les administrer chez presque tout le monde et à tout âge, du nouveau-né à la personne âgée, selon les contre-indications liées aux plantes utilisées.

Conservation

Leur conservation est assez courte (3 mois après ouverture du flacon) et nécessite des flacons opaques et un stockage à l'abri de la lumière.

Contre-indications

Les contre-indications principales viennent des plantes que l'on veut utiliser. Certaines plantes étant contre-indiquées ou avec des précautions d'emploi chez certaines catégories de personnes comme les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes… ou encore dans certaines pathologies. Il faut faire attention aussi aux interactions avec d'autres plantes ou médicaments.

Par exemples :

  • L'EPS d'alfalfa est contre-indiqué en cas d'hyperestrogénie et de cancer hormono-dépendant et présente des risques d'interaction avec les anticoagulants et les hypolipidémients.
  • L'EPS de desmodium n'est pas contre-indiqué mais doit être utilisé avec précaution chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans.
  • L'EPS de millepertuis ne peut pas être prescrit en même temps que des médicaments anti-rejets, des anticoagulants, des anti-retroviraux ou les contraceptifs oraux. Il est contre-indiqué en cas de troubles bipolaires et déconseillé chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans à cause des interactions médicamenteuses. 
  • Le traitement doit également être adapté quantitativement et qualitativement (mélange d'EPS) à chaque personne.

Dans le doute, il est recommandé de demander conseil à son pharmacien.

Phytothérapie