Calendula : bienfaits, acné, eczéma, verrue, varices

Calendula est un genre de plante qui regroupe les différentes espèces de soucis. En médecine, on utilise principalement l'espèce calendula officinalis ou souci officinal, une petite fleur orange originaire d'Europe. Par voie orale, cette plante est surtout utilisée pour traiter le système digestif. Sophie Pihan, naturopathe, nous explique ses bienfaits.

Calendula : bienfaits, acné, eczéma, verrue, varices
© Natallia Khlapushyna

Aussi connu sous le nom de Souci, le Calendula, de la famille des Astéracées, peut se trouver au jardin (sous sa forme cultivée) comme sous sa forme sauvage (Souci des près). C'est une plante annuelle très courante qui possède une tige solide et des inflorescences orange ou jaunes (plus rares). "Il contient de nombreux constituants intéressants, comme les flavonoïdes (antioxydants), des caroténoïdes (précurseurs de la vitamine A) ou du mucilage (adoucissant)", explique Sophie Pihan, naturopathe.

Nom de la plante 

Calendula (Calendula officinalis) ou Souci officinal.

Partie utilisée 

"Ce sont principalement les fleurs (fraiches ou séchées) que l'on utilisera pour leurs vertus médicinales, poursuit la naturopathe. Pour être de bonne qualité, elles devront être prélevée) et proposées (notamment en tisanes) sous la forme de capitules floraux entiers et non avec les pétales séparées."

Sous quelle forme : crème, huile, tisane, savon, teinture-mère ? 

Le Calendula peut s'utiliser en externe comme en interne. "En externe, il prendra la forme la plus brute et la plus efficace est celle du macérât huileux (que l'on peut même fabriquer soi-même avec de plantes fraiches ou sèches), ajoute la spécialiste. On peut aussi le trouver sous la forme de baume, de savon ou de pommade (bien vérifier la composition avant utilisation). On peut aussi l'utiliser sous la forme de cataplasmes de fleurs fraiches, écrasées et mélangées à une huile neutre. Cette dernière forme est particulièrement utile et efficace en cas de brûlure. On l'utilisera alors pour les affections de la peau." On pourra aussi l'utiliser en interne, la forme la plus simple étant la tisane (de fleurs fraiches ou séchées). On la trouve également sous la forme de teinture-mère (macération dans l'alcool ou le sirop d'érable) ou de sirop (macération et cuisson dans d'une sucre). 

Bienfaits 

Grâce à ses nombreux constituants, le Calendula possède beaucoup de bienfaits reconnus.

  • Contre l'acné : Le Calendula est adoucissant pour la peau. Il est aussi régénérateur de la peau. "Il permettra ainsi de calmer les démangeaisons de façon immédiate ou en travaillant en profondeur sur la régénération cellulaire. Il peut être utilisé sur le long terme, sous la forme de macérât en interne ou de teinture-mère en externe", détaille Sophie Pihan.
  • Contre l'eczéma : Le Calendula est aussi anti-inflammatoire, antifongique et antibactérien. "Il va ainsi permettre de nettoyer profondément la peau, notamment grâce à sa forte concentration en flavonoïdes. Il va aider la peau à réparer les zones endommagées et à fabriquer de nouveaux tissus sains. Il s'utilise également soit en externe pour une action directe (macérât huileux, baume, etc.) soit en interne (tisane ou teinture-mère) pour une action sur le long terme, conseille notre interlocutrice." Les deux formes peuvent d'ailleurs se combiner.
  • Contre les varices : Le Calendula est aussi un puissant stimulant ce la circulation lymphatique et sanguine. Il facilite le retour veineux. "Il est donc idéal en cas de varices mais aussi de jambes lourdes, ou tout simplement pour faciliter la récupération sportive, assure la thérapeute. Cette action sur le système lymphatique est en particulier liée à son action sur le système immunitaire, dont il est la voie de transport principal. Le Calendula va aider à nettoyer et à évacuer les déchets circulants via le système lymphatique."  Là aussi, on pourra l'utiliser en externe pour une action directe. Mais on pourra aussi l'utiliser en interne afin d'optimiser son action sur le système lymphatique. 
  • Contre une verrue : De par ses vertus à la fois antifongiques, calmantes des muqueuses et de régénération des muqueuses, le Calendula pourra également être utile en cas de verrues ou même de cors. "Il pourra alors s'utiliser en externe sous la forme d'un baume ou d'un macérât mais aussi via un cataplasme de fleurs fraiches ou sèches mélangées à du vinaigre. Il peut aussi être utilisé en bains de pieds", observe Sophie Pihan.
  • En bain de bouche (gencive...). Le Calendula est un réparateur et un adoucissant interne des muqueuses. "De ce fait, il aidera à soulager les inflammations en interne et en particulier les inflammations de la bouche et du système digestif, tout en facilitant la réparation des muqueuses. Il sera donc utile en cas de gingivite mais aussi de pharyngite ou de toute autre inflammation du système digestif". Il pourra être utilisé en bain de bouche (infusion de fleurs) ou en infusions.
  • En cas de brûlure : Son action, puissante et reconnue, de régénération des cellules et ses vertus anti-inflammatoires en font un parfait allié en cas de brûlure. "Comme pour l'acné ou l'eczéma, il va à la fois nettoyer et calmer la zone tout en favorisant la réparation. À appliquer le plus tôt possible en grosses couches de macérât huileux ou en cataplasmes épais de fleurs fraiches (séchées et préalablement réhydratées)."
  • Pour les cheveux. En bon régénérateur des cellules, le Calendula va aussi aider à calmer les démangeaisons du cuir chevelu, à nourrir les cheveux tout en facilitant leur réparation. À utiliser en bain d'huile avant un shampoing. 

Précautions d'emploi et contre-indications

"Par précaution, il est recommandé, si vous n'avez jamais utilisé le Calendula, d'y aller progressivement en divisant les doses conseillées par deux les premiers jours, recommande la spécialiste. Si vous n'observez aucune réaction anormale, vous pouvez alors augmenter la dose jusqu'à la dose conseillée."

  • En teinture-mère : jusqu'à 30 gouttes 3 fois par jour diluées dans un verre d'eau.
  • En infusion : 30g de fleurs séchées par litre d'eau. Ou 1 cuillère à café par tasse. À faire infuser 10 minutes à couvert. Possibilité d'en consommer jusqu'à 3 grandes tasses par jour. Si consommation quotidienne, le consommer sous la forme de cures (3 semaines de prise et 1 semaine de pause).
  • En externe (macérât, baume, onguent, crème) : appliquer jusqu'à 3 fois par jour.

Le Calendula est emménagogue (c'est-à-dire qu'il favoriser le retour des règles). "Il est donc à éviter par voie interne quand vous êtes enceinte ou que vous souffrez déjà de règles abondantes ou d'un cycle menstruel raccourci." Le Calendula est aussi riche en phyto-œstrogènes. "Il est donc à éviter si vous souffrez d'une hyperœstrogénie (ce qui est souvent le cas en cas d'endométriose) ou si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de cancers hormono-dépendants" Même si c'est assez rare, prenez vos précautions si vous êtes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées (pâquerette, marguerite, coquelicot, etc.)

Effets indésirables 

Comme toute plante, l'utilisation du Calendula peut entraîner des effets indésirables ou des réactions allergiques. "Même si cela reste rare, il est recommandé d'y aller progressivement de s'observer au début de la prise. Pour les applications externes, on peut aussi tester la peau en appliquant sur une petite zone et en laissant reposer quelques heures avant d'appliquer sur la zone concernée."

Grossesse 

Le Calendula peut être utilisé (avec précaution et en divisant les doses par 2) en externe pendant la grossesse. Par contre, il est déconseillé de le prendre en interne pendant toute la durée de la grossesse.

Merci à Sophie Pihan, naturopathe et praticienne en massage du réseau Medoucine, à Paris et à distance.

Phytothérapie