Alchémille : propriétés, posologie de la plante médicinale

L'alchémille est peu connue et pourtant, elle a bien des vertus pour soulager les troubles du transit, les infections de la bouche, les règles douloureuses et abondantes, la ménopause. Elle s'occupe également d'apaiser les maux de gorge et de cicatriser les plaies.

Alchémille : propriétés, posologie de la plante médicinale
© fotoknips - 123RF

Nom de la plante médicinale

L'alchémille commune, ou vulgaire, aussi appelée "pied-de-lion", ou "plante des alchimistes" est une plante vivace appartenant à la famille des rosacées. De son nom latin Alchemilla vulgaris, elle est reconnaissable par sa tige verte aux teintes rougeâtres et par ses feuilles circulaires, formant des lobes dentelés. Ses petites fleurs sont jaunes verdâtres. Cette plante pousse dans les bois, les prés et les pâturages humides. Au dessus de 1000 mètres d'altitude, elle est remplacée par une variété alpine.  

Parties utilisées de la plante

Les parties utilisées de la plante sont les parties aériennes, notamment les feuilles sans leur pétiole.  

Propriétés

L'alchémille vulgaire possède des propriétés astringentes (substance favorisant le resserrement des tissus), hémostatiques (anti-hémorragiques), cicatrisantes. Elle possède des propriétés également dites lutéiniques, son action étant proche de la progestérone. Grâce à sa forte teneur en tanin, elle est utilisée "en cas de troubles du transit (diarrhées chroniques, gastro entérites), en cas de stomatites, d'infections de la bouche et de la gorge (aphtes, gingivites, angine), de leucorrhées, de ménorragie (règles très abondante), de ménopause et comme accompagnant juste avant et après l'accouchement. Attention à ne surtout pas la prendre pendant la grossesse ", avertit la naturopathe. La plante figure dans la liste A de la Pharmacopée française.  

Alchémille et perte de poids

L'alchémille n'est pas recommandée pour la perte de poids. D'autres plantes, comme le cerisier ont plus de vertus dans cette indication.  

Une plante recommandée pour les femmes

L'alchémille commune est notamment utilisée pour traiter certaines affections gynécologiques, pour "soulager le syndrome prémenstruel et certains symptômes liés à la préménopause, et la ménopause, indique l'experte. En cas de troubles menstruels, pour atténuer, prendre l'alchémille plutôt dans la deuxième partie du cycle (du 14e au 28e jour) soit sous forme de tisane (2-3 tasses/jour) ou en teinture mère."

Posologie

  • En usage externe pour aider à la cicatrisation d'une plaie, faire bouillir 40 g de plante sèche pour un litre d'eau froide. Infuser 10 minutes, passer. Utiliser tiède sur la plaie.
  • En infusion : 1 cuillère rase de plante pour une tasse de 250ml (20-30 g de plante pour 1 litre d'eau), mettre dans de l'eau bouillante et laisser infuser 15 min, ou en décoction, faire bouillir 2-3 min et laisser infuser 10 min. Boire 2 à 3 tasses/jour en dehors des repas.
  • En extrait hydro-alcoolique (teinture mère) : 20 à 30 gouttes dans un verre d'eau, 3 fois / jour.

Autres indications :

  • En cas de diarrhées : "mettre 1 ou 2 cuillères à café de feuilles ou de tiges dans l'équivalent d'une tasse d'eau, faire bouillir 2 minutes. En prendre une tasse plusieurs fois par jour."
  • En cas d'infection buccal (aphtes, gingivites) : faire l'infusion ou la décoction en bain de bouche.
  • En cas de maux de gorges enflammées (angine) : pratiquer un gargarisme avec l'infusion, la décoction ou la teinture mère.  

Précautions d'emploi et contre-indications

  • L'alchémille est "contre indiquée pour les femmes enceintes, en cas d'antécédents de cancer hormono-dépendants ou de prédisposition, prévient Amélie Mounier, et en cas de gastrite, et d'ulcère gastroduodénal."
  • "Les tanins peuvent impacter la bonne absorption, au niveau de la muqueuse digestive, des médicaments, compléments et nutriments. Il est donc nécessaire de privilégier une prise éloignée des repas, et de l'espacer de la prise de traitements médicamenteux " prévient l'experte.
  • "L'alchémille doit être évitée en cas de prise de contraceptifs oraux en raison de son action similaire à celle de la progestérone."
  • "Les plantes se prennent toujours en cure de 21 jours (sauf exception où la prise est plus courte) avec une pause d'une semaine si on souhaite la renouveler. Il est impératif de toujours redemander les recommandations de posologie et contre-indications lors de l'achat d'un produit", rappelle la naturopathe.

Effets secondaires indésirables

La consommation de cette plante peut augmenter le risque de constipation chez certaines personnes, compte tenu de ses propriétés anti-diarrhéiques.

Merci à Amélie Mounier, naturopathe certifiée FENA, à Vincennes.

Phytothérapie