Romarin : bienfaits, utilisation, infusion, toxique ?

Le romarin est une plante originaire du bassin méditerranéen aux multiples bienfaits, grâce à ses actions antimicrobienne, antimycosique et anti-inflammatoire. Il peut soulager les problèmes d'hypertension, de toux et de foie. Tisane, gélule, huile essentielle... Sous quelle forme l'utiliser ? Quelles contre-indications ? Est-ce toxique ?

Romarin : bienfaits, utilisation, infusion, toxique ?
© aphirakphoto - 123RF

Définition : qu'est-ce que le romarin ? 

Le romarin (Rosmarinus officinalis) est une plante méditerranéenne avec une forte odeur aromatique, qui appartient à la famille des Lamiacées. "Il s'agit d'une plante ancestrale : son utilisation a été découverte il y a longtemps", observe Émilie Kapps. "On lui a même attribué des pouvoirs mystiques ; elle pouvait être utilisée pour purifier certains endroits. Elle est également beaucoup utilisée dans l'industrie cosmétique et alimentaire. En résumé, il s'agit d'une plante polyvalente, très activée sur beaucoup de domaines différents !". 

Partie de la plante utilisée  

"La partie de la plante de romarin qui est utilisée et qui possède des vertus thérapeutiques est la feuille", indique Émilie Kapps. 

Quels sont les bienfaits santé ? 

Le romarin possède de nombreuses vertus thérapeutiques : 

  • Contre les troubles digestifs, les ballonnements, les éructations, les flatulences, les gaz, etc.
  • Stimuler l'estomac et les sécrétions gastriques : "elle va redonner de l'appétit, pour des personnes qui auraient des troubles alimentaires", note-t-elle ;
  • Action anti inflammatoire : il peut aider à soulager les rhumatismes, les problèmes articulaires, 
  • Décongestionnant veineux. "Et même si ce n'est pas sa vocation première, il stimule la circulation sanguine et soulage les jambes lourdes", note Émilie Kapps ;
  • Antimicrobien et antimycosique : il aide dans les cas d'eczéma, et de cicatrisation des plaies
  • Diurétique : il réduit les risques de calculs rénaux et de goutte ;
  • Contre les maux de tête, "lorsqu'il est associé à d'autres plantes comme la mélisse, la lavande ou le tilleul", ajoute la naturopathe. 

Pour le foie 

Le romarin stimule la vésicule biliaire, qui marche de pair avec le foie, et dont un des rôles principaux est d'épurer les toxines présentes dans le sang. "Dès lors qu'il y a une prise d'aliments et de lipides dans le repas, la vésicule va déverser de la bile pour permettre l'assimilation des lipides", explique la naturopathe. "Lorsqu'on agit sur la vésicule, on agit sur le foie : le romarin favorise donc la détoxification du foie, il va l'aider lui-même à se détoxifier, pour qu'il puisse mieux jouer son rôle de détofixiant à son tour. C'est comme aider une éponge à être propre !", explique la naturopathe. 

Contre l'hypertension 

"Le romarin n'est pas connu pour aider à lutter contre l'hypertension", indique Émilie Kapps.

Pour la peau 

La plante de romarin est un antimycosique connu. "Elle favorise non seulement la cicatrisation, mais en plus elle est antioxydante car composée de flavonoïdes. C'est la raison pour laquelle elle est beaucoup utilisée dans les cosmétiques !", note Émilie Kapps. "Il est possible de fabriquer sa propre lotion à base de romarin, de réaliser directement des compresses sur la peau. Sinon, le plus simple est tout simplement d'acheter des cosmétiques à base de romarin dans le commerce !".

Pour maigrir 

"Il n'y a pas de plantes qui font véritablement maigrir, sinon elles seraient connues !", rappelle la naturopathe. "Toutefois, à partir du moment où la plante aide le système digestif à mieux fonctionner, elle peut aider à maigrir". En effet, si toute la sphère digestive fonctionne de manière optimale, le corps élimine mieux les toxines (qui se logent dans les cellules graisseuses), et stocke moins de graisses. "C'est de manière indirecte, en aidant le système digestif, qu'elle peut jouer un rôle dans la perte de poids", précise-t-elle.

Contre les moustiques 

"Il n'y a pas eu de preuve démontrant que le romarin était un anti-moustique efficace", déclare Émilie Kapps. "D'autres plantes sont connues pour aider à repousser les moustiques, comme la citronnelle par exemple".

Contre la toux

"Il peut être utilisé en cas de bronchite grâce à son action expectorante et mucolytique", indique la naturopathe.

Utilisations et posologie : sous quelle forme ?

Le romarin peut s'utiliser sous de multiples formes : 

  • En infusion :
  • En décoction (faire bouillir la substance dans de l'eau pour en extraire les principes solubles) 
  • En poudre 
  • En teinture mère (solution hydro-alcoolique issue d'un mélange de plantes fraîches et d'alcool) 
  • En macérât glycériné (sous forme de gouttes) 
  • En gélule 
  • En huile.

"Pour aider à soulager les troubles digestifs, de l'estomac, il est possible d'ingérer le romarin sous toutes ses formes", précise Émilie Kapps. "Lorsqu'elle agit sur une inflammation, on va traiter la plante comme une huile essentielle, en ayant une utilisation externe". Par exemple, "vous pouvez mélanger cinq gouttes d'huile de romarin avec une cuillère d'amande douce et masser la zone douloureuse jusqu'à amélioration des symptômes". Et pour les jambes lourdes, pensez à mettre un peu d'huile de romarin dans votre bain. "Pour tout ce qui est antimicrobien et antimycosique, vous pouvez appliquer de l'huile essentielle de romarin directement sur la plaie", conseille la naturopathe. "On applique en compresse deux fois par jours jusqu'à amélioration des symptômes". Enfin, si vous utilisez le romarin pour son pouvoir diurétique, "prenez-le en infusion, en décoction ou en macérât glycériné", poursuit-elle. "Autre solution : prendre deux gouttes sur un morceau de sucre ou avec un peu de miel !". 

Contre-indications 

Le romarin est contre-indiqué aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de six ans. 

Effets secondaires : est-ce toxique ? 

"Contenant de l'huile essentielle, le romarin peut être toxique, comme les autres huiles essentielles", avertit Émilie Kapps. "Il peut être fortement épileptique et engendrer des problèmes neurotoxiques. Ainsi, il est important de respecter les dosages". 

Précautions

"Si le romarin est appliqué sur la peau (voie externe), il est vivement conseillé de réaliser un test au préalable et de s'en appliquer au niveau du pli du coude, conseille la naturopathe. Ainsi, on vérifie qu'aucune allergie ne se déclare". 

Merci à Émilie Kapps, naturopathe à Paris. 

Phytothérapie