Ventre gonflé, ballonnements : repas, règles, traitements, aliments

Chargement de votre vidéo
"Ventre gonflé, ballonnements : repas, règles, traitements, aliments"

Vous avez le ventre gonflé après un repas ? Pendant vos règles ? Les ballonnements sont fréquents et généralement sans gravité. S'ils sont chroniques et douloureux, mieux vaut consulter ! Quelles sont les causes ? Les meilleurs traitements ? Les aliments anti ballonnements ? Réponses de nos experts.

Les ballonnements ou les gonflements du ventre sont des troubles digestifs fréquents, mais généralement bénins. Ils peuvent résulter d'une absorption de gaz trop importante (boissons gazeuses, aérophagie...) ou d'une surproduction de gaz dans les intestins. A quoi sont-ils dus ? Est-ce douloureux ? Que faire si les ballonnements sont chroniques ? Comment les soulager ? Quels sont les meilleurs traitements ? Réponses. 

Quels sont les symptômes des ballonnements ?

Les ballonnements se manifestent par :

  • Une sensation de lourdeur au niveau du ventre
  • Des flatulences
  • Des maux de ventre
  • Des gargouillis dans le tube digestif
  • Une odeur désagréable si les gaz sont expulsés

Quelles sont les causes des ballonnements ?

Un ventre gonflé ou ballonné peut s'expliquer par différentes raisons : 

Après un repas. Le première cause de gonflement est à rechercher dans l'assiette : en effet, de nombreux aliments fermentent lors de la digestion et libèrent des gaz qui provoquent ballonnements et flatulences. La fermentation est une étape de la digestion. Elle a lieu dans l'intestin et a pour but de détruire les fibres alimentaires. Le souci, c'est qu'elle provoque une production de gaz intestinaux, lesquels sont responsables des ballonnements et parfois aussi de flatulences. Les deux étant souvent liés.

Chewing-gums. Les chewing-gums et bonbons sans sucre : les polyols qu'ils contiennent provoquent eux aussi des gaz.

Règles. Le ventre gonflé fait également partie des nombreux symptômes du syndrome prémenstruel. Quelques jours avant l'arrivée des règles, la plupart des femmes subissent ainsi des troubles tels que des crampes abdominales ou une constipation, qui peuvent occasionner des ballonnements. De plus, les fluctuations hormonales favorisent la rétention d'eau. Enfin, la libération de prostaglandines au cours du cycle pourrait accroître les ballonnements.

Constipation. L'accumulation de selles dans le gros intestin accentue la fermentation, à l'origine d'une plus grande production de gaz.

Ménopause. À la ménopause, les modifications hormonales peuvent favoriser l'apparition de tissu graisseux autour de la sangle abdominale, rendant le ventre un peu plus volumineux. De manière générale, de par le ralentissement du métabolisme, le vieillissement s'accompagne d'un stockage de graisses plus important au niveau de l'abdomen (y compris chez les hommes).

Grossesse. Un ventre dur et gonflé peut être l'un des premiers symptômes d'une grossesse : la progestérone produite en grande quantité à cette occasion perturbe le transit intestinal.

Quels traitements contre les ballonnements ?

Généralement, les ballonnements sont favorisés par un état anxieux ou stressé. Il existe plusieurs conseils hygiéno-diététiques et des solutions disponibles en pharmacie pour ne plus avoir le ventre gonflé.

Aliments anti ballonnements

Il faut être vigilant au moment de l'ingestion des repas : pour limiter le phénomène, il est essentiel de ne pas manger trop vite et de bien mastiquer les aliments. Il est conseillé de prendre au moins 20 minutes pour chacun de ses repas. Et pour ne pas comprimer l'estomac, mieux vaut s'installer confortablement et se tenir bien droit. Enfin, parce que vous risquez d'avaler plein d'air et parce qu'on ne parle pas la bouche pleine, veillez à fermer la bouche en mangeant !

  • Eviter les aliments fermentescibles : il s'agit des aliments qui fermentent une fois arrivés dans l'intestin. Essentiellement des légumes secs (lentilles, haricots blancs, etc.), mais aussi des légumes de la famille des choux (brocoli, chou-fleur, chou de Bruxelles...), du céleri, des oignons ou encore les aliments crus comme les crudités.
  • Manger des fibres : il existe deux catégories de fibres, les fibres solubles et les fibres insolubles. En cas de symptôme d'intestin irritable, on privilégiera les fibres solubles, qui ont tendance à ralentir le transit et à diminuer les inconforts digestifs. Au contraire, on limitera les fibres insolubles, très irritantes pour les intestins. Son de blé, brocolis, pois, poireaux sont par exemple à éviter. L'automne et l'hiver, les potages de légumes favorisent le transit, limitent la rétention d'eau et accélèrent la satiété.
  • Préférer les légumes cuits et tendres que crus. Pour les intestins fragiles, le mieux est de retirer les pépins et la peau des légumes, puis de les mixer en purées.
  • Réduire le sucre. Les sucres et particulièrement le fructose, sont incriminés dans la survenue de ballonnements. Le fructose, c'est le sucre du fruit. Comme pour les légumes, mieux vaut déguster les fruits cuits que crus ou en jus de fruits, ainsi ils seront plus faciles à digérer. A éviter aussi, le sorbitol que l'on trouve dans les pruneaux et qui est utilisé comme édulcorant dans les chewing-gum notamment. A forte dose, c'est un puissant laxatif responsable de ballonnements. 
  • Eviter les boissons gazeuses. Les sodas et boissons pétillantes (alcoolisées ou non) contiennent des bulles, donc de l'air. Ils peuvent donc être source de ballonnements, surtout lorsqu'elles sont consommées tout au long des repas. Faites tout particulièrement attention à la bière car la présence de levure entraîne en plus une fermentation intestinale. Privilégiez l'eau, les tisanes et le thé léger pour limiter les troubles digestifs. Le thé vert est particulièrement recommandé car il est non fermenté. 
  • Bien s'hydrater au minimum 1.5 L d'eau par jour. 

Charbon actif

Le charbon permet de soulager les ballonnements. En effet, ce dernier est capable d'absorber jusqu'à 100 fois son volume en gaz, et peut ainsi éliminer les gaz dus aux fermentations.

Ballonnements et sport

La pratique d'une activité physique, en favorisant la station debout, favorise le transit intestinal des gaz. De même, une petite marche digestive à la fin d'un repas copieux est bénéfique.

Ballonnements et massage du ventre

Allongez-vous et massez votre ventre dans le sens des aiguilles d'une montre afin de relâcher les muscles de la sangle abdominale et diminuer la distension.

Ballonnements et probiotiques

Les probiotiques sont une aide précieuse même s'ils peuvent parfois exacerber les ballonnements au début du traitement. "La recolonisation des intestins par ces bonnes bactéries finie par être un des meilleurs traitements que l'on puisse proposer" estime Béatrice Bénavent-Marco, nutritionniste.

Ballonnements chroniques, persistants : quand consulter ?

Si les ballonnements persistent et s'accompagnent d'autres symptômes tels que des nausées et vomissements, de la fièvre, du sang dans les selles ou des brûlures, consultez sans attendre votre médecin. En effet, un ventre gonflé ou ballonné peut être le signe d'une pathologie sous-jacente comme le syndrome de l'intestin irritable, la maladie de Crohn et le cancer du côlon. Dans tous les cas, pour faciliter le diagnostic, tâchez de mémoriser la composition de vos derniers repas, l'heure et la fréquence des ballonnements. Votre médecin (généraliste, gastro-entérologue ou nutritionniste) pourra vous prescrire un régime d'épargne intestinale pendant une dizaine de jours afin de mettre vos intestins au repos. "Il s'agit de limiter les fibres insolubles et les produits laitiers (en cas d'intolérance au lactose), de manger des compotes et des purées plutôt que des fruits et légumes crus, de privilégier pâtes et riz complets et de choisir des viandes maigres afin de réduire les matières grasses, peu digestes", décrit Béatrice Bénavent-Marco. A la suite de cette phase de repos, qui ne doit pas s'éterniser afin de ne pas provoquer de carences, on ré-introduit petit à petit les fruits et légumes.

Merci au Dr Richard Handschuh, médecin généraliste pour sa validation. Les propos de Béatrice Bénavent-Marco ont été recueillis par Anne Xaillé en septembre 2013.

Troubles digestifs