Hypertension artérielle (HTA) : symptômes, cause, médicament

"Hypertension artérielle (HTA) : symptômes, cause, médicament"

Un Français sur trois présenterait une hypertension artérielle. Quels sont les symptômes d'alerte ? Les causes ? Les risques de complication et les traitement pour retrouver une tension normale ? Définition, normes, solutions, médicaments... Le point avec le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue.

"Environ un Français sur trois présente une hypertension artérielle", soulève d'emblée la Professeure Claire Mounier-Véhier, chef du Service de médecine vasculaire et hypertension artérielle à l'Institut Coeur Poumon du CHU de Lille et présidente de la Fédération française de cardiologie. L'hypertension artérielle est considérée comme la deuxième cause de décès prématuré dans les pays occidentaux. A partir de quand parle-t-on d'une hypertension ? Quels sont les symptômes d'alerte ? Les causes ? Les traitements pour retrouver une tension normale ?

Définition : c'est quoi une hypertension artérielle ?

L'hypertension artérielle (HTA) est une affection cardio-vasculaire qui se caractérise par une élévation de la pression artérielle. On parle d'hypertension artérielle lorsque la pression artérielle systolique (pression sanguine qui circule dans nos artères pendant une contraction cardiaque quand le cœur se vide de ses 4 litres de sang ou systole : chiffre du haut) excède 140 mmHg et lorsque la pression artérielle diastolique (pression sanguine entre 2 contractions, quand le cœur se remplit à nouveau : pression diastolique : chiffre du bas) excède 90 mmHg. Pour être confirmée, cette mesure doit être effectuée trois fois consécutivement, au repos en position assise ou allongée. "Afin d'avoir une évaluation plus fiable du niveau moyen de la pression artérielle qui varie au cours de la journée, il est possible de procéder à une auto-mesure de sa tension à domicile, au repos et en position assise", précise Claire Mounier-Véhier.

Tension normale, hypertension et hypotension
Tension normale, hypertension et hypotension © maniki - stock.adobe.com

C'est quoi une hypertension diastolique ?

Une hypertension diastolique est caractérisée par une élévation de la pression artérielle diastolique (pression sanguine entre 2 contractions, quand le cœur se remplit à nouveau : pression diastolique : chiffre du bas du tensiomètre), lorsqu'elle excède 90 mmHg.

C'est quoi une hypertension essentielle ?

L'hypertension artérielle est dite essentielle lorsqu'elle est d'origine inconnue, ce qui est le cas dans 90 à 95% des cas, avec une influence notable de notre environnement (alimentation, stress et sédentarité).

C'est quoi une hypertension pulmonaire ?

L'hypertension artérielle pulmonaire ou HTAP, quant à elle, désigne une tension élevée dans les artères des poumons. "C'est une maladie totalement différente et il ne faut pas confondre", nuance la cardiologue. Elle résulte généralement de maladies héréditaires ou compliquent certaines embolies pulmonaires graves (caillots dans les artères pulmonaires).

C'est quoi une hypertension portale ?

Une hypertension portale (ou HTP) est caractérisée par une augmentation de la pression dans la veine porte, celle qui arrive au foie et qui permet de lui apporter la nourriture absorbée par l'intestin, les hormones ou les médicaments. Cette forme d'hypertension est principalement due au barrage dans le foie, lié à la cirrhose, qui en empêche la traversée.

C'est quoi une hypertension intracrânienne ?

Une hypertension intracrânienne (HIC) est caractérisée par une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien à l'intérieur de la boîte crânienne. Elle révèle une pathologie cérébrale.

Quelle différence entre une hypertension primaire et secondaire ?

On distingue l'hypertension primaire de l'hypertension secondaire. La première est appelée primaire, mais correspond à l'hypertension essentielle. Il s'agit d'une hypertension de cause inconnue. L'hypertension secondaire a quant à elle une cause bien connue. 

Comment bien prendre sa tension artérielle ? Il est nécessaire d'être plusieurs minutes de repos avant la mesure, sans parler, et de la surveiller une deuxième fois.

Qu'appelle-t-on une tension normale ?

  • Une pression systolique (chiffre du haut sur un tensiomètre) normale se situe en moyenne entre 100 et 140 mmHg 
  • Une pression diastolique (chiffre du bas sur un tensiomètre) normale varie en moyenne entre 60 et 80 mmHg.

Quels sont les causes et facteurs de risque d'une hypertension ?

"La tension artérielle tend à augmenter à partir de 50 ans. On doit vraiment être des vigipirates sur le dépistage à cette date charnière pour les hommes. Pour les femmes, on va être attentif lors de la première contraception et de son renouvellement, pendant la grossesse et au moment de la ménopause", explique le Pr Claire Mounier-Véhier. En outre l'hypertension artérielle touche d'avantage les personnes suivantes :

  • Les personnes ayant des antécédents familiaux d'hypertension précoce.
  • Les personnes atteintes de certaines maladies, comme le diabète, l'apnée du sommeil ou les maladies rénales.
  • Les femmes enceintes : l'hypertension artérielle dite "gravidique" concerne environ 10 % des grossesses.

Les facteurs de risque d'hypertension artérielle sont :

  • L'obésité générale, l'obésité abdominale et le surplus de poids (IMC supérieur à 25 ou circonférence abdominale > 88 cm chez la femme, >102 cm chez l'homme)
  • Une alimentation riche en sel (> 6 g/J) et en matières grasses
  • Une consommation excessive d'alcool (> 8-10 Unités d'alcool sans journée off)
  • Le tabagisme, qui ressert les artères et rend les médicaments anti-hypertenseurs moins efficaces
  • La sédentarité, l'inactivité physique
  • "Le stress aigu augmente temporairement la tension, tandis que le stress chronique va provoquer un mauvais sommeil et du grignotage et influencer sur les sécrétions de certaines hormones de stress comme le cortisol qui font prendre du poids", précise l'experte.

Quels sont les symptômes d'une hypertension artérielle ?

L'hypertension artérielle est une maladie qui peut demeurer silencieuse pendant de nombreuses années.

"On appelle l'hypertension la tueuse silencieuse, car les patients banalisent parfois les symptômes et les attribuent à une autre pathologie", prévient le Pr Claire Mounier-Véhier. En ce sens, l'hypertension artérielle est une maladie qui peut demeurer silencieuse pendant de nombreuses années. Elle peut être découverte au cours d'une simple consultation chez le médecin ou bien lors de l'apparition de complications (cardiaques, cérébrales, vasculaire, rénales, etc.). Les symptômes que peut ressentir une personne hypertendue peuvent se manifester lors de poussées hypertensives, mais pas toujours.

  • Des maux de tête survenant essentiellement le matin et siégeant principalement dans la nuque, au niveau des tempes.
  • La sensation de sifflements auditifs parfois pulsatives (acouphènes)
  • Des troubles de la vision (sensations de mouches devant les yeux ou phosphènes)
  • Des vertiges
  • Une accélération du rythme cardiaque (tachycardie, palpitations).
  • "Une sensation de fatigabilité et des troubles de la concentration", complète Claire Mounier-Véhier.
  • Une hématurie (présence de sang dans les urines

Comment pose-t-on le diagnostic d'une hypertension ?

La mesure de la tension artérielle permet de poser le diagnostic d'une hypertension artérielle avant de débuter un quelconque traitement. Il est recommandé de mesurer régulièrement la tension artérielle en consultation mais également à son domicile avec des appareils électroniques de prise de tension à domicile, avec un brassard de préférence (automesure tensionnelle ou MAPA), afin de s'assurer de la permanence de l'HTA avant de débuter un traitement antihypertenseur médicamenteux. Attention, "l'effet blouse blanche" peut parfois provoquer une poussée d'hypertention artérielle dans le cabinet du médecin et fausser ainsi l'interprétation des résultats de la mesure. Les appareils permettant une prise de la tension artérielle au doigt ne sont pas validés. Seuls les appareils de mesure de la tension artérielle avec brassard au bras ou au poignet sont validés. Il faut bien adapter le brassard à la circonférence du bras : chez les personnes en situation d'obésité, par exemple, le brassard peut être placé à l'avant bras. 

Comment faire baisser sa tension ?

"Lorsque l'hypertension est légère à modérée, on commence par réviser l'hygiène de vie pendant trois à six mois. Cela permet de diminuer de manière importante le risque cardiovasculaire", détaille la cardiologue. Le traitement non médicamenteux de l'hypertension artérielle consiste à faire adopter au patient des mesures hygiéno-diététiques. Elles sont recommandées chez tous les patients hypertendus, quel que soit le niveau de tension, avec ou sans traitement médicamenteux associé :

  • surveillance du poids
  • surveillance du cholestérol
  • surveillance de la glycémie
  • arrêt du tabac
  • diminution de l'alcool
  • pratique d'une activité physique régulière
  • alimentation équilibrée
  • diminution de la quantité de sel 

Quels sont les médicaments qui font baisser la tension ?

Les médicaments anti-hypertenseurs se regroupent en 5 familles principales :

  • les diurétiques,
  • les bêtabloquants,
  • les inhibiteurs calciques (ICA),
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC)
  • les antagonistes des récepteurs à l'angiotensine 2 (ARA 2).

On distingue également 3 familles secondaires :

  • les alpha bloquants,
  • les antihypertenseurs à action centrale,
  • les vasodilatateurs à action directe.

Le choix d'un antihypertenseur dépend de plusieurs facteurs : type, cause et niveau de l'hypertension artérielle, efficacité et bonne tolérance du médicament, motivations du patient, présence de facteurs de risques associés ou de complications. "On va personnaliser le traitement en fonction du patient, et privilégier telle ou telle famille d'anti-hypertenseurs en première intention. Et quand un médicament ne suffit pas, on peut lui associer un deuxième. Si celui-ci se révèle toujours inefficace, on passe à une trithérapie. Il s'agit bien d'un traitement haute couture adapté à chaque patient. Il faut prendre le temps de trouver les bonnes associations médicamenteuses efficaces et bien tolérées", précise Claire Mounier-Véhier.

Quels sont les remèdes naturels contre l'hypertension ?

Plusieurs remèdes naturels notamment en phytothérapie ont montré des effets sur l'hypertension. Ces solutions peuvent être utilisées en complément de la médication classique mais ne doivent pas s'y substituer sans avis médical. Il faut par ailleurs respecter les posologies et demander conseil à un pharmacien ou médecin phytothérapeute en cas de doute.

Que manger en cas d'hypertension artérielle ?

Un certain nombre de mesures sont recommandées aux personnes présentant une hypertension artérielle. Une consommation réduite en sel diminue le risque d'accidents cardiovasculaire. Pensez également à consommer des aliments riches en magnésium (chocolat, fruits secs...) . "Il faut que le régime soit enrichi en fibres et en légumes car ils sont riches en vitamines K, qui ont un effet vasodilatateur. Privilégiez aussi les viandes maigres, le poisson, et les huiles naturelles", ajoute la cardiologue. Par ailleurs, quelques études indiquent que boire du jus de citron et prendre du gingembre peuvent réduire l'hypertension artérielle, mais les données restent contradictoires à ce jour. Le café, le thé et l'alcool doivent être consommés avec beaucoup de modération.

Quels sont les risques de complication de l'hypertension ?

Une hypertension artérielle non contrôlée peut provoquer des troubles de plusieurs organes vitaux, comme le cœur, le cerveau, l'aorte ou les reins. "Il s'agit du premier facteur de risque d'accident vasculaire cérébral, le deuxième pour l'insuffisance cardiaque. C'est aussi l'un des premiers facteurs de risque pour la démence vasculaire et un risque important d'insuffisance rénale. La dissection aortique est une autre complication vitale, une urgence hypertensive absolue , même si elle est beaucoup plus rare", conclut le Pr Mounier-Véhier. Chez la femme enceinte, une hypertension artérielle peut être responsable d'une pré-éclampsie.

Merci au Professeure Claire Mounier-Véhier, chef du Service de médecine vasculaire et hypertension artérielle à l'Institut Coeur Poumon du CHU de Lille, Présidente de la Fédération Française de Cardiologie. 

Sur le forum santé : les discussions au sujet de l'hypertension

Cardiologie-Circulation