Grippe : l'épidémie s'étend à 8 régions de France

En ce début d'année 2019, la grippe s'installe progressivement en France. Selon le dernier bulletin de Santé publique France, le virus est particulièrement présent dans huit régions. Lesquelles ?

Grippe : l'épidémie s'étend à 8 régions de France
© Katarzyna Białasiewicz - 123RF

[Mise à jour du 18/01/2019] Cette année, la grippe peine à s'installer, mais arrive dans toutes les régions françaises. Ce virus, très contagieux et dans la grande majorité des cas de type A (H1N1 et H3N2), peut être grave, en particulier chez les personnes fragiles. Selon le dernier bulletin hebdomadaire de Santé publique France du mercredi 16 janvier 2019 qui suit l'évolution des cas de grippe semaine par semaine, il y a eu 123 cas de syndromes grippaux pour 100 000 habitants qui ont été vus en consultation de médecine générale entre le 7 et le 13 janvier 2019. C'est près de 3 fois moins que l'an dernier, à la même période où on comptait 339 cas de grippe pour 100 000 habitants. Par ailleurs, 2 972 passages aux urgences pour grippe ou syndrome grippal ont été comptabilisés, dont 408 hospitalisations, 171 en réanimation et 9 décès pour cette deuxième semaine de l'année 2019. Il s'agissait d'adultes, pour la plupart non vaccinés et âgés de plus de 65 ans. "Nous en sommes encore au début de l'épidémie dans toutes les régions, y compris celles qui sont en phase pré-épidémique, donc les personnes à risque doivent, si elles ne l'ont pas encore fait, se faire vacciner", conseille Daniel Lévy-Brulh, épidémiologiste à Santé publique France, dans un article d'Europe 1 du 4 janvier 2018. Il n'est donc encore pas trop tard. 

Grippe 2019 : quelles sont les régions les plus touchées ? 

En semaine 2 (du 7 au 13 janvier 2019), l'activité grippale est en augmentation dans toutes les régions de la métropole où 8 régions ont atteint le seuil épidémique . Les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en Île-de-France (176 cas pour 100 000 habitants), en Occitanie (173 cas pour 100 000 habitants) et en Provence-Alpes-Côte d'Azur (171 cas pour 100 000 habitants). Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est, Hauts-de-France et Nouvelle-Aquitaine sont également au stade d'épidémie. Les 5 autres régions de France (Normandie, Bretagne, Pays-de-la-Loire, Centre-Val-de-Loire et Corse) sont quant à elles en phase pré-épidémique. 

© Santé publique France

Comment éviter la grippe ? 

Pour limiter l'épidémie de grippe saisonnière, il est indispensable d'adopter au quotidien les gestes simples de prévention visant à limiter la circulation du virus de la grippe, notamment en collectivités et dans les transports en commun où il se transmet facilement.

De plus, compte tenu du contexte épidémiologique et de la proximité des élèves en classes et dans les cours de récréations, les mesures de prévention contre le virus de la grippe en milieu scolaire doivent être renforcées dès la rentrée du 8 janvier.

Rappelons qu'en cas de grippe, quelques gestes d'hygiène sont à respecter pour limiter la transmission, dès l'apparition des premiers symptômes grippaux. Notamment se laver les mains régulièrement, apprendre à vos enfants à se moucher dans un mouchoir en papier à usage unique, à se couvrir le nez à la bouche lorsqu'ils éternuent ou qu'ils toussent. Dans tous les cas, consultez votre pédiatre afin qu'il puisse l'examiner et lui administrer, selon le cas, le traitement le plus adapté.

Pour l'entourage des personnes grippées, il est recommandé :

  • d'éviter les contacts rapprochés avec la personne grippée et en particulier si l'on est soi-même fragile ;
  • de se laver régulièrement les mains, notamment après tout contact avec le malade.

Est-il encore temps de se faire vacciner ? 

Chaque année, la grippe entraîne 2 à 6 millions de consultations en médecine de ville. Rappelons que l'épidémie 2017-2018 a été particulièrement virulente et a duré près de 16 semaines en France métropolitaine. Elle a été à l'origine de 2.4 millions de consultations pour syndrome grippal selon les données du réseau Sentinelles, et de 9 729 hospitalisations, dont 2 223 admis en réanimation et de près de 17 900 décès. La grande majorité d'entre eux avaient au moins un facteur de risque et étaient âgés de plus de 65 ans. essentiellement chez des personnes à risque qui n'étaient pas vaccinées. "Bien que d'une ampleur modérée en médecine ambulatoire, cette épidémie a eu un fort impact en milieu hospitalier ainsi que sur la mortalité, dans un contexte de couverture vaccinale insuffisante chez les sujets à risque", dresse Santé publique France en guise de bilan de la saison 2017-2018. En effet, le vaccin antigrippal demeure le meilleur moyen de réduire les risques de complications qui peuvent entraîner une hospitalisation, voire le décès chez les personnes les plus fragiles. Le vaccin contre la grippe étant efficace au bout de 15 jours, il est donc encore utile de se faire vacciner. En particulier si vous avez plus de 65 ans ou que votre état de santé est fragile en raison d'une pathologie chronique.

Augmentation de la couverture vaccinale. Selon les autorités sanitaires, il y a eu 540 000 personnes, particulièrement à risque (âgées de plus de 65 ans, ayant une maladie chronique ou les femmes enceintes) de plus qui ont été vaccinées cette année par rapport à l'an dernier. C'est d'ailleurs "la première fois en France qu'on a quasiment utilisé tous les stocks de vaccins commandés pour la population française. C'est la première année, ce qui veut dire que le message de l'intérêt de la vaccination contre la grippe commence à passer dans la population. On avait en plus augmenté les stocks de 10% par rapport à l'année passée", a déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn lors d'une interview accordée à BFMTV. Des vaccins supplémentaires ont été remis sur le marché. 

Grippe : les symptômes 

Chaque année, les épidémies de grippe peuvent toucher tous les groupes d'âge, mais le plus haut risque de complications concerne les enfants de moins de deux ans, les adultes de plus de 65 ans et les personnes atteintes de certaines maladies chroniques. Les symptômes les plus courants sont :

  • Une forte fièvre (plus de 39°C)
  • Une fatigue intense (ou asthénie)
  • Des courbatures au niveau des muscles et des articulations
  • Des maux de têtes
  • Une toux sèche

Dans tous les cas, en cas d'aggravation brutale ou sans amélioration de l'état 72 h après les premiers symptômes, il faut consulter son médecin.

Comment soigner la grippe ?

En cas de symptômes grippaux, il faut consulter rapidement le médecin. Celui-ci pourra établir le diagnostic et  prescrire les médicaments les plus adaptés. Généralement, il faut prendre du paracétamol pour calmer la fièvre, les douleurs et les courbatures. La vitamine C est aussi parfois conseillée pour lutter contre la fatigue. Si besoin, on peut compléter par un décongestionnant nasal et un anti-tussif pour les toux sèches et rebelles. Enfin, il faut boire abondamment et se reposer. Mais oubliez les antibiotiques : la grippe est due à un virus, ils seront donc inefficaces. Les mains étant à l'origine de nombreuses contaminations, n'hésitez donc pas à les laver avec du savon régulièrement dans la journée, notamment après vous être mouché, avoir toussé ou éternué. Le gel hydroalcoolique est également pratique mais à long terme il peut dessécher les mains. Pensez enfin à aérer les pièces régulièrement, plusieurs fois par jour : vous supprimerez ainsi les virus stagnants dans l'air, par les éternuements et la respiration. 

Grippe et durée de contagion

Le temps d'incubation (délai qui s'écoule entre le moment de l'affection et l'apparition des symptômes) dure généralement entre 24 et 48 heures. Le patient reste en moyenne contagieux pendant 6 jours. Pour être contaminé par le virus de la grippe, il faut être en contact avec une personne déjà grippée. La contamination peut se faire de trois façons. La première par voie aérienne : une personne malade projette des gouttelettes de salive dans l'air, en parlant, en toussant ou en éternuant. Des millions de virus se retrouvent alors dans l'air, prêts à être inhalés et à vous contaminer. La seconde, par contact direct rapproché : une personne malade vous serre la main ou vous embrasse. Enfin, la contamination peut se faire par le contact avec des objets touchés par une personne malade, par exemple une poignée de porte ou un téléphone. D'où l'intérêt des gestes d'hygiène : se laver les mains, mettre sa main devant sa bouche quand on tousse, se moucher dans un mouchoir, etc.

Lire aussi