Crise cardiaque : que faire ?

Une crise cardiaque, appelée aussi infarctus du myocarde, se produit lorsque l'apport de sang vers une partie du cœur est interrompu à cause d'une obstruction d'une artère coronaire. La crise cardiaque est une situation d'extrême urgence qui nécessite d'appeler le 15 ou le 112 pour une prise en charge immédiate.

Crise cardiaque : que faire ?
© Katarzyna Białasiewicz - 123RF

Définition : qu'appelle-t-on "crise cardiaque" ?

Communément appelé "crise cardiaque", l'infarctus du myocarde est déclenché par l'obstruction d'une artère qui alimente le cœur en sang et donc en oxygène (artère coronaire). Privées d'oxygène, les cellules musculaires du cœur meurent rapidement sur une zone plus ou moins étendue. Cela entraîne des problèmes de contraction du muscle cardiaque (myocarde), se manifestant par des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque, voire l'arrêt du cœur. La seule solution est de déboucher l'artère le plus rapidement possible après le début des symptômes. Cette "reperfusion" rapide diminue la mortalité et les complications associées à l'infarctus du myocarde.

Chiffres : nombre d'infarctus, décès...

On compte environ 120 000 infarctus du myocarde par an en France. Environ 10 % des victimes décèdent dans l'heure qui suit et le taux de mortalité à un an est de 15 %. Le pronostic s'est néanmoins bien amélioré au cours des 15 dernières années : grâce aux progrès thérapeutiques, à la vitesse d'intervention du Samu (à condition de l'appeler rapidement) et à la disponibilité accrue d'unités de cardiologie interventionnelles opérationnelles 7j/7 et 24h/24, la mortalité relative à 30 jours a chuté de 68 %.

Quelle différence entre crise cardiaque et arrêt cardiaque ?

Un arrêt cardiaque n'est pas forcement causé par une crise cardiaque, tout comme une crise cardiaque ne mené pas toujours à un arrêt cardiaque. Les conséquences d'un infarctus du myocarde sont plus ou moins importantes selon l'étendue de la zone asphyxiée et selon la rapidité de la reperfusion. Si l'atteinte est très étendue ou d'emblée massive, le cœur peut arrêter de battre car le muscle n'est plus perfusé par le sang. Il peut alors survenir un arrêt cardiaque.

A quel âge en moyenne ?

En France, l'âge moyen de survenue de l'infarctus du myocarde est de 61 ans chez l'homme et de 75 ans chez la femme. Son incidence maximale se situe dans la décennie des 60 - 69 ans chez l'homme et des 70 - 79 ans chez la femme.

Une attention particulière est nécessaire de la part des jeunes femmes avec au moins un facteur de risque.

Crise cardiaque chez les femmes

Près de la moitié des femmes de moins de 60 ans victimes d'un infarctus du myocarde ne ressentent pas les symptômes classiques, à savoir une douleur dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire. Les femmes sont plutôt concernées par 3 signes atypiques : la sensation d'épuisement, l'essoufflement à l'effort et les nausées. Une attention particulière est nécessaire de la part des jeunes femmes présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire : tabac, stress, sédentarité, hypertension artérielle, cholestérol, diabète, etc.

Les femmes ont tendance à sous-estimer leur douleur et à être dans le déni, ce qui constitue une véritable perte de chance, car les femmes se remettent moins facilement d'une crise cardiaque. Leurs artères sont plus difficiles à revasculariser, plus fines et plus fragiles que celles des hommes.

Avant la ménopause, les femmes ont quatre fois moins de risque de faire un infarctus que les hommes. La proportion de femmes jeunes aujourd'hui victimes d'infarctus du myocarde a toutefois tendance à s'accroître, notamment en raison de l'augmentation du tabagisme et de l'obésité chez ces dernières.

Crise cardiaque chez les jeunes 

Contrairement à une idée répandue, la survenue d'une crise cardiaque avant l'âge de 45 ans survient pour la moitié des cas chez des personnes ayant des facteurs de risque cardiovasculaire préexistants et/ou consommateurs de drogues récréatives. Pour l'autre moitié, il s'agit d'un vasospasme coronarien, d'une dissection coronarienne spontanée ou d'une thrombophilie non diagnostiquée.

Causes de crise cardiaque

Ce sont les plaques d'athérome (athérosclérose) qui se forment à l'intérieur des vaisseaux sanguins du cœur (artères coronaires) qui rétrécissent leur diamètre et bloquent le passage du sang. Une rupture de ces plaques d'athérome peut aussi former un caillot sanguin (thrombus) qui se bloque à l'intérieur d'une artère coronaire. Dans les deux cas, c'est l'obstruction complète de cette dernière qui entraîne une souffrance du muscle cardiaque.

© Pisanu Prasoetphol - 123RF

Facteurs de risque

Plusieurs facteurs, appelés "facteurs de risque de la maladie cardiovasculaire" sont responsables du développement de la plaque d'athérome à l'origine de l'obstruction. Tout d'abord les facteurs non modifiables :

  • l'âge,
  • l'ethnie,
  • le sexe,
  • les antécédents familiaux.

Ensuite les facteurs de risque modifiables, qui sont principalement influencés par les comportements :

  • le diabète,
  • la dyslipidémie,
  • l'hypertension artérielle,
  • le surpoids et l'obésité,
  • le tabagisme,
  • les facteurs psychosociaux comme le stress.

Symptômes de crise cardiaque

Le signe majeur de l'infarctus est une douleur violente qui "prend" au milieu de la poitrine, comme un étau ou un écrasement, irradiant souvent dans les épaules, la mâchoire, voire jusque dans le bras gauche. Elle s'accompagne d'une impression de mort imminente et ne cède pas au repos. Peuvent également survenir un malaise, des nausées, des vertiges ou une perte de connaissance.

Un infarctus du myocarde peut être très douloureux, mais pas toujours. Certains infarctus sont même silencieux : près d'un quart des infarctus du myocarde ne s'accompagnent pas des signes typiques. Il arrive d'ailleurs qu'un infarctus soit dépisté a posteriori, en raison de la survenue d'une complication.

Que faire ?

Jusqu'à preuve du contraire, toute douleur intense ou modérée au niveau de la poitrine et qui ne cède pas doit être considérée comme un infarctus. Il faut appeler immédiatement votre médecin et en cas d'absence, faites le 15 ou le 112. Un électrocardiogramme effectué sur place par les équipes de premier secours permet de confirmer le diagnostic. En attendant, faites le moins d'effort possible, allongez-vous et surélevez vos jambes pour améliorer la tension artérielle et prenez votre traitement (dérivé nitré) si vous souffrez déjà d'une angine de poitrine.

Les conseils du médecin

Pratiquer régulièrement une activité physique, avoir une alimentation équilibrée, éviter le surpoids et arrêter le tabac sont des moyens efficaces de prévenir la survenue d'une crise cardiaque.

Crise cardiaque : que faire ?
Crise cardiaque : que faire ?

Sommaire Définition Chiffres Différences arrêt cardiaque Âge moyen Crise cardiaque chez la femme Crise cardiaque chez le jeune Causes Facteurs de risque Symptômes Que faire ? Conseils du médecin Définition :...