Esoméprazole (Inexium®): c'est quoi, quand, effet secondaire ?

Reflux gastro-œsophagien, brûlures d'estomac, ulcère… L'ésoméprazole fait partie des médicaments anti-acides très couramment prescrits, de la famille des "inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)".

Esoméprazole (Inexium®): c'est quoi, quand, effet secondaire ?
© pedrosala-123RF

C'est quoi l'ésoméprazole ?

L'ésoméprazole est un médicament de synthèse chimique appartenant à la famille des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP). Il a pour rôle de diminuer la sécrétion d'acide dans l'estomac en réduisant l'activité de la pompe responsable des échanges d'ions H+/Na+/K+ située sur les cellules de la paroi de l'estomac. Les ions H+ (appelés protons), une fois libérés dans l'estomac, sont responsables de l'acidité gastrique. En empêchant le passage des ions H+ dans l'estomac, l'ésoméprazole contribue à réduire les brûlures d'estomac et les remontées acides. Ce médicament est notamment utilisé dans le traitement et la prévention des ulcères digestifs (estomac, duodénum), des œsophagites et du reflux gastro-œsophagien.

Quel est le nom commercial de l'ésoméprazole ?

L'ésoméprazole est commercialisé sous le nom d'Inexium®, médicament uniquement disponible sur ordonnance. Divers génériques de l'Inexium® sont également commercialisés sous le nom d'ésoméprazole (laboratoires Almus, Alter, Arrow, Biogaran, Cristers, EG, Evolugen Pharma, KRKA, Mylan, Ranbaxy, Sandoz, Sun, Teva, Zentiva et Zydus). Le Nexium control® (et ses génériques Esoméprazole Biogaran conseil® et Esoméprazole Mylan conseil®) est une forme conseil d'ésoméprazole et contient moins de comprimés que l'Inexium® (7 ou 14 selon les présentations) ; il est disponible en vente libre. 

Quelles sont les indications de l'ésoméprazole ?

L'ésoméprazole est indiqué dans la prise en charge des reflux gastro-œsophagiens (traitement symptomatique du RGO, en traitement et prévention des œsophagites par reflux), pour l'éradication d'Helicobacter pylori, bactérie responsable d'ulcères gastroduodénaux (en association à une antibiothérapie) et en prévention des récidives, dans le traitement ou la prévention des ulcères gastroduodénaux associés à la prise d'AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) ainsi que dans le traitement du syndrome de Zollinger-Ellison (pathologie responsable d'ulcères gastriques et duodénaux multiples, sévères et récalcitrants).

Quelle différence avec l'oméprazole ?

L'ésoméprazole est une molécule très similaire à l'oméprazole : il s'agit de son isomère-S, c'est-à-dire que sa formule moléculaire brute est identique à celle de l'oméprazole mais c'est l'organisation des atomes qui est différente. Ses effets sont donc très comparables à ceux de l'oméprazole. Ces deux médicaments présentent d'ailleurs les mêmes indications, même si leurs dosages ne sont en revanche pas identiques (par exemple, 20 mg d'ésoméprazole ne sont pas équivalents à 20 mg d'oméprazole).

Quel est le meilleur moment pour prendre de l'ésoméprazole ?

L'ésoméprazole se prend indifféremment au cours ou en dehors d'un repas. La prise d'aliments peut retarder ou diminuer l'absorption gastrique de l'ésoméprazole mais cela n'a pas d'incidence sur son efficacité. La prise le matin ou le soir dépend du moment de survenue des symptômes : le matin si les symptômes sont prédominants la journée, le soir s'ils surviennent surtout la nuit. Les comprimés ou les gélules doivent se prendre entier(e)s avec une boisson, sans être croqué(e)s ni mâché(e)s. Dans certains cas, les comprimés peuvent être dispersés dans un demi-verre d'eau non gazeuse, la solution devant être bue immédiatement ou dans les 30 minutes et sans croquer les granules.

L'ésoméprazole ne devrait pas être pris sans avis médical ni en dehors de ses indications

Quels sont les effets secondaires de l'ésoméprazole ?

Les effets indésirables les plus fréquents de l'ésoméprazole sont des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence et des troubles digestifs (douleurs abdominales, constipation, diarrhées, flatulences, nausées, vomissements, polypes). Divers autres effets peuvent survenir mais sont beaucoup plus rares. Aussi, l'ésoméprazole présente divers inconvénients, tout comme l'ensemble des IPP. S'il est pris au long cours (plus de 3 mois voire plus d'un an), il augmente le risque d'infections gastro-intestinales liées notamment aux germes Campylobacter ou Salmonella. L'ésoméprazole peut également diminuer l'absorption du magnésium et de la vitamine B12 et ainsi provoquer des carences comme une hypomagnésémie (pouvant se manifester par de la fatigue, une tétanie, des bouffées délirantes, des convulsions, des vertiges et une arythmie). De même, il augmente le risque de fractures de la hanche, du poignet et des vertèbres, d'autant plus chez les personnes âgées ou à risque. Dans de rares cas, l'ésoméprazole peut déclencher un lupus érythémateux cutané subaigu ou d'autres réactions cutanées graves. Ce médicament peut également interagir avec de nombreux médicaments (certains antirétroviraux, le méthotrexate, le tacrolimus, certains antifongiques, la digoxine, certains antidépresseurs, certains antiépileptiques, les anticoagulants et antiagrégants plaquettaires ou encore le millepertuis). Ainsi, l'ésoméprazole ne devrait pas être pris sans avis médical ni en dehors de ses indications. La durée du traitement doit être la plus courte possible et adaptée à la symptomatologie. Des examens complémentaires sont recommandés afin de ne pas retarder la prise en charge d'une pathologie potentiellement grave.

Quelles sont les contre-indications de l'ésoméprazole ?

L'ésoméprazole est contre-indiqué en cas d'hypersensibilité à la substance active, aux dérivés benzimidazolés ou à un excipient contenu dans le médicament. Ce médicament ne doit pas être utilisé en concomitance avec le nelfinavir (médicament contre le VIH). De par la présence de saccharose, il ne doit pas être pris par des personnes intolérantes au fructose, ayant un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose ou un déficit en sucrase-isomaltase.

Principes et substances actives