10 questions taboues qu'on n'ose pas poser à son dermato

Un peu répugnant ou vaguement honteux, ce souci de peau vous pose problème mais vous n'osez pas en parler ? Herpès génital, furoncle, verrues, pellicules : voici 10 réponses claires et sans tabou pour vous aider.

10 questions taboues qu'on n'ose pas poser à son dermato
© deagreez-123RF

Psoriasis, eczéma, herpès, boutons... Les maladies et problèmes de peau en tous genres sont particulièrement gênants mais difficilement abordés en consultation. Bien souvent, c'est lorsque les symptômes deviennent trop visibles et insupportables qu'on ose en parler. Une erreur quand on sait qu'il existe de nombreux traitements permettant de soulager, calmer ou encore cicatriser pour vite aller mieux et ne pas rester isolé. Exemple avec 10 questions dermato parmi les plus taboues...

1. Est-ce normal d'avoir de l'acné après 30 ans ?

Contrairement à une idée reçue qui voudrait que l'acné soit le privilège des ados, 20% des femmes de plus de 25 ans ont de l'acné. "Il n'y a pas de limite, constate le dermatologue Henry Pawin. L'acné peut débuter vers 7-8 ans ou n'apparaître, chez certaines femmes, qu'à la ménopause." Les femmes y sont particulièrement sujettes à cause notamment des variations hormonales. Les poussées d'acné ont souvent lieu quelques jours avant l'apparition des règles et pendant la grossesse. La pilule peut calmer ou déclencher une acné. A savoir : L'acné de l'adolescent se situe plutôt dans la partie haute du visage (front et tempes) alors que celle de l'adulte est surtout localisée au niveau de la mâchoire inférieure, du menton et du cou.

2. Puis-je avoir des rapports sexuels si j'ai de l'herpès génital ?

L'herpès génital se caractérise par de petites vésicules douloureuses qui apparaissent de façon intempestive sur les organes génitaux. Non seulement ça fait mal, mais c'est particulièrement inesthétique. L'herpès n'est pas grave en soi, sauf chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Il est par contre très contagieux. Proscrire les rapports sexuels en période de poussée d'herpès. Cela vaut aussi pour les rapports bucco-génitaux. L'herpès labial peut se transmettre aux parties génitales et inversement (mais c'est plus rare). En dehors des poussées, utiliser des préservatifs.

3. C'est quoi le pus dans un furoncle ?

Enorme bouton rouge et blanc, chaud, douloureux, le furoncle se forme à la base d'un poil à cause du développement d'un staphylocoque doré, une bactérie souvent virulente. Le pus qu'il contient est composé de globules blancs, de bactéries et de cellules nécrosées provenant des tissus avoisinants. Ne pas percer :  Lorsque le furoncle est bien "mûr", le pus peut s'écouler de lui-même. D'autres fois, sous l'influence de la douleur et du dérangement que provoque le furoncle, on peut vouloir le "percer". A éviter absolument sans avis médical : vous risquez de disperser les bactéries et de laisser une vilaine cicatrice à la place du bouton. Appliquez plutôt un antiseptique local. Si cela ne suffit pas, consultez un médecin qui vous prescrira des antibiotiques.

4. Est-ce que le "pied d'athlète" est causé par ma transpiration ?

Le pied d'athlète désigne une mycose provoquée par un champignon. Il s'attaque à l'épiderme des pieds et provoque rougeurs, desquamations et démangeaisons parfois à la limite du supportable. Cette maladie tient son nom du fait que les sportifs sont couramment touchés par cette affection. Elle est très contagieuse. Pour réduire les risques : Lavez vos pieds régulièrement, changez de chaussettes en cours de journée si besoin, séchez scrupuleusement vos pieds, portez des tongs lorsque vous êtes amené à fréquenter des douches publiques, évitez les chaussures en plastique qui favorisent la macération, aérez vos chaussures régulièrement et si possible, ne portez pas les mêmes tous les jours.

5. Pourquoi j'ai beaucoup de poils ?

Deux pathologies peuvent conduire à une pilosité excessive et particulièrement disgracieuse : l'hypertrichose, souvent héréditaire, qui se caractérise par la pousse d'un duvet de poils en excès dans les zones déjà poilues ordinairement. Et l'hirsutisme dont souffrent "les femmes à barbe". Des poils poussent dans des zones théoriquement réservées aux hommes : lèvre supérieure, menton, mamelon, ventre, fesses... Si la cause a été identifiée, il suffit de la faire disparaître pour que tout rentre dans l'ordre. Dans le cas contraire, s'il n'y a pas de cause particulière, les femmes peuvent recourir à la cire, à la décoloration ou, plus moderne et plus durable (plus chère aussi) à l'épilation laser.

6. Est-ce que j'ai des pellicules parce que je ne me lave pas assez les cheveux ?

Plus une personne sensible aux pellicules se lave les cheveux avec un shampoing détergent, plus les pellicules risquent de se multiplier. Cela vaut pour les deux types de pellicules, recensés chez environ 40 % de la population adulte. Les pellicules "sèches" (minuscules flocons blancs légers et très secs) sont causées par une régénération trop rapide du cuir chevelu. Elles peuvent disparaître en utilisant un shampoing anti-pelliculaire qui n'abîme pas le cuir chevelu. Les pellicules grasses (plaques jaunes plus ou moins grandes) sont causées par un excès de sébum. Il faut utiliser un shampoing anti-pelliculaire spécial cheveux gras sans en abuser ce qui risquerait d'inciter les glandes sébacées à travailler encore plus.

7. Les poux se logent-ils uniquement sur les têtes sales ?

Non, les poux ne sont pas liés à un manque d'hygiène. Il n'y a pas non plus de tête à poux : n'importe qui peut en attraper. "Les poux se nourrissent de sang sur le cuir chevelu, explique la dermatologue Marie-Estelle Roux. Peu importe la séborrhée du cuir chevelu ou la saleté des cheveux. D'ailleurs, les enfants atteints ont rarement les cheveux gras." En revanche, il est vrai que les poux préfèrent les cheveux longs aux cheveux courts. Si votre enfant a les cheveux longs, attachez-les-lui pour aller à l'école. Il ne faut jamais s'échanger bonnets, écharpes et autres élastiques pour les cheveux. Scrutez régulièrement la tête de votre enfant  et traitez dès l'apparition des premières lentes (blanches et immobiles). 

8. Est-ce que la cellulite disparait avec le sport ?

Disgracieuse, la cellulite -qui est de la graisse-  est un sujet difficile à aborder. Le sport est une bonne arme pour la combattre puisqu'il pousse l'organisme à puiser l'énergie dont il a besoin dans les graisses. Privilégier un sport qui fait travailler les muscles à proximité des cuisses, des fesses et du ventre où se localise généralement la cellulite, Le jogging, les exercices en salle de musculation ou le cyclisme sont particulièrement recommandés. Le sport permet aussi d'améliorer les circulations sanguine et lymphatique, qui jouent un rôle dans le développement de la cellulite. Pas de miracle : la cellulite est aussi liée à des facteurs contre lesquels il est difficile d'agir comme les hormones féminines et la génétique.

9. Peut-on enlever un angiome sur la peau ?

Ces petites malformations vasculaires, appelées "angiomes cutanés", ne sont pas graves. Elles apparaissent généralement durant les premières semaines de vie. Celles qui sont en forme de fraise bien rouge vont disparaître d'elles-mêmes à l'adolescence. Il est donc rare que l'on ait à les traiter sauf si elles sont mal placées (sur la paupière par exemple). Du laser ou une ablation chirurgicale (plus rare) peut être nécessaire. Les fameuses taches de vin, au contraire, auraient plutôt tendance à s'étendre avec l'âge. Mais sont difficiles à faire partir. On peut les atténuer mais il est rare de pouvoir les enlever totalement et elles ont tendance à revenir. Enfin, les angiomes dits stellaires peuvent disparaître spontanément ou par laser.

10. Attrape-t-on vraiment des verrues à la piscine ?

Les verrues plantaires sont dues à un virus de la famille des papillomavirus. Ce virus adore se développer dans les milieux chauds et humides comme la piscine ! Pour réduire le risque : 
► Munissez-vous d'une paire de tongs (neuves surtout, pas celles qui vous ont servi tout l'été dernier) et utilisez-les pour vous rendre jusqu'au bord du bassin. 
► Évitez de partager votre serviette de bain ou d'emprunter celle des autres. Le virus étant particulièrement contagieux, vous multiplieriez les risques de l'attraper.
Si toutefois vous n'avez pas réussi à les éviter, sachez que les verrues disparaissent généralement d'elles-mêmes au bout d'environ 2 ans. Si vous n'avez pas la patience d'attendre ou qu'elles sont douloureuses, consultez un dermatologue.

Autres problèmes de peau