Vaccin Covid et règles perturbées : lien confirmé, que faire ?

Cycles perturbés, règles plus longues, plus abondantes ou absentes. En France, environ 10 000 cas de troubles menstruels ont été rapportés après un vaccin contre le Covid-19. Ce lien a été confirmé par l'Agence européenne du médicament. Etats des lieux et recommandations de l'ANSM.

Vaccin Covid et règles perturbées : lien confirmé, que faire ?
© leszekglasner - stock.adobe.com

L'Agence européenne du médicament a reconnu le 28 octobre 2022 le lien de causalité potentiel entre vaccination anti Covid et troubles menstruels. En effet, la vaccination Covid-19 semble associée à un changement léger et probablement temporaire de la durée du cycle menstruel, montre une étude publiée en août 2022 sur le BMJ Medicine. Leur cycle a en moyenne duré presqu'une journée de plus après la première dose de vaccin et 0.76 jour de plus après la deuxième dose. En effet, plus de 10 000 cas de troubles menstruels (règles très longues, très abondantes, au contraire inexistantes...) ont été rapportés après l'injection d'un vaccin à ARN contre le Covid en France. Des troubles qui peuvent survenir lors de la 1ère, de la 2ème ou de la dose de rappel avec un vaccin à ARNm comme ceux de Pfizer ou Moderna. Dans ce contexte, l'Agence nationale des médicaments (ANSM) a envoyé un état des connaissances sur les troubles menstruels après la vaccination contre le Covid-19 et a adressé des recommandations pour les femmes concernées et pour les professionnels de santé, le 23 juin 2022. De plus, un guide d'aide à la déclaration a été élaboré avec des représentants des associations de patients et de professionnels de santé pour accompagner ces femmes. Combien de cas en France ? Avec le vaccin de Pfizer ? De Moderna ? Quels sont les symptômes ? Les pistes envisagées ? La conduite à tenir pour les femmes avec ces symptômes ? Etat des lieux à date. 

Combien de femmes ont eu des troubles menstruels après avoir été vaccinées en France ?

D'après les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), au 28 avril 2022 :

  • 9 381 déclarations de troubles du cycle rapportées avec le vaccin Comirnaty (Pfizer), soit 0.02% des injections totales.
  • 1 557 déclarations de troubles du cycle rapportées avec le vaccin Spikevax (Moderna), soit 0.01% des injections totales.

La majorité de ces déclarations ont été réalisées par les patientes directement. A cette même date, 58 millions de personnes, tous sexes confondus, avaient été vaccinées avec le vaccin Comirnaty et 12 millions de personnes avec le vaccin Spikevax.

​​​​Quels sont les symptômes de ces troubles menstruels ?

Les troubles du cycle (aussi appelés anomalies du cycle) sont des irrégularités du cycle menstruel. Ils peuvent affecter à la fois la fréquence et l'intensité des saignements, rappelle l'ANSM dans son communiqué du 23 juin 2022. Au cours d'une réunion entre des représentants des associations de patients et de professionnels de santé sur les troubles menstruels déclarés après la vaccination, les troubles menstruels les plus fréquemment décrits dans ces témoignages ont été :

  • Des règles irrégulières
  • Des règles douloureuses (dysménorrhée)
  • Des règles trop abondantes ou trop prolongées (ménorragie) ou absentes pendant plusieurs mois (aménorrhée).
  • Des saignements entre deux cycles (métrorragie).
  • Des douleurs pelviennes importantes, ou abdominales
  • Chez les femmes atteintes d'endométriose : une réactivation de leurs symptômes douloureux alors que la maladie était bien contrôlée jusqu'ici ;
  • Chez les femmes ménopausées, des saignements anormaux
  • Dans certains cas, les saignements anormaux en quantité et en durée ont conduit à des hystérectomies.

​​​​​Ces troubles menstruels après vaccination sont-ils graves ?

L'ANSM indique que les professionnels de santé ont expliqué qu'ils voyaient en pratique peu de cas graves de troubles menstruels et qu'il était difficile de les analyser car ils étaient souvent peu documentés. Dans leur expérience, la majorité des troubles menstruels observés étaient généralement non graves, de courte durée et spontanément résolutifs.

Quelles sont les causes envisagées de ces troubles menstruels ?

A ce jour, les données disponibles ne permettent pas de décrire le mécanisme de survenue de ces troubles du cycle menstruel.

Les troubles menstruels sont survenus aussi bien après la première injection qu'après la deuxième ou la dose de rappel. En parallèle, le comité de pharmacovigilance (PRAC) de l'EMA réévalue actuellement le lien entre ces troubles menstruels et les vaccins Spikevax et Comirnaty. Dans ses premières conclusions rendues au mois de juin 2022, le PRAC a conclu que les preuves étaient insuffisantes à ce stade pour établir le lien entre les vaccins ARN et les cas d'absence de menstruation. Néanmoins, le comité poursuit la surveillance de cet effet indésirable. Concernant les saignements menstruels abondants, le comité a conclu à la nécessité de poursuivre l'évaluation. A ce jour, les données disponibles ne permettent pas de décrire le mécanisme de survenue de ces troubles du cycle menstruel. Plusieurs hypothèses sont néanmoins émises :

  • La réactogénicité (fièvre, maux de tête, nausées...) provoquée par la vaccination. Celle-ci pourrait en effet, comme lors d'une infection, influer sur les hormones impliquées dans le cycle menstruel ;
  • Un stress ou une anxiété importante, engendré par l'acte de vaccination et/ou le contexte de pandémie. En effet, stress et anxiété sont des facteurs connus de perturbation de l'axe hypothalamo-hypophyso-ovarien qui régule le bon déroulement du cycle menstruel ;
  • Facteurs autres : maladie gynécologique sous-jacente, grossesse, traitement contraceptif...

Que faire et quelle est la conduite à tenir pour les femmes concernées ?

Si vous ressentez des effets inhabituels, des douleurs anormales, que votre cycle menstruel est bouleversé, et que ces troubles persistent, l'ANSM invite ces femmes :

  • à consulter le médecin. Il pourra vous écouter et, si nécessaire, procéder à des examens complémentaires.
  • à déclarer sur le portail du ministère chargé de la Santé : signalement.social-sante.gouv.fr ou rapprochez-vous d'un professionnel de santé.

Le 19 juillet 2022, l'ANSM a indiqué la mise à disposition d'un guide d'aide à la déclaration. Autrement dit, si vous souhaitez déclarer des troubles menstruels apparus après la vaccination contre le Covid-19, il est nécessaire d'apporter les renseignements les plus détaillés possibles dans le formulaire de déclaration. Ces éléments permettront en effet aux centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) de mener de la façon la plus efficace possible leur évaluation des cas déclarés. Ce document a pour objectif de vous guider dans cette déclaration en précisant les informations à apporter. Ces informations ne sont pas obligatoires, mais seront utiles aux CRPV pour leur analyse.

Quelle est la conduite à tenir pour les professionnels de santé ?

Devant tout symptôme de troubles menstruels évoqué par votre patiente et selon votre connaissance de son historique médical :

► Si la patiente prend un traitement hormonal : vérifiez qu'il n'y a pas eu de mauvaise observance ou des vomissements qui pourraient être à l'origine d'une interruption de la prise du traitement 

► Si la patiente ne prend pas de traitement hormonal ou s'il n'y pas eu d'interruption de traitement :

  • vérifiez qu'il ne s'agit pas d'une symptomatologie aigüe 
  • vérifiez l'absence de grossesse (retard de règles, saignements itératifs)
  • gardez en tête la possibilité que la patiente développe une maladie gynécologique (syndrome des ovaires polykystiques, hyperprolactinémie, adénomyose, etc.) de manière concomitante à la vaccination. Si les symptômes persistent le mois suivant, il est nécessaire de lancer des investigations et d'envisager une telle pathologie sous-jacente.

► Si vous observez des effets indésirables graves ou inattendus : déclarez sur le portail du ministère chargé de la Santé : signalement.social-sante.gouv.fr.

Source : Troubles menstruels après la vaccination contre le Covid-19 : état des connaissances et conseils aux femmes concernées, ANSM, 23 juin 2022. 

Vaccins contre le Covid