Embolie : définition, symptômes, types, caillot, quoi d'autres ?

L'embolie désigne l'obstruction d'une artère, le plus souvent par un caillot sanguin. Ce phénomène peut survenir dans différents organes, partout là où il y a des veines et des artères. Quels symptômes ? Quelles causes ? Comment est posé le diagnostic ? Explications avec le Dr Jean-Philippe Santoni.

Embolie : définition, symptômes, types, caillot, quoi d'autres ?
© tussik13-123RF

Définition : c'est quoi une embolie ?

L'embolie correspond à une interruption soudaine d'un liquide circulant de l'organisme, le sang ou la lymphe par un corps étranger. L'embolie cause des obstructions du réseau vasculaire dont la conséquence dans une artère est l'oxygénation diminuée ou nulle des tissus : c'est un mécanisme fréquent dans les accidents vasculaires cérébraux, l'infarctus du myocarde ou l'ischémie aiguë de membre

Quels sont les types d'embolie ? 

L'embolie peut survenir partout où il y a des artères et des petits capillaires dans lesquels un caillot de sang peut venir se bloquer. On distingue trois principaux sites  d'embolies : l'embolie pulmonaire, l'embolie cardiaque et l'embolie cérébrale. 

Quels sont les symptômes d'une embolie ?

► L'embolie cérébrale se traduit généralement par une perte d'équilibre, un engourdissement, des troubles du langage ou de la vue, une paralysie d'un côté du corps (visage, bras, jambe). 

► L'embolie cardiaque, plus communément appelée infarctus du myocarde, se manifeste essentiellement par une douleur thoracique qui dure depuis plus de 20 minutes, qui irradie dans le bras gauche, derrière le sternum, dans le dos, les épaules, et la mâchoire. Un essoufflement, des sueurs et des vertiges peuvent également survenir. 

► Les symptômes les plus fréquents d'une embolie pulmonaire sont : une douleur thoracique, souvent en coup de poignard, qui augmente à l'inspiration, un essoufflement avec une respiration souvent courte, rapide, voire des crachats de sang dans les embolies importantes. 

L'ischémie aiguë d'un membre inférieur se manifeste par une douleur vive, une rougeur, un œdème. 

Quelles sont les causes d'une embolie ?

La substance à l'origine de l'obstruction est généralement un caillot sanguin (thrombus) qui migre et vient se bloquer dans une artère. Plus rarement, il peut s'agir de gouttelettes graisseuses, de cristaux de cholestérol (embole d'athérome) ou de gaz (embole gazeux). "L'embolie gazeuse survient essentiellement dans deux circonstances : lors d'une intervention chirurgicale sur une veine ou une artère pour laquelle le chirurgien a, par inadvertance, produit de l'air ; ou au cours d'un accident de plongée (accident de décompression), qui a lieu quand les plongeurs remontent trop vite à la surface. Après une facture du fémur ou du bassin, l'embolie pulmonaire peut être graisseuse. On distingue également l'embolie amniotique, qui se caractérise par le passage du liquide amniotique dans la circulation maternelle, et l'embolie tumorale dans laquelle des amas de cellules cancéreuses migrent par la circulation veineuse, artérielle ou lymphatique dans d'autres organes", indique le Dr Jean-Philippe Santoni. Les risques d'embolie sont plus élevés en cas de tabagisme, d'hypercholestérolémie, de maladie cardiaque notamment l'arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire (AC/FA) ou d'hypertension artérielle. Une des embolies les plus graves est l'embolie pulmonaire où un caillot de sang issu des veines des jambes migre et vient obturer une artère pulmonaire. 

Combien de temps dure une embolie ?

La durée d'une embolie dépend de sa gravité et de l'état du patient. 

Comment se pose le diagnostic d'une embolie ?

L'embolie est une urgence vitale. Un dosage sanguin va être effectué pour mesurer le taux de D-dimères, des substances qui sont relarguées par les caillots sanguins. Puis, s'il s'agit d'une embolie pulmonaire, un angioscanner des poumons pour se focaliser sur les vaisseaux pulmonaires et mettre en évidence la thrombose artérielle. Une scintigraphie pulmonaire va permettre de localiser la zone des poumons qui ne fonctionne plus. Une mesure des gaz du sang artériel sera également effectué pour déterminer la gravité de l'embolie pulmonaire. Ce geste consiste en une piqûre dans l'artère du poignet pour mesurer l'oxygène et le CO2 du sang artériel. Des examens cardiaques vont être effectués pour voir si l'embolie pulmonaire retentit sur les cavités cardiaques et on va rechercher une thrombose veineuse en particulier des membres inférieurs (phlébite) par l'examen clinique et par un écho doppler des veines. Le diagnostic de l'embolie cérébrale est posé grâce à un scanner ou à une IRM cérébrale. Le diagnostic d'une embolie cardiaque se pose grâce à l'ECG et la mesure du taux de troponine dans le sang, substance produite par l'organisme en cas de lésions du cœur. L'embolie amniotique est quant à elle diagnostiquée au moment du travail ou après l'accouchement par l'examen clinique, notamment face à une hypoxie, une hypotension et des troubles de la coagulation. 

Quel est le traitement pour soigner une embolie ?

L'embolie thrombotique (caillot) se traite par des injections sous-cutanées d'anticoagulants pendant au moins huit jours, puis par un relais avec des comprimés (anticoagulants oraux). Ce traitement vise à limiter l'extension du caillot et à prévenir le risque de récidive. S'il n'y a pas de risque de récidive car il n'y a pas de facteurs de risque, le traitement anticoagulants pourra être arrêté au bout d'un mois. En présence de facteurs de risque, il devra être maintenu. En cas de grave embolie pulmonaire associée à une baisse importante de la pression artérielle, une thrombolyse du caillot par voie intraveineuse sera indispensable pour restaurer la perfusion pulmonaire. Le port de bas de contention est vivement recommandé pour faciliter la circulation sanguine. 

Quelle convalescence après une embolie ?

Le temps de convalescence dépend de la gravité de l'embolie pulmonaire et de l'état de santé général du patient. L'hospitalisation dure en général 8 jours. Le meilleur moyen de prévenir une récidive, c'est d'agir sur les facteurs de risque, notamment : un alitement prolongé, les cancers en particulier digestif et du petit bassin, la prise d'un contraceptif hormonal combiné (surtout si elle est associée au tabagisme), le surpoids, l'obésité, les longs trajets en avion. 

Quelle espérance de vie après une embolie ?

Si elle est prise en charge rapidement, l'espérance de vie après une embolie est satisfaisante et ne laisse généralement pas de séquelles. Le risque se trouve durant la phase aiguë, si l'on tarde trop à hospitaliser une embolie, il y a un risque de décès, surtout si celle-ci retentit sur le fonctionnement cardiaque. 

Merci au Dr Jean-Philippe Santoni, pneumologue référent prévention à la Fondation du Souffle. 

Cardiologie-Circulation