Doses de vaccins Covid : nombre, intervalle, immunité, 1ère, 2ème...

Les quatre vaccins contre la Covid-19 autorisés en France ne nécessitent pas tous le même nombre de doses pour être immunisé. Comment l'expliquer ? Quelle immunité après la seconde dose ? Quel intervalle entre les deux ? Cecil Czerkinsky, vaccinologiste, directeur de recherche Inserm à l'IPMC-CNRS-université de Nice à Sophia Antipolis, nous éclaire à ce sujet.

Doses de vaccins Covid : nombre, intervalle, immunité, 1ère, 2ème...
© maska82-123RF

Combien de doses dans un flacon de vaccin ? 

Le nombre de doses dans un flacon varie selon les vaccins :

  • Comirnaty® (Pfizer-BioNTech) : un flacon de 0,45ml contient 6 doses de 0,3ml après dilution. 
  • mRNA-1273 (Moderna) : un flacon multidisciplinaire contient 10 doses de 0,5ml. 
  • AZD1222 (AstraZeneca/Oxford) : un flacon contient 8 doses de 0,5ml. 
  • Vaccin COVID-19 Janssen : chaque flacon de 2,5ml contient 5 doses de 0,5ml. 

Combien de doses pour être vacciné ? 

Les vaccins Comirnaty® (Pfizer-BioNTech), AZD1222 (AstraZeneca/Oxford) et mRNA-1273 (Moderna) nécessitent 2 doses de vaccin.

Plus précisément : 

  • Comirnaty® (Pfizer-BioNTech) : deux doses de 0,3 ml chacune. 1 injection pour une personne ayant déjà eu la Covid et qui souhaite se vacciner.
  • AZD1222 (AstraZeneca/Oxford) : deux doses distinctes de 0,5 ml chacune. 
  • mRNA-1273 (Moderna) : deux doses de 0,5ml chacune.
  • En revanche, le vaccin COVID-19 Janssen/Johnson & Johnson est le seul vaccin à être administré en une seule dose de 0,5ml.

 Quel délai entre l'administration de deux doses ?

Le délai entre l'administration des deux doses varie selon les vaccins : 

  • Comirnaty® (Pfizer-BioNTech) : les deux injections doivent être espacées d'au moins 21 jours mais le délai peut aller jusqu'à 4 semaines.
  • AZD1222 (AstraZeneca/Oxford) : le fabricant recommande que la seconde dose soit administrée entre 4 et 12 semaines (28 à 84 jours) après la première. En France, la Haute Autorité de Santé a recommandé le 2 mars de respecter un intervalle de 12 semaines entre les deux doses, au vu des données issues des essais cliniques de phase 3 et des données préliminaires écossaises. 
  • mRNA-1273 (Moderna) : les deux doses doivent être administrées à 28 jours d'intervalle.
  • Vaccin COVID-19 Janssen : une seule dose est nécessaire. 

Pourquoi faut-il deux doses pour certains vaccins ?

"Parce que la première dose n'induit pas une réponse immunitaire suffisamment forte chez un individu immunologiquement "naïf", c'est-à-dire n'ayant jamais rencontré le microbe (virus, bactérie), soit la très grande majorité de la population dans le cas du virus Sars-CoV-2. Il faut garder à l'esprit que la plupart des vaccins sont administrés chez l'enfant (premières injections au début de la vie) et nécessite 3 voire plus d'injections pour induire et maintenir durablement un niveau d'immunité au-delà d'un seuil de protection durable", explique Cecil Czerkinsky. 

Combien de temps attendre après la 2e dose pour être immunisé ? 

"Pour la plupart des vaccins injectables, la protection immunitaire est évidente 10 jours à 2 semaines après la deuxième dose", indique le vaccinologiste. Néanmoins, la durée de protection conférée par les différents vaccins n'est pas déterminée à ce jour et fait toujours l'objet d'une évaluation dans les essais cliniques de phase 3 en cours. De plus, les données actuelles ne permettent pas de prouver que les différents sérums empêchent la transmission du Sars-CoV-2 d'une personne à l'autre.

Quel vaccin du Covid se fait en dose unique ? Comment est-ce possible ? 

Le seul vaccin anti-covid à être administré en dose unique est celui de Janssen (Johnson & Johnson). La réponse immunitaire à la première et seule dose semble assez haute 3 semaines après l'injection. "Les russes ont déjà pu observer que le vaccin Spoutnik V (basé sur l'administration séquentielle de 2 vecteurs adénovirus, dont le premier est le même que celui du vaccin Janssen/Johnson & Johnson) induisait une protection 21 jours après l'administration de la première dose, même si la deuxième dose semble amplifier cette protection, précise le spécialiste. Cela veut dire que les vecteurs adénovirus sont particulièrement efficaces pour induire une réponse primaire suffisamment forte." 

Est-il aussi efficace que les autres ?

"Tout dépend de ce que l'on appelle efficacité, nuance Cecil Czerkinsky. La réponse secondaire (après injection d'une seconde dose) induite par les vaccins ARN est supérieure à celle induite après une première injection et pourrait être également supérieure à celle induite par les vaccins classiques, incluant vaccins adénovirus vectorisés, administrés en une ou deux injections." Une explication (parmi d'autres) possible : l'immunité induite contre le vecteur (l'adénovirus qui transporte le gène correspondant à la spicule ou "spike" du virus de la covid) après la première dose pourrait interférer avec le vecteur lors de la deuxième dose. Autrement dit, la première injection "vaccinerait" contre le vecteur. "C'est la raison pour laquelle le vaccin russe utilise deux vecteurs adénovirus suffisamment différents pour la première et la deuxième injection. Ceci pourrait aussi expliquer pourquoi l'espacement des 2 doses semble être bénéfique pour le vaccin AstraZeneca/Oxford qui utilise le même vecteur adénovirus, c'est-à-dire le même vaccin", commente le vaccinologiste. Il semble que l'immunité induite contre le vecteur après la première injection diminue avec le temps. "Encore faudrait-il être sûr que l'immunité contre l'antigène du Sars-CoV-2 (spike) soit suffisamment durable et aussi longue voire idéalement plus longue que celle dirigée contre le vecteur, nuance le spécialiste. La question sera évidemment encore plus pertinente si des rappels (troisième dose ou plus) s'avéraient nécessaires pour maintenir plus durablement un niveau d'immunité voire si on utilisait les mêmes vecteurs lors d'une vaccination contre une protéine spike modifiée (variant). Dans ce cas de figure, des solutions sont heureusement envisageables, dont celles utilisant une combinaison de vaccins vecteurs, vaccins ARNm et/ou vaccins sous-unitaires administres séquentiellement", continue-t-il. 

Traitements et vaccins