Anti-inflammatoires sans ordonnance : liste, le Kétoprofène ?

"Anti-inflammatoires sans ordonnance : liste, le Kétoprofène ?"

Aussi appelés AINS, certains anti-inflammatoires non stéroïdiens sont disponibles en automédication sans ordonnance. Ils sont indiqués chez l'adulte ou chez l'enfant lors d'une inflammation, d'une douleur légère à modérée ou en cas de fièvre. Lesquels prendre selon le mal ? Quels précautions et effets secondaires ?

Définition : qu'est-ce qu'un anti-inflammatoire ?

Une inflammation est une réaction de l'organisme face à une agression (infection, plaie, allergie…). Elle entraine des manifestations comme de la fièvre et des douleurs. Pour en venir à bout, il existe des anti-inflammatoires, de type stéroïdiens comme les dérivés de la cortisone (AIS) ou non stéroïdiens (AINS). "Les AINS agissent par exemple en bloquant la formation des prostaglandines responsables de la réponse inflammatoire, explique le Dr. Monique Quillard, médecin généraliste. Ils ont des propriétés antipyrétiques (contre la fièvre, ndlr), antalgiques et à plus forte dose anti-inflammatoires et antiagrégants plaquettaires." Ils sont efficaces contre : 

  • Les maux de tête, les migraines.
  • La fièvre.
  • Les courbatures, les douleurs musculaires.
  • Les douleurs dentaires.
  • En rhumatologie : le mal de dos, l'arthrose, les rhumatismes, l'arthrite, les douleurs rachidiennes.
  • En traumatologie : les tendinites, les foulures, les contusions, les entorses.
  • En gynécologie : les douleurs menstruelles.
  • Les coliques néphrétiques, les crises de goutte.

Les AINS sont disponibles en pharmacies sous forme de gélules, comprimés, sirops, poudres pour suspensions buvables, gouttes buvables, suspensions injectables, suppositoires, collyres, solutions injectables, crèmes, pommades, gels et patchs ou emplâtres. Certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont disponibles sans ordonnance. En effet, certains AINS sont remboursables sur prescription médicale mais peuvent aussi être achetés sans ordonnance car non listés (dans ce cas, ils ne seront pas remboursés par l'Assurance Maladie). Aussi, certaines spécialités à base d'AINS sont destinées uniquement au conseil et à la vente libre (non remboursables). Il est notamment possible de se procurer sans ordonnance de l'acide acétylsalicylique (exemples : Aspégic®, Aspirine®), de l'ibuprofène (exemples : Advil®, Nurofen®, Spedifen®) et du diclofénac (exemple : Flector®, Voltarène®). Les autres AINS (comme le Kétoprofène par exemple (Ketum®...) ainsi que les anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes), plus puissants, ne peuvent être délivrés sans ordonnance. Il faut consulter son médecin qui indiquera lequel prendre, à quelle dose et pendant combien de temps. Les anti-inflammatoires stéroidiens ont aussi d'autres indications comme la prise en charge des maladies chroniques auto-immunes...

Liste des anti-inflammatoires sans ordonnance pour le mal de dos

  • L'Ibuprofene (Advil®, Nurofen®...)
  • L'Acide acétylsalicylique (Aspirine®, Aspégic®, Aspro®, Kardegic®...)
  • Le Diclofénac (Flector®, Voltarène®...)

Liste des anti-inflammatoire sans ordonnance pour la tendinite

  • L'Ibuprofene (Advil®, Nurofen®...)
  • Le Diclofénac (Flector®, Voltarène®...)
  • L'Acide acétylsalicylique (Aspirine®, Aspégic®, Aspro®)

Liste des anti-inflammatoire sans ordonnance pour l'arthrose

  • Le Diclofénac (Flector®, Voltarène®...)
  • L'Ibuprofene (Advil®, Nurofen®...)
  • L'Acide acétylsalicylique (Aspirine®, Aspégic®, Aspro®, Kardegic®...)

Quelles sont les précautions avant utilisation ?

  • Utiliser toujours les AINS à la dose minimale efficace.
  • Respecter les posologies recommandées (dosage, fréquence de prise).
  • Ne pas dépasser 3 jours de traitement contre la fièvre et 5 jours contre la douleur sans l'avis d'un médecin.
  • Arrêter le traitement dès la disparition des symptômes.
  • Vérifier au préalable l'absence d'interactions avec d'autres médicaments.

Ne prenez jamais deux AINS simultanément.

Ne pas prendre d'AINS sans avis médical en cas :

  • de grossesse,
  • de troubles de la coagulation ou de prise d'un traitement anticoagulant,
  • d'affections gastro-intestinales ou digestives,
  • d'antécédents d'asthme,
  • de suspicion d'infection bactérienne ou virale (exemple : varicelle, carie ou abcès dentaire, infection ORL, etc.),
  • chez l'enfant

Eviter de manière générale la prise d'AINS durant l'allaitement, sauf en cas de nécessité.

Quelles sont les contre-indications ?

Ces médicaments ne doivent pas être utilisés dans les cas suivants :

  • En cas d'antécédent d'allergie provoqué par la prise de médicaments de la même famille ou d'un excipient contenu dans le médicament.
  • A partir du 6ème mois de grossesse (et pour certains AINS durant toute la grossesse).
  • En cas d'antécédents d'asthme.
  • En cas d'antécédents hémorragiques, comme un trouble de la coagulation.
  • En cas d'antécédents de saignements, d'ulcères ou de perforations digestifs.
  • En cas d'insuffisance cardiaque, d'insuffisance hépatique ou d'insuffisance rénale sévères.
  • En cas de mastocytose.
  • En association avec des traitements anticoagulants, un traitement à base de lithium (pour traiter les troubles bipolaires) et certains antidépresseurs.
  • En association avec un autre AINS.

Cetains AINS sont contre-indiqués chez l'enfant de moins de 15 ans (exemple : diclofénac) De plus, certains AINS tels que le diclofénac, l'acéclofénac et le célécoxib ont des contre-indications spécifiques (antécédent d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral, artérite, angine de poitrine). 

Quels sont les effets secondaires ?

Ils sont divers et nombreux :

  • Douleur au niveau de l'estomac et du tube digestif, hémorragies ou saignements digestifs
  • Syndrome de Reye
  • Des vertiges et des céphalées
  • Rejet de sang par la bouche, présence de sang dans les selles, coloration des selles en noire (signes d'hémorragie gastro-intestinale),
  • Réactions allergiques avec éruptions cutanées, urticaire, asthme, œdème de Quincke,
  • Baisse de l'audition, bourdonnements d'oreille
  • Réactions bulleuses (exemple : Syndrome de Stevens-Johnson)
  • Troubles cardiaques
  • Dans de rares cas, une insuffisance rénale

"Pour limiter les effets secondaires, notamment les troubles digestifs, il est conseillé de prendre les AINS au milieu du repas", précise le Dr. Monique Quillard, médecin généraliste. En présence de ces symptômes, stoppez de suite votre traitement et prenez contact avec votre médecin traitant. Respectez également les recommandations d'intervalles mentionnés sur la notice entre deux prises. "En cas de fatigue inhabituelle et intense, ou de baisse brutale et importante du volume des urines, d'éruption cutanée, de crise d'asthme ou de brûlure d'estomac importante, il ne faut pas poursuivre le traitement sans avis médical ; ces manifestations peuvent être le signe d'effets indésirables potentiellement graves", recommande le Dr. Quillard.

Quels risques de surdosage ?

Pour éviter un surdosage, ne prenez jamais deux AINS simultanément, ne dépassez pas la dose et la fréquence d'administration préconisée et vérifiez l'absence d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans la composition des autres médicaments utilisés. Un surdosage peut provoquer un risque élevé d'hémorragie, ainsi que majorer l'ensemble des effets indésirables liés aux AINS.

Merci au Dr Monique Quillard, médecin généraliste et Laura Fonteneau, Docteur en pharmacie.

Types de médicaments