Mupirocine : bouton, mycose, à quoi ça sert ?

La mupirocine (Mupiderm®) est un antibiotique utilisé localement pour traiter certaines infections bactériennes. Quelles infections ? Impétigo ? Comment agit-elle ? Faut-il une ordonnance ? Quels sont ses effets indésirables et ses contre-indications ?

Mupirocine : bouton, mycose, à quoi ça sert ?
© ternavskaia-123RF

C'est quoi la mupirocine ?  

La mupirocine est un antibiotique d'origine naturelle produit par la bactérie Pseudomonas fluorescens. Elle se présente sous forme de pommade possédant une propriété bactéricide (tue les bactéries).

Comment agit la mupirocine ?

Cette molécule présente une action sur Staphylococcus aureus (le staphylocoque doré) et les streptocoques bêta-hémolytiques. Son mode d'action se caractérise par sa liaison à une enzyme de la bactérie cible (isoleucyl ARN-t synthétase) pour bloquer la fabrication de protéines bactériennes.

Indications : à quoi sert la mupirocine ?

La mupirocine en pommade est fréquemment utilisée pour traiter les infections de la peau causées par un staphylocoque ou un streptocoque telles que l'impétigo ou la dermatose impétiginisée. L'application de l'antibiotique sur les lésions doit être associée à une toilette minutieuse à l'eau savonneuse. En revanche, l'usage d'antiseptiques locaux n'est pas recommandé. Si l'infection bactérienne est étendue, un antibiotique par voie orale sera administré en complément de la pommade. Une infection cutanée étendue se caractérise par un ensemble de plus de 6 lésions identifiables ou une atteinte de la peau supérieure à 2 % de la surface corporelle totale, soit l'équivalent de deux paumes de main. Dans cette indication, la mupirocine constitue le seul antibiotique local recommandé. Elle remplace l'acide fusidique (en crème ou en pommade) qui n'est plus préconisé actuellement en raison d'un trop grand nombre de cas de résistances bactériennes. Seules une intolérance et une contre-indication à la mupirocine justifient un recours à l'acide fusidique. La mupirocine sous forme de pommade nasale présente deux indications moins fréquemment rencontrées : 

Quel est le nom commercial de la mupirocine ?

Il existe deux spécialités commerciales à base de mupirocine : 

  • Mupiderm® 2 %
  • Bactroban® 2 %  

Plusieurs génériques de Mupiderm® sont également disponibles.

Sous quelle forme trouve-t-on la mupirocine ?

La mupirocine se présente uniquement sous forme de pommade à usage cutanée (Mupiderm®) et de pommade nasale (Bactroban®). Son administration par voie orale ou par voie injectable n'aurait aucune efficacité antibactérienne en raison de sa destruction rapide. C'est pour cette raison qu'elle est uniquement destinée à un usage local. 

La mupirocine est-elle disponible avec ou sans ordonnance ?

Cet antibiotique local est uniquement disponible sur présentation d'une ordonnance médicale.

Quels sont les effets indésirables de la mupirocine ?

La mupirocine peut causer de l'urticaire, une éruption cutanée, des démangeaisons, des picotements, des brûlures voire une réaction allergique grave. Ces effets secondaires surviennent rarement. En cas de réaction locale, le patient devra interrompre immédiatement le traitement et consulter un médecin dans les meilleurs délais.

Quelles sont les contre-indications de la mupirocine ?

La mupirocine est contre-indiquée en cas d'allergie à l'un de composants du médicament. Aussi, elle ne doit pas être administrée par voie ophtalmique. La pommade ne doit pas être mélangée avec d'autres produits au risque d'être diluée et de réduire son activité vis-à-vis des bactéries. Cette molécule n'est pas contre-indiquée au cours de la grossesse. Plus spécifiquement, le médicament Mupiderm® ne doit pas être appliqué sur les seins d'une femme allaitante en cas d'infections mammaires. De plus, son administration par voie intranasale est formellement proscrite. Elle est destinée exclusivement à une application sur la peau. En raison du risque de résistance bactérienne, cette pommade ne doit pas être utilisée au long cours et en cas de dermatoses étendues (touchant plus de 20 % de la surface corporelle).  

Sources : Vidal / Antibioclic 

Principes et substances actives