Cas contact Covid : plus d'isolement pour les vaccinés, définition

Chargement de votre vidéo
"Cas contact Covid : plus d'isolement pour les vaccinés, définition"

Les définitions des personnes contacts évoluent et prennent désormais en compte le statut vaccinal et immunitaire des personnes, annonce la DGS le 27 juillet. Même chose pour leur prise en charge. Test, PCR ou antigénique, isolement ou pas, durée, déclaration... Voici les nouvelles règles.

[Mise à jour le mercredi 28 juillet à 10h01] La maladie Covid-19 étant très contagieuse, dès lors qu'un cas positif est confirmé, les autorités sanitaires recommandent aux personnes contact de se tester et s'isoler 7 jours pour casser la chaîne de transmission du virus et lutter contre la propagation de ses variants. "Les définitions des personnes contacts évoluent et prennent désormais en compte le statut vaccinal et immunitaire des personnes" indique la DGS le 27 juillet. Les personnes ayant un schéma vaccinal complet ne sont plus considérées comme des cas contacts à risque élevé. Elles n'ont plus l'obligation de s'isoler mais doivent toujours se tester. Quelle est la définition d'un cas contact ? Quand se faire tester ? S'isoler et combien de temps ? Faut-il quand même s'isoler si on a été vacciné contre le covid ? Que faire quand on est cas contact au travail ? Comment ça se passe à l'école pour un enfant "cas contact" ? Procédure en vigueur. 

Définition : qu'est-ce qu'un cas contact ?

Par définition, un cas contact est une personne qui a été au contact d'un cas positif à la Covid-19 en l'absence de mesures de protection efficaces. Suite à l'avis du HCSP du 15 juin 2021, la définition des personne-contacts à risque a évolué pour prendre en compte leur statut vaccinal. La définition distingue les personnes-contacts à risque qui partagent le domicile du cas des autres. Les personnes-contacts ayant un schéma vaccinal complet ne sont plus considérées comme à risque "élevé" et n'ont plus l'obligation de s'isoler. Santé Publique France a mis à jour les définitions de cas contacts le 22 juillet 2021.

En l'absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact :

Sont considérées comme personnes contact à risque élevé toutes les personnes n'ayant pas reçu un schéma complet de primo-vaccination (c'est-à-dire un schéma complet de vaccination, avant des rappels éventuels) OU ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination depuis moins de 7 jours (vaccins Cominarty/Pfizer, Moderna, AstraZeneca/Vaxzeria) ou moins de 4 semaines (vaccin Covid-19 vaccin Janssen) OU atteinte d'une immunodépression grave*, c'est-à-dire présentant une affection le rendant éligible à une 3e dose de primo-vaccination, même si celle-ci a déjà été administrée. Ces personnes doivent :

  • Respecter une quarantaine ;
  • Réaliser un test immédiat et à J7 du dernier contact avec le cas (J17 si la personne contact ne peut pas s'isoler strictement du cas au sein du domicile) ;
  • Informer leurs contacts (contact-warning).

Sont considérées comme personnes contact à risque modéré toutes les personnes sans immunodépression grave ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination depuis au moins 7 jours (vaccins Cominarty/Pfizer, Moderna, AstraZeneca/Vaxzeria) ou au moins 4 semaines (vaccin Covid-19 vaccin Janssen). Ces personnes :

  • Ne sont pas tenues de respecter de quarantaine ;
  • Doivent réaliser un test immédiat et un test à J7 du dernier contact avec le cas (J17 si la personne contact ne peut pas s'isoler strictement du cas au sein du domicile) ;
  • Doivent porter un masque dans l'espace public, informer leurs contacts (contact-warning) et limiter leurs interactions sociales.

Sont considérés comme des mesures de protection efficaces :

  • Séparation physique isolant la personne-contact du cas confirmé ou probable en créant deux espaces indépendants (vitre, Hygiaphone®);
  • Masque chirurgical, ou FFP2, ou en tissu " grand public filtration supérieure à 90% " (correspondant à la catégorie 1 (AFNOR)), porté par le cas confirmé ou probable OU la personne-contact.

►Ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces :

  • Masques en tissu grand public de catégorie 2 ;
  • Masques en tissu " maison " ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes AFNOR ;
  • Visières et masques en plastique transparent portés seuls ;
  • Plaque de plexiglas posée sur un comptoir, rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

"Les règles pourront évoluer en matière de cas contact"

Quelles règles si on est cas contact et vacciné contre le Covid ?

Les personnes vaccinées ne sont plus considérées comme des cas contacts à risque "élevé" mais "modéré". Ces personnes sont dispensées de quarantaine (septaine) mais elles doivent respecter les autres mesures destinées à briser les chaînes de transmission, en raison du risque résiduel d'infection par le SARS-CoV-2, quel que soit le variant viral ayant infecté leur cas index :

  • Réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR, RT-LAMP ou test antigénique (TAG) nasopharyngé) ;
  • Informer de leur statut les personnes avec qui elles ont-elles-mêmes été en contact à partir de 48h après leur dernière exposition à risque avec le cas confirmé et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux (contact-warning) ;
  • Mettre en œuvre strictement l'ensemble des autres mesures barrières jusqu'à J+7 après le dernier contact avec le cas index, et notamment : limiter les interactions sociales, en particulier dans les lieux où le port du masque n'est pas possible, et éviter tout contact avec des personnes à risque de forme grave même si elles sont vaccinées; porter un masque de catégorie 1 dans l'espace public ; pour les personnes-contacts partageant le même domicile que le cas (dites " domiciliaires "), porter un masque au domicile.
  • Réaliser une auto-surveillance de leur température et de l'éventuelle apparition de symptômes, avec test diagnostique immédiat en cas de symptômes , quel que soit l'âge
  • Réaliser un second test de dépistage (RT-PCR, RT-LAMP ou TAG naso-pharyngé) 7 jours après la fin de la période d'isolement du cas, soit pour les personnes-contacts vivant sous le même toit que le cas index, 17 jours après la date de début des signes du cas (ou la date de prélèvement diagnostique pour les cas asymptomatiques).

Quelles règles si on est cas contact et pas vacciné contre le Covid ?

Les personnes non vaccinées ou ayant schéma de primovaccination incomplet ou une immunodépression grave sont considérées comme des cas contacts à risque "élevé". Ces personnes-contacts à risque élevé doivent :

  • Réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR, RT-LAMP ou TAG nasopharyngé) ;
  • Respecter une quarantaine de 7 jours (septaine) à partir de la date du dernier contact à risque avec le cas confirmé ;
  • Informer de leur statut les personnes avec qui elles ont été en contact à partir de 48h après leur dernière exposition à risque avec le cas confirmé et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux (contact-warning).
  • Réaliser une auto-surveillance de leur température et de l'éventuelle apparition de symptômes, avec test diagnostique (moléculaire ou TAG) immédiat en cas de symptômes, quel que soit l'âge.
  • Réaliser un second test de dépistage (RT-PCR, RT-LAMP ou TAG naso-pharyngé) 7 jours après la date du dernier contact à risque avec le cas. Si le test de fin de septaine n'est pas réalisé, la septaine est prolongée de 7 jours.
  • Pour les enfants de moins de 6 ans, un test salivaire est fortement recommandé en fin de septaine.

Quand se faire tester ?

Les personnes-contact à risque élevé ou modéré sont contactées par les traceurs de l'Assurance Maladie. Elles doivent réaliser un test de dépistage Covid immédiatement, qu'elles soient vaccinées ou pas contre le Covid. Un test antigénique peut être réalisé facilement en pharmacie sans rendez-vous et sans ordonnance. Un test PCR (plus fiable) se fait en laboratoire et il faut prendre rendez-vous. Elles peuvent bénéficier d'un arrêt de travail spécifique délivré par l'Assurance Maladie si elles ne peuvent pas télétravailler. 

Les cas contacts vaccinés et non vaccinés doivent réaliser un test de dépistage immédiat (PCR ou antigénique) et un test à J+7 du dernier contact avec le cas (J+17 si la personne contact ne peut pas s'isoler strictement du cas au sein du domicile).

Si un résultat positif provient d'un test antigénique (TAG) naso-pharyngé, une RT-PCR de diagnostic doit être réalisée dans les 24h suivant le TAG. Si le résultat de diagnostic obtenu par cette RT-PCR et celui du TAG sont discordants, c'est celui de la RT-PCR qui doit être retenu.

Les cas contacts sont prioritaires pour la réalisation du test de dépistage au coronavirus (prélèvement nasal). L'ordonnance du médecin ou le SMS reçu par l'Assurance maladie pour les cas contacts reconnus "à risque" accélère l'obtention d'un rendez-vous. 

Cas contact et test positif : que faire ?

Si vous êtes cas positif à la Covid-19, un isolement de 10 jours pleins débute à partir du jour du prélèvement positif (ou des symptômes si vous en avez eu avant d'avoir les résultats du test). En cas de survenue de symptômes après le début de l'isolement, consulter un médecin pour éventuellement prolonger l'isolement.

Si vous êtes testé positif à un test Covid-19, vous allez recevoir un message SMS renvoyant vers un site où vous êtes invité à préparer la liste de vos cas contact à risque ainsi que leurs coordonnées dans l'attente de l'appel téléphonique de l'Assurance maladie.

 Si votre test est positif, les autres membres de votre foyer sont considérés comme cas contact, et doivent :

  • se maintenir en isolement eux aussi (les enfants ne doivent pas aller à l'école) ;
  • faire un test antigénique ou PCR immédiatement.

► Si un résultat positif provient d'un test antigénique naso-pharyngé (TAG), une RT-PCR de diagnostic doit être réalisée dans les 24h suivant le TAG. Si le résultat de diagnostic obtenu par cette RT-PCR et celui du TAG sont discordants, c'est celui de la RT-PCR qui doit être retenu.

Cas contact et test négatif : que faire ?

Un premier test antigénique est à réaliser immédiatement quand on est cas contact (vaccinés ou pas).

En cas de test négatif et si la personne n'est pas vaccinée : elle doit rester en isolement 7 jours et refaire un test au bout des 7 jours après le dernier contact à risque. Si ce deuxième test est négatif, l'isolement peut prendre fin. S'il est positif, l'isolement se poursuit 10 jours de plus (7+10 = 17 jours au total).

En cas de test négatif et si la personne est pas vaccinée, elle n'a pas besoin de s'isoler. Elle doit par contre refaire un test 7 jours après la fin de la période d'isolement du cas (positif), soit pour les personnes-contacts vivant sous le même toit que le cas index, 17 jours après la date de début des signes du cas (ou la date de prélèvement diagnostique pour les cas asymptomatiques).

Durée de l'isolement : combien de temps, avant/après le test ?

L'isolement ne concerne que les cas contacts non vaccinés contre le Covid ou dont le schéma vaccinal n'est pas encore complet (avant les 7 jours après la vaccination avec Pfizer, Moderna, AstraZeneca ou 4 semaines après Janssen).

Les cas contacts vaccinés et sans immunodépression grave ne doivent plus s'isoler.

► Pour les cas contacts non vaccinés ou avec un schéma vaccinal incomplet : la durée d'isolement est fixée à 7 jours à partir du dernier contact avec la personne positive. La septaine peut être réalisée au domicile, si les conditions le permettent. La quarantaine des personnes-contacts vivant sous le même toit que le cas index prend fin 17 jours après la date de début des signes du cas (ou la date du prélèvement diagnostique pour les cas asymptomatiques).

►Si le test est positif et que la personne est symptomatique : isolement pendant 10 jours à partir de la date de début des symptômes. En cas de fièvre persistante au bout de 10 jours, l'isolement est maintenu jusqu'à 48h après la disparition de la fièvre.

►Si le test est positif et que la personne est asymptomatique : isolement pendant 10 jours à partir de la date de prélèvement du test positif. Si la personne développe secondairement des symptômes, l'isolement est prolongé d'une durée de 10 jours à partir de la date de début des symptômes. En cas de fièvre persistante au bout de 10 jours, l'isolement est maintenu jusqu'à 48h après la disparition de la fièvre.

Doit-on se déclarer cas contact ?

L'identification des personnes-contacts à risque doit être mise en œuvre pour tout cas probable, et dès la confirmation du diagnostic pour les cas confirmés. Les personnes cas contacts n'ont pas besoin de se déclarer d'elles-mêmes puisqu'elles sont déclarées par le cas contaminé aux services de l'Assurance maladie et/ou au médecin l'ayant pris en charge. Les règles du contact tracing ont évolué le 22 juillet 2021 et sont décrites par Santé Publique France :

Lors d'un premier entretien avec le cas confirmé :

  • Les personnes responsables du contact-tracing (médecin prenant en charge le patient pour le contact-tracing de niveau 1, agents de la plateforme de contact-tracing de la CNAM pour le contact tracing de niveau 2, médiateurs de lutte anti-COVID (LAC)) identifient les personnes-contacts à risque élevé ou modéré avec le cas dans les 48h précédant l'apparition des symptômes (pour les cas symptomatiques) ou dans les 7 jours précédant la date du prélèvement (pour les cas asymptomatiques) et jusqu'à son isolement. A ce stade, il n'est pas possible de distinguer les personnes-contacts à risque élevé de celles à risque modéré car le cas ne dispose pas forcément de l'information concernant le statut vaccinal de ces personnes.
  • Toutes les personnes-contact à risque désignées par le cas sont enregistrées dans ContactCovid. La personne réalisant le traçage vérifie alors dans VAC-SI si les contacts désignés sont à risque modéré afin d'adapter les consignes pour ces derniers.
  • Si le cas a été diagnostiqué par un test antigénique naso-pharyngé positif, il lui est indiqué de faire dans les 24h une RT-PCR de diagnostic, et de rappeler l'assurance maladie en cas de tests discordants.
  • Si les informations recueillies auprès du cas évoquent la possibilité de contaminations multiples ou un cluster déjà constitué, les agents de l'Assurance maladie en charge du contact-tracing doivent sans délai informer l'ARS (contact-tracing de niveau 3).

Un second appel au cas est réalisé dans un délai de 48h après le premier, afin de :

  • Vérifier la complétude de la liste des personnes-contacts à risque élevé ou modéré ;
  • Proposer à nouveau la visite d'un infirmier libéral (IDEL) pour l'aide à l'isolement et la réalisation éventuelle de tests de dépistage des autres membres du foyer, si ceux-ci n'ont pas encore été testés. Ce second appel est réalisé si l'incidence est inférieure à 5000 cas/jour.

Lors de l'appel aux personnes-contacts à risque, le traceur vérifie dans VAC-SI le statut vaccinal de la personne-contact, mais doit interroger cette personne sur l'existence d'une immunodépression grave, information non accessible par un autre moyen.

Cas contact de cas contact : que faire ?

>> Pour les cas contact de cas contact de Covid-19 "pas besoin de se faire tester, insiste Dr Anne Goffard. On applique les mesures barrières et on évite de surcharger les labos en allant se faire tester pour rien." Dans son point hebdomadaire du 17 septembre, le Ministre de la Santé Olivier Véran avait souligné que "les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts".

"Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts"

Cas contact au travail : que faire ? 

Si on est cas contact dans une entreprise : "Pour éviter de contaminer à leur tour d'autres personnes, les personnes contact doivent rester isolées jusqu'aux résultats du test de dépistage, même si elles ne présentent pas de symptômes. Elles ne doivent pas se rendre sur leur lieu de travail" explique l'Assurance Maladie sur son site internet.

Arrêt de travail : pour qui ?

Lorsqu'une personne est reconnue par l'Assurance maladie comme "cas contact à risque" et qu'elle ne peut pas télétravailler, un arrêt de travail spécifique est nécessaire. Depuis le 3 octobre 2020, l'Assurance maladie a ouvert un téléservice permettant de demander cet arrêt de travail en ligne (sur le site et depuis un smartphone), sans délai de carence. Après avoir effectué sa demande sur declare.ameli.fr, l'assuré pourra bénéficier d'un arrêt de 7 jours débutant à la date à laquelle l'Assurance Maladie l'a contacté pour l'inviter à s'isoler et à réaliser un test, après un contact à risque avec une personne testée positive au coronavirus. Pour les assurés qui se seraient déjà spontanément isolés avant cette date, l'arrêt pourra être rétroactif dans la limite de 4 jours. Dans l'hypothèse où les résultats de test ne seraient pas encore connus à la fin de l'arrêt initial, l'assuré pourra demander une prolongation de celui-ci dans la limite de 7 jours supplémentaires. Avant de procéder au versement des indemnités journalières, l'Assurance Maladie vérifiera que l'assuré est bien connu en tant que cas contact à risque. En cas d'accord, une attestation d'isolement valant arrêt de travail dérogatoire lui sera adressée, qui pourra être présentée à l'employeur.

 Enfant cas contact : la procédure à l'école par âge

► La procédure dans les écoles maternelles :

Quand l'élève est identifié comme un cas contact :

  • la famille doit le signaler au directeur de l'école ;
  • l'élève doit rester au domicile, éviter les contacts, consulter un médecin et suivre les recommandations de l'Assurance maladie ;
  • l'enfant retourne à l'école au bout de 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé sans qu'un test ne soit obligatoirement réalisé, à condition qu'il ne présente pas de symptômes. Ces délais peuvent être prolongés s'il vit sous le même toit que le cas confirmé.

 La procédure dans les écoles élémentaires :

Quand l'élève est identifié comme un cas contact :

  • la famille doit le signaler au directeur de l'école ;
  • l'élève doit rester au domicile, éviter les contacts, consulter un médecin et suivre les recommandations de l'Assurance maladie 
  • l'élève doit immédiatement réaliser un test antigénique, afin de pouvoir déclencher sans attendre le contact-tracing en cas de positivité. Un résultat négatif ne lève pas la mesure de quarantaine de la personne contact.

- Pour les contacts à risque hors foyer, la mesure de quarantaine prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé à 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé et en l'absence de symptômes. En l'absence de test au 7e jour, la quarantaine est prolongée jusqu'au 14e jour.

- Pour les contacts à risque du foyer, la mesure de quarantaine prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé 7 jours après la guérison du cas confirmé (soit au 17e jour) et en l'absence de symptômes.

  • l'élève retourne dans l'établissement si les parents attestent sur l'honneur qu'un test négatif a été réalisé. À défaut, le retour se fera 14 jours pour les contacts à risque hors foyer et 24 jours pour les contacts à risque au sein du foyer.

► La procédure dans les collèges et les lycées :

Quand l'élève est identifié comme un cas contact :

  • la famille doit le signaler au chef d'établissement ;
  • l'élève doit rester au domicile, éviter les contacts, consulter un médecin et suivre les recommandations de l'Assurance maladie ;
    Les personnels et les élèves identifiés comme contacts à risque doivent immédiatement réaliser un test antigénique, afin de pouvoir déclencher sans attendre le contact-tracing en cas de positivité. Un résultat négatif ne lève pas la mesure de quarantaine de la personne contact.

- Pour les contacts à risque hors foyer, la mesure de quarantaine prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé à 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé et en l'absence de symptômes. En l'absence de test au 7e jour, la quarantaine est prolongée jusqu'au 14e jour.

- Pour les contacts à risque du foyer, la mesure de quarantaine prend fin en cas de résultat de test négatif (antigénique ou RT-PCR) réalisé 7 jours après la guérison du cas confirmé (soit au 17e jour) et en l'absence de symptômes.

  • l'élève retourne dans l'établissement si les parents attestent sur l'honneur qu'un test négatif a été réalisé. À défaut, le retour se fera après 14 jours pour les contacts à risque hors foyer et après 24 jours pour les contacts à risque au sein du foyer.
Pour toute question sur son état de santé, on peut directement appeler son médecin ou contacter le 0800 130 000 (appel gratuit). Pour les démarches auprès de l'Assurance Maladie, les services en ligne sont à privilégier en cette période de pandémie.

Merci au Dr Anne Goffard, virologue au CHU de Lille.

*Les personnes sévèrement immunodéprimées sont à très haut risque de formes graves de la Covid-19 : patients transplantés d'organes solides, patients transplantés de moelle osseuse, patients dialysés, patients sous traitement immunosuppresseur, patients atteints de cancer.

Sources : 

Définition de cas d'infection au SARS-CoV-2 (COVID-19) et de contact à risque Mise à jour le 22/07/2021

Conduite à tenir devant un cas d'infection par le SARS-CoV-2 (COVID-19) 22/07/2021. Santé Publique France.

J'ai été en contact à risque avec une personne malade du Covid-19. Santé Publique France. 15 septembre 2020.

Indicateurs et données-clés