Cas contact et Covid : définition, test, arrêt de travail, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Cas contact et Covid : définition, test, arrêt de travail, que faire ?"

L'augmentation rapide du nombre de cas de coronavirus en France ainsi que du nombre de personnes-contacts à risque identifiés sur les dernières semaines se poursuit. Quand faire le dépistage ? Est-on prioritaire ? Qu'est-ce qu'un cas contact "à risque" ? Comment bénéficier d'un arrêt de travail ? Enfant cas contact, que faire ?

[Mise à jour le 6 octobre à 12h50] L'augmentation rapide du nombre de cas de coronavirus en France ainsi que du nombre de personnes-contacts à risque identifiés sur les dernières semaines se poursuit. Actuellement, 10 malades du coronavirus contaminent 13 personnes, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran lors de sa conférence de presse du 1er octobre. Dans le même temps, il a annoncé qu'à partir du 3 octobre, "pour faciliter la prescription des arrêts de travail, les personnes appelées par l'assurance maladie en raison de leur statut de cas contact à risque pourront procéder elles-mêmes à une demande directement sur le site Ameli.fr"Quelle est la définition d'un cas contact ? Quand se faire tester ? S'isoler et combien de temps ? Que faire quand on est cas contact au travail ? Comment ça se passe pour un enfant "cas contact" ? Explications. 

Cas contact : quelle est la définition exacte ?

Par définition, un cas contact est une personne qui a été au contact d'un cas positif à la Covid-19. Plus précisément, selon Santé Publique France : il s'agit d'une personne qui -en l'absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone, vitre, masque chirurgical, FFP2, grand public porté par le cas ou par la personne contact) :

  • A partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
  • A eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d'1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades).
  • A prodigué ou reçu des actes d'hygiène ou de soins ;
  • A partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel ...) pendant au moins 15 minutes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d'éternuement ;
  • Est élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l'université).

→ En revanche, des personnes croisées dans l'espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes-contacts à risque.

Quelle différence avec le "cas contact à risque" ?

Le ministre de la Santé Olivier Véran et les autorités françaises de manière générale emploient de plus en plus souvent le terme de "cas contact à risque". Quelle différence avec la définition du "cas contact" de Santé Publique France ? Une personne dite "cas contact à risque" a été contactée par les équipes de l'Assurance Maladie qu'elle a été en contact "à risque" avec une personne testée positive au Covid-19. Elle reçoit un SMS de l'Assurance Maladie qui lui permet d'être prioritaire pour réaliser un test de dépistage de l'infection Covid-19. Elle peut aussi bénéficier d'un arrêt de travail spécifique délivré par l'Assurance Maladie si elle ne peut pas télétravailler.

Test cas contact : quand le faire, est-on prioritaire ?

Selon les recommandations gouvernementales :

  • Si je vis sous le même toit que la personne infectée par le Covid-19 ou si des signes apparaissent, je me fais tester le plus vite possible, au besoin après téléconsultation avec mon médecin traitant. Je porte un masque pour tous mes déplacements et je reste chez moi jusqu'aux résultats du test.
  • Si je ne vis pas sous le même toit que la personne malade (il s'agit d'un collègue de travail, de contacts lors d'activités de loisirs, de rassemblements privés…), je reste 7 jours à l'isolement chez moi après mon dernier contact avec elle et je me fais tester au bout de 7 jours. "Une RT-PCR réalisée trop tôt peut être négative alors que la personne est infectée" rappelle le Dr Anne Goffard, virologue au CHU de Lille.

Les cas contacts sont prioritaires pour la réalisation du test de dépistage au coronavirus (prélèvement nasal). L'ordonnance du médecin ou le SMS reçu par l'Assurance maladie pour les cas contacts reconnus "à risque" accélère l'obtention d'un rendez-vous. 

Cas contact et test positif au Covid-19 : quelles mesures ?

L'isolement doit durer au moins 7 jours et s'arrêter après disparition des derniers symptômes, et au plus tôt 48 heures après la disparition de la fièvre. La fin de la période d'isolement doit s'accompagner, durant les 7 jours pleins suivants, du port du masque chirurgical et du strict respect des mesures barrières et de la distanciation physique.

Pour les cas confirmés asymptomatiques, l'isolement de 7 jours pleins débutera à partir du jour du prélèvement positif. En cas de survenue de symptômes, la période d'isolement devra être rallongée de 7 jours à partir de la date d'apparition des symptômes.

Cas contact et test négatif : qu'est-ce qui se passe ensuite ?

Chez une personne contact à risque, la période d'isolement est de 7 jours pleins en cas de test RT-PCR négatif à 7 jours du dernier contact avec le cas.

Durée de l'isolement : combien de temps, avant/après le test ?

La durée de l'isolement dans le cas d'une infection au Covid-19 est passée de 14 jours (quatorzaine) à 7 jours au mois de septembre. Pour se repérer, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a parlé de "méthode des trois 7" lors de sa conférence de presse du 17 septembre : "L'isolement, c'est (pendant) 7 jours après l'apparition des symptômes quand on est malade. L'isolement, c'est (pendant) 7 jours après un test positif quand on est asymptomatique. Et, l'isolement, c'est (pendant) 7 jours après le dernier contact avec une personne malade après réalisation d'un test à 7 jours." 

Cas contact au travail : que faire ? 

Le retour en entreprise qui s'est accéléré en septembre a augmenté le nombre de cas contacts entre collègues de travail.

Si on est cas contact dans une entreprise : "Pour éviter de contaminer à leur tour d'autres personnes, les personnes contact doivent rester isolées jusqu'aux résultats du test de dépistage, même si elles ne présentent pas de symptômes. Elles ne doivent pas se rendre sur leur lieu de travail." explique l'Assurance Maladie sur son site internet.

Arrêt de travail en cas d'impossibilité de télétravailler

Lorsqu'une personne est reconnue par l'Assurance maladie comme "cas contact à risque" et qu'elle ne peut pas télétravailler, un arrêt de travail spécifique est nécessaire. A compter du 3 octobre, l'Assurance maladie ouvre un téléservice permettant de demander cet arrêt de travail en ligne (sur le site et depuis un smartphone), sans délai de carence. Après avoir effectué sa demande sur declare.ameli.fr, l'assuré pourra bénéficier d'un arrêt de 7 jours débutant à la date à laquelle l'Assurance Maladie l'a contacté pour l'inviter à s'isoler et à réaliser un test, après un contact à risque avec une personne testée positive au coronavirus. Pour les assurés qui se seraient déjà spontanément isolés avant cette date, l'arrêt pourra être rétroactif dans la limite de 4 jours. Dans l'hypothèse où les résultats de test ne seraient pas encore connus à la fin de l'arrêt initial, l'assuré pourra demander une prolongation de celui-ci dans la limite de 7 jours supplémentaires. Avant de procéder au versement des indemnités journalières, l'Assurance Maladie vérifiera que l'assuré est bien connu en tant que cas contact à risque. En cas d'accord, une attestation d'isolement valant arrêt de travail dérogatoire lui sera adressée, qui pourra être présentée à l'employeur.

 "Lorsqu'un enfant est positif, il doit être isolé 7 jours chez lui, mais les autres enfants de sa classe peuvent continuer à se rendre à l'école"

Enfant cas contact : que faire, à l'école ? 

Les enfants jeunes sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la chaîne de transmission du SARS-CoV-2. Les données montrent que le risque de transmission existe principalement d'adulte à adulte et d'adulte à enfant et rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte. Le protocole sanitaire en vigueur dans les écoles a été assoupli le 17 septembre : "Lorsqu'un enfant est positif (…), il doit être isolé 7 jours chez lui, mais les autres enfants de sa classe pourront normalement continuer à se rendre à l'école" avait annoncé Olivier Véran. Selon ce nouveau protocole, il faut trois cas de Covid-19 confirmés au sein d'une classe, et non plus un seul, pour que les autres élèves de celle-ci soient considérés comme "cas contacts à risque". L'enfant porteur du virus doit s'isoler chez lui pendant 7 jours mais cela n'empêchera plus ses camarades de continuer à aller à l'école. Quant à l'enseignant, il ne sera plus considéré, lui non plus, comme un "contact à risque".  Il continuera à assurer le suivi pédagogique des élèves en présentiel. 

Selon les recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique, une recherche des cas contacts doit être menée dans les EAJE (établissements d'accueil du jeune enfant) et à l'école primaire quand :

  • Un adulte encadrant est positif au Covid-19 et qu'il a été en contact rapproché/fréquent avec l'enfant sans porter de masque.
  • Si 3 enfants de fratries différentes sont positifs au Covid-19 dans la même classe (on parle alors de "cluster").

L'enfant positif au Covid-19 peut revenir à l'école :

  • après une éviction de 7 jours ET l'arrêt des signes s'il avait des symptômes. Le port de masque pour les enfants de moins de 11 ans n'est pas recommandé au retour dans l'école.
  • Il n'est pas recommandé de prescrire de test par RT-PCR de SARS-CoV-2 au retour de l'enfant.

Cas contact de cas contact : quels risques, faut-il se faire tester ?

Dans son point hebdomadaire du jeudi 17 septembre sur la situation sanitaire et la stratégie de lutte contre la propagation du Covid-19 en France, le Ministre de la Santé Olivier Véran a souligné que "les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts".

"Les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts"

"Dans ce cas, pas besoin de se faire tester, insiste Dr Anne Goffard. On applique les mesures barrières et on évite de surcharger les labos en allant se faire tester pour rien."

Cas contact et masque de protection : quand le porter ? 

"Il faut porter un masque grand public dès que l'on est dehors ou avec d'autres personnes, rappelle notre virologue. Si on vit avec une personne positive à la Covid-19, cette personne essaye au maximum de s'isoler, de porter un masque chirurgical et de limiter ses contacts avec les membres de la famille. Même si cela est difficile pour des parents d'enfants en bas âge ou avec des personnes âgées ou pas dépendantes."

Merci au Dr Anne Goffard, virologue au CHU de Lille.

Sources : 

Définition de cas d'infection au Sars-CoV-2 (Covid-19), Santé Publique France, 7 mai 2020.

J'ai été en contact à risque avec une personne malade du Covid-19. Santé Publique France. 15 septembre 2020.

Gestion de l'épidémie