Maladie chronique : définition, liste, Covid-19 et déconfinement

Diabète, asthme, maladies pulmonaire, du foie, obstructive... Une maladie chronique est une pathologie évolutive, qui dure longtemps, nécessite une prise en charge longue et a un impact majeur sur la qualité de vie de la personne. Est-on plus vulnérable face au coronavirus ? Comment va se passer le déconfinement pour ces patients ? Définition, caractéristiques, liste, vivre avec une maladie chronique en confinement... Le point.

Maladie chronique : définition, liste, Covid-19 et déconfinement
© belchonock - 123RF

[Mis à jour le mercredi 6 mai 2020 à 12h31] En France, 20 millions de patients sont atteints d'une maladie chronique, ce qui représente plus d'un tiers de la population française, selon les derniers chiffres de l'Assurance Maladie. Ces pathologies impactent fortement la qualité de vie de la personne qui en souffre et peuvent être responsables de graves complications, particulièrement en pleine épidémie de coronavirus. D'autant plus que, selon une étude Ipsos pour Amgen France dévoilée le 6 mai 2020, 51% des malades déclarent avoir renoncé à une consultation médicale prévue en raison du Covid-19 et presque 1 patient sur 10 avoue même avoir arrêté ou retardé son traitement. Ce renoncement de soins fait notamment craindre l'apparition d'une deuxième vague de patients souffrant de maladies chroniques, dont l'état de santé nécessiterait une hospitalisation en urgence et qui pourrait venir submerger les services hospitaliers lors du déconfinement. Une personne atteinte d'une maladie chronique est-elle plus à risque de présenter une forme grave de Covid-19 ? Quelles sont les caractéristiques d'une maladie chronique ? Comment vivre avec ? Comment se passe le confinement pour elles et comment va se passer le déconfinement pour ces personnes ?

Définition : c'est quoi une maladie chronique ?

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit une maladie chronique comme une affection de longue durée (de 6 mois ou plus), qui en règle générale, évolue lentement et qu'il n'y a pas de tendance à la guérison. Responsables de 63% des décès, les maladies chroniques (par exemple : cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète...) représentent la toute première cause de mortalité dans le monde.

Caractéristiques d'une maladie chronique 

Selon le Haut Conseil de la Santé Publique, une maladie chronique est un état pathologique de nature physique, psychologique et/ou cognitive. Il s'agit d'une maladie qui :

  • est définie par une ancienneté de plusieurs mois et donc qui est de longue durée. 
  • est évolutive : une maladie chronique évolue plus ou moins rapidement pendant plusieurs mois au minimum.
  • nécessite une prise en charge (suivi régulier, traitement thérapeutique, dépendance vis-à-vis d'un médicament, d'un régime, d'une technologie médicale, d'un appareillage, d'une assistance personnelle) de 6 mois ou plus
  • a un retentissement majeur sur la vie quotidienne du patient : une maladie chronique est souvent associée à des symptômes plus ou moins handicapants, à la limitation fonctionnelle, à la limitation de la participation à la vie sociale, à une invalidité et à la menace de complications graves.
  • est définie par la présence d'une cause organique, psychologique ou cognitive. 

Symptômes d'une maladie chronique

Une maladie chronique peut se manifester par des symptômes et des handicaps visibles comme des problèmes pour se déplacer, une altération de la vue, une grande fatigue et des douleurs par exemple. Les symptômes varient énormément en fonction de la maladie. La sclérose en plaques par exemple est associée à des problèmes moteurs, une raideur, des spasmes, des mouvements brusques involontaires et des troubles de l'équilibre. La bronchite chronique quant à elle se caractérise par une toux grasse intermittente, des crachats voire des vomissements, des douleurs thoraciques. Les symptômes peuvent être présents en permanence ou se manifester par poussées, par crises entre des phases de rémission plus ou moins longues. A contrario, de nombreuses maladies chroniques sont invisibles à l’œil nu et sont "silencieuses". C'est le cas de nombreuses maladies rénales, de certaines hémophilies bien prises en charge par exemple. 

Exemples de maladies chroniques : liste non exhaustive

Il existe des centaines de maladies chroniques. En voici des exemples : 

Maladies cardiovasculaires (angine de poitrine, insuffisance cardiaque, insuffisance veineuse chronique...), cancers (de l'estomac, de l'œsophage, de l'ovaire...), maladies endocriniennes (acromégalie, diabète, maladie de Basedow, mucoviscidose...), maladies respiratoires et ORL (apnée du sommeil, asthme, sinusite chronique), maladies du système digestif (maladie cœliaque, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, reflux gastro-oesophagien), maladies rhumatologiques (arthroseMaladie de Paget...), maladies neurologiques et musculaires (maladie d'Alzheimer, Maladie de Parkinsonsclérose en plaquessyndrome de Rett), maladies psychiatriques et psychologiques (anorexie, boulimie, troubles obsessionnels compulsifs...), maladies rénales, génitales et urinaires (endométriose, fibrome utérin...), maladies de la peau (eczémadermatite séborrhéique...), maladies des yeux (cataracte, décollement de rétine, DMLA...), maladies systémiques (lupus, maladie de Horton...), maladies infectieuses chroniques (SIDA, Maladie de Lyme, tuberculose...), maladies du sang (drépanocytosemyélome, purpura thrombopénique immunologique...)

>> Voir la liste complète des maladies chroniques sur le site ComPaRe, la communauté de patients pour la recherche, Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. 

Maladies chroniques et coronavirus : risques, recommandations, confinement...

Dans un avis du 10 mars 2020, le Haut Conseil de Santé publique a listé les pathologies à risque de développer une forme grave d'infection au coronavirus. Parmi elles, les maladies chroniques comme le diabète, les maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, insuffisance cardiaque...), les cirrhoses du foie au stade B au moins, les infections à VIH, les maladies chroniques respiratoires (asthme, mucoviscidose...), l'obésité morbide, l'insuffisance rénale chronique dialysée... Les personnes souffrant d'une de ces maladies chroniques sont plus vulnérables et doivent être particulièrement vigilantes pendant cette épidémie de coronavirus :

  • Les personnes les plus fragiles sont invitées à ne pas sortir pour aller acheter leurs médicaments, ni faire leurs courses. L'idéal est de demander à un voisin, un proche, tout en gardant bien une distance de sécurité d'au moins un mètre.
  • Ces personnes ne doivent en aucun cas arrêter leurs traitements habituels sans un avis médical. Pour toute question et en cas de doute, il faut prendre contact avec son médecin par téléphone, mail ou téléconsultation.
  • Pour renouveler leurs médicaments, même si leur ordonnance est expirée, elles peuvent se rendre directement à la pharmacie sans avoir vu au préalable leur médecin. Les pharmaciens peuvent délivrer leurs médicaments habituels, afin de garantir la poursuite du traitement.
  • Si des symptômes inhabituels apparaissent : fièvre, toux, fatigue, perte de goût ou d'odorat, diarrhée, difficulté à respirer, mal-être, etc. il peut s'agir d'une aggravation de votre maladie, d'un COVID-19 ou d'une autre maladie : il faut appeler son médecin. En cas de difficultés respiratoires ou de signes d'étouffement, il faut appeler le SAMU (15) et ne pas prendre de nouveaux médicaments sans un avis médical. 

Depuis quelques semaines, de nombreux médecins spécialistes et généralistes tirent la sonnette d'alarme, estimant que beaucoup de patients chroniques ne seraient plus suivis ni à l'hôpital, ni en cabinet. Selon une enquête Ipsos pour Amgen France, réalisée sur 5001 personnes dont 1 300 souffrant d'une pathologie chronique, 51% ont renoncé à au moins une consultation médicale en ville ou à l'hôpital, 46% ne se sont pas rendus à un rendez-vous prévu avec leur médecin généraliste ou spécialiste. et 30% considèrent que l'épidémie a eu un impact important sur leur prise en charge. Près d'une personne sur dix, soit 8%, ont arrêté ou retardé leur traitement à cause de l'épidémie de Covid-19, particulièrement les malades atteints d'insuffisance rénale (61%), d'une maladie chronique du foie (64%) ou d'une maladie immunitaire (63%). Cela concerne surtout les patients de moins de 35 ans (42%) plutôt que les patients âgés de plus de 65 ans (21%). Certains services seraient ainsi véritablement désertés par les malades, laissant craindre une réelle aggravation de leur état de santé. Ils évoquent même le risque possible d'une "deuxième vague" qui pourrait venir submerger les services hospitaliers, composée essentiellement de patients chroniques dont l'état exigerait une hospitalisation en urgence. 

Pour renforcer le suivi des patients atteints de maladies chroniques pendant cette épidémie, Amgen France rappelle l'existence de la ligne d'écoute et de soutien psychologique anonyme et gratuite à destination des patients, mise en place depuis le 27 mars 2020 par des écoutants et des soignants bénévoles :

01 41 83 43 06 (9h-17h,7 jours sur 7)

Déconfinement en cas de maladie chronique

Lors de son allocution du 13 avril 2020, le Président de la République, Emmanuel Macron, a évoqué un possible début de déconfinement à partir du 11 mai prochain. Ce déconfinement serait progressif : certaines catégories de la population pourraient être autorisées à sortir de chez elles et à retourner travailler, tandis que "pour leur protection, les personnes les plus vulnérables, les personnes âgées, en situation de handicap sévère, les personnes atteintes de maladies chroniques, devront rester même après le 11 mai confinées, tout au moins dans un premier temps", a indiqué le Président. Selon le Président du Conseil scientifique Covid-19, Jean-François Delfraissy, le déconfinement de la France pourrait se faire, schématiquement, en trois vagues :

  • Premièrement, pourront être déconfinées les personnes de moins de 65 ans, sans risque particulier
  • Deuxièmement, les sujets de moins de 65 ans ayant une pathologie chronique
  • Troisièmement, les personnes les plus à risque de développer une forme grave (les personnes de plus de 65 ans, les personnes qui ont des affections de longue durée, qui ont des multipathologies - insuffisances respiratoires, cardiaques...).

"Du point de vue sanitaire, nous voulons souligner qu'à la sortie du confinement, ces personnes risqueraient de développer des formes graves du coronavirus [Il est donc] essentiel de les informer [sur le maintien d'] une certaine forme de confinement", a tenu à préciser Jean-François Delfraissy sur BFMTV le 19 avril. Pour le moment, "il s'agit d'hypothèses. Il faut les travailler", a complété le Premier ministre, Edouard Philippe le 19 avril lors d'une conférence de presse télévisée. D'ailleurs, toujours lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron avait évoqué des "points de rendez-vous réguliers" en vue "d'adapter les mesures prises".

Vivre avec une maladie chronique

Une maladie chronique est une maladie de longue durée avec retentissement sur la vie quotidienne. Ce retentissement peut être considérable : difficultés à suivre la scolarité ou une formation, risque de perte d'emploi en raison d'une inadaptation au poste de travail, refus d'assurance ou d'emprunt, limitation de la pratique du sport et d'autres activités nécessaires à l'équilibre personnel. Elle peut aussi entraîner des handicaps, parfois lourds. Pour faciliter la vie des personnes atteintes de pathologies chroniques, l'Association (Im)Patients Chroniques et Associés a réalisé un guide intitulé "Parcours de santé des personnes malades chroniques" qui propose des conseils et des réponses concrètes aux freins et difficultés du quotidien. Ce livret de 128 pages apporte par exemple des solutions sur la demande d'un arrêt de travail, d'un mi-temps thérapeutique, d'une pension d'invalidité, d'une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, d'aide par un assistance social, d'aide pour l'aménagement à domicile, mais aussi des conseils pour voyager malgré la maladie, pour obtenir un prêt bancaire ou pour se faire aider par des associations. 

Sources :

  • Site ComPaRe, la communauté de patents pour la recherche, Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. 
  • Site AP-HP Centre Université de Paris - Plateforme d'expertise des maladies rares.
  • Vivre avec une maladie chronique, Ministre des Solidarités et de la Santé
  • Site de l'OMS
  • Faire face à une maladie chronique pendant le confinement, Haute Autorité de Santé, avril 2020
  • Enquête Ipsos/Amgen pour DATACOVID : Maladies chroniques et confinement : à quel point les patients ont-ils renoncé à se soigner ?