Echographie pelvienne, abdominale, mammaire : les principes

L'échographie est un examen clé dans le cadre du suivi de la grossesse. Il est également indiqué pour le dépistage et la surveillance de plusieurs maladies. Quel est le principe d'une échographie ? Quand la réaliser ?

Echographie pelvienne, abdominale, mammaire : les principes
© Aleksandr Khakimullin - 123RF

Définition et principes : qu'est-ce qu'une échographie ?

L'échographie est un examen médical indolore qui repose sur l'utilisation d'une sonde émettant des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons) pour visualiser les organes, les vaisseaux ainsi que le fœtus lors d'une grossesse. Cet examen est réalisé par un radiologue.

Echographie abdominale

L'échographie abdominale est un examen d'imagerie médicale qui permet de visualiser les organes situés au niveau de l'abdomen. Elle est généralement indiquée à visée diagnostique pour mettre en évidence une pathologie ou une anomalie.

Grâce à des ultrasons, il est possible d'obtenir des images du foie, du pancréas, des reins, de la rate et de l'aorte. Les pathologies recherchées sont une tumeur bénigne, une cirrhose, un calcul biliaire, un cancer, un kyste... L'échographie du foie permet par exemple d'identifier ou de surveiller une lésion évolutive du foie ou des voies biliaires situées dans cet organe. Il existe de nombreuses raisons qui peuvent inciter à pratiquer une échographie abdominale, comme "une appendicite, une grossesse extra-utérine, des inflammations type coliques ou de l'intestin grêle, une infection ou un abcès des trompes, un kyste aux ovaires", énumère le radiologue Thomas Bourdrel.

Echographie pelvienne

L'échographie pelvienne s'intéresse à la région du bassin, pour rechercher des tumeurs ou des infections, explorer un syndrome inflammatoire ou une cause d'infertilité.

Chez l'homme, l'échographie pelvienne est utilisée pour obtenir des images de la prostate ou de la vessie et du reste de l'appareil urinaire. L'échographie prostatique se fait par insertion de la sonde dans le rectum, sachant que l'inconfort est semblable à celui de l'examen rectal. "Néanmoins, cet examen étant invasif et inconfortable, l'échographie endorectale est de plus en plus remplacé par une échographie par voie abdominale qui permet une bonne exploration de la prostate, un complément IRM pouvant être utilisé ensuite", nuance le Dr Bourdrel.

Chez la femme, elle permet de visualiser également la vessie et les voies urinaires, mais aussi les organes génitaux tels que l'utérus, les ovaires, les trompes. Du fait de son caractère totalement inoffensif pour l'individu ou le fœtus, elle est également pratiquée chez la femme enceinte pour suivre le déroulement de la grossesse. A noter que l'échographie pelvienne chez la femme peut comprendre deux types d'examen :

  • l'échographie classique
  • l'échographie endo-vaginale, qui permet de mieux visualiser le col de l'utérus, l'utérus, et les ovaires. Celle-ci nécessite l'insertion (non douloureuse) de la sonde dans la paroi vaginale.

Echographie mammaire

L'échographie est également l'examen de référence pour le dépistage de tumeurs mammaires. On parle alors d'échographie mammaire. Elle est souvent réalisée en complément d'une mammographie, pour voir la nature liquide ou solide des nodules palpés ou découverts sur la mammographie.

Échographies de grossesse obligatoires

Lors d'une grossesse, la femme doit passer trois échographies obligatoires.

Echographie de datation : la première échographie de grossesse

La première échographie appelée échographie de datation (recommandée à 12 semaines d'aménorrhée soit 10 semaines de grossesse) permet de vérifier le bon développement du bébé, de repérer une éventuelle grossesse multiple et de dépister certaines malformations. Celle-ci permet de confirmer la date de début de grossesse et ainsi de suivre la croissance du fœtus durant la grossesse. A l'occasion de cette échographie, le médecin vérifiera également la bonne implantation de l'embryon dans l'utérus (absence de grossesse extra-utérine) et l'implantation du placenta. L'échographie du 1er trimestre va également permettre de mesurer la clarté nucale et ainsi d'évaluer un éventuel risque de trisomie 21.

Echographie morphologique : la deuxième échographie de grossesse

La seconde échographie, appelée échographie morphologique, pratiquée entre la 22e et la 24e semaine d'aménorrhée (soit entre la 20e et la 22e semaine de grossesse), permet d'analyser en détail l'anatomie du fœtus, surveiller sa croissance et découvrir le sexe du bébé. Elle permet, à l'aide des ultra-sons, d'observer précisément l'anatomie du fœtus afin de déceler le plus précocement possible d'éventuelles anomalies. Les membres sont mesurés, l'activité cardiaque est contrôlée et éventuellement, le sexe peut être déterminé. Au cours de cet examen, le placenta est également étudié, notamment son implantation qui peut avoir des conséquences pour l'accouchement. Lorsqu'une anomalie est suspectée lors d'une échographie de dépistage ou lorsqu'il existe un fort risque d'anomalie du fœtus, il est nécessaire d'effectuer une autre échographie, appelée "échographie de diagnostic". Ces échographies de diagnostic sont effectuées par des Centres Pluridisciplinaires de Diagnostic Prénatal.

Echographie de croissance : la troisième échographie de grossesse

La troisième échographie, appelée échographie de croissance, réalisée entre 32 et 34 semaines d'aménorrhée (soit entre la 30e et la 32e semaine de grossesse), sert à dépister d'éventuelles malformations non identifiées précédemment et préciser la position du bébé dans l'utérus.

Préparation à une échographie

Certaines échographies se déroulent dans des conditions particulières. Ainsi, pour certaines échographies pelviennes, il est demandé au patient de se rendre à l'examen la vessie pleine, pour une meilleure visualisation à l'écran des parois parcourues par la sonde.

Sinon, aucune préparation n'est nécessaire. Il n'y a pas besoin d'être à jeun.

Déroulement d'une échographie

La durée de l'examen est d'environ 15 à 30 minutes, selon les zones explorées, les indications d'origines, et d'éventuels examens complémentaires (comme une biopsie). Concrètement,  le patient est allongé sur une couchette, un gel froid est appliqué sur la peau en vis-à-vis des zones à explorer. Puis l'échographiste déplace une sonde sur la zone à examiner. Elle émet les ultrasons et reçoit le signal après son passage à travers les tissus. Une image est restituée en temps réel, après traitement du signal, sur un écran de contrôle.

Au cours de l'examen, l'échographiste peut donner différente instructions au patient : se tourner sur le côté, inspirer ou souffler profondément, bloquer la respiration. Pour une exploration plus précise de certains organes (vessie, prostate, ovaires, utérus), la sonde peut être introduite dans les voies naturelles comme le vagin. Pendant l'échographie, le radiologue prend des photographies des zones étudiées.

Prix et remboursement d'une échographie

Les prix dépendent de la zone étudiée, mais sont de l'ordre de 50 euros en moyenne. "Une échographie est toujours remboursée par la sécurité sociale s'il y a une ordonnance", précise le Dr Bourdrel, qui complète : "70% est remboursé par l'assurance maladie, et le reste par les mutuelles". Comptez, selon les cas, des dépassements d'honoraires.

Validité d'une ordonnance d'échographie

Votre ordonnance est valide un an après sa délivrance. Toutefois, si vous tardez trop pour actionner les soins, c'est au professionnel d'apprécier s'ils sont encore justifiés.

Merci à Thomas Bourdrel, radiologue. 

Echographie pelvienne, abdominale, mammaire : les principes
Echographie pelvienne, abdominale, mammaire : les principes

Sommaire Définition et principes • Echographie abdominale • Echographie pelvienne • Echographie mammaire Echographie de grossesse • 1ère : Echographie de datation • 2e : Echographie morphologique • 3e : Echographie de...