Fausse route liquide : symptômes, que faire ?

La fausse route survient lorsqu'un liquide ou un aliment solide passe non par l'œsophage, mais par la trachée, c'est-à-dire par les voies respiratoires. La victime peut alors s'étouffer. Que faut-il faire et quels sont les risques ? Eléments de réponse avec le Dr Eric Allamagny, ORL.

Fausse route liquide : symptômes, que faire ?
© pixelaway-adobestock

Qu'est-ce qu'une fausse route ?

"La fausse route est le passage anormal d'un corps solide (aliment, petit objet) ou liquide vers les voies aériennes (larynx, trachée, bronches) alors que cette substance aurait dû se diriger vers l'œsophage en direction de l'estomac", résume le Dr Eric Allamagny, ORL. "Selon l'âge du patient, elle peut survenir en cas d'absorption trop rapide, de pathologies locales ORL (tumeur du larynx, œdème allergique, abcès…), de troubles neurologiques après un AVC… ". L'alcool peut être également un facteur de fausse route (on parle de "3ème mi-temps"). Il va diminuer le réflexe laryngé de déglutition. L'inhalation d'un corps étranger survient plus fréquemment, rappelle le site Ameli : chez le petit enfant lorsqu'il commence à porter tous les objets à la bouche (80 % des enfants faisant une fausse route ont moins de 3 ans) ; chez la personne âgée lors de la prise de médicaments ou d'aliments solides, en raison de troubles fréquents de la mastication et de la déglutition.

Peut-on faire une fausse route avec du liquide ? 

"Il est tout à fait possible de faire une fausse route avec un liquide quel qu'il soit", confirme le Dr Eric Allamagny. "Le liquide va alors se diriger vers les voies respiratoires au lieu d'aller vers l'œsophage. L'organisme va déclencher une toux réflexe qui va permettre au patient d'expulser le liquide". On peut aider le patient en lui donnant quelques tapes dans le dos.

Où va le liquide ? 

"Le liquide passe par la trachée, c'est-à-dire par les voies respiratoires, et non par l'œsophage", poursuit l'ORL. 

Dans les poumons ? 

"Dans la lignée de la trachée, le liquide prend ensuite le chemin des poumons", confirme le médecin.

Quels sont les symptômes d'une fausse route avec du liquide ? 

"Ce sont les mêmes symptômes que pour les solides, répond le spécialiste. En cas de fausse route, le patient aura une difficulté à respirer et va se mettre à tousser pour pouvoir expulser ce qui le gêne et ainsi libérer ses voies respiratoires". Cet épisode de suffocation peut être de courte durée :
► soit parce que le corps étranger est descendu dans les bronches où il reste bloqué. Dans ce cas, la toux est, en général, présente.
► soit parce qu'il a été expulsé grâce à la toux : la personne est alors soulagée, même si la toux peut persister un peu.

Quels sont les risques ?

Dans les cas les plus graves, ce syndrome de suffocation ne disparaît pas car le corps étranger bloque totalement le larynx ou la trachée ; la personne s'asphyxie. Elle éprouve alors de grandes difficultés à respirer et ne parvient ni à tousser ni à parler. "Dans les cas extrêmes, la victime peut s'étouffer et décéder en quelques minutes, alerte le Dr Allamagny. "Le fait d'être en apnée forcée va entraîner plusieurs conséquences : augmentation du taux d'hémoglobine désoxygénée dans le sang, bleuissement de la peau (cyanose)… Cette perte d'oxygénation concerne aussi le cerveau, ce qui peut se traduire par une perte de connaissance". En cas d'asphyxie, il faut appeler le 15, et utiliser les manœuvres d'expulsion adaptées : technique des tapes dans le dos, manœuvre de Heimlich ou manœuvre de Moffenson et de maintenir la personne assise.

Que faire en cas de fausse route avec du liquide ? 

"Chez un adulte, le premier réflexe doit être de pencher la victime légèrement en avant", conseille le médecin. Si l'étouffement persiste, on peut donner quelques claques dans le dos entre les omoplates. Les poumons et la plèvre vont alors vibrer, ce qui peut parfois suffire à déclencher un réflexe de toux". Si cette première technique échoue (c'est-à-dire si l'état de la personne ne s'améliore pas), utilisez la manœuvre de Heimlich.  Placez-vous debout, derrière la personne, entourez sa taille avec vos bras et inclinez légèrement son buste vers l'avant. Formez un poing avec une de votre main, et placez-le entre le nombril et l'extrémité inférieure du sternum, bien au centre de l'abdomen. Saisissez ce poing avec l'autre main et enfoncez-le brusquement vers le haut et l'arrière, comme pour soulever la personne. Recommencez ce geste 5 fois au maximum.

Que faire chez le nourrisson ? 

"En cas de fausse route liquide chez le nourrisson, il n'y a pas grand-chose à faire, reconnait l'ORL. L'enfant va avoir une sensation d'étouffement et tousser. Après plusieurs quintes de toux qui permettent de recracher la boisson, tout rentre dans l'ordre". Pour l'aider, on peut le pencher légèrement en avant. Dans les cas graves d'asphyxie, certains symptômes doivent alerter et conduire à des mesures urgentes :

  • absence de toux ;
  • mouvements respiratoires non visibles ;
  • pâleur, extrémités des mains ou des pieds et lèvres bleues ;
  • immobilité, perte de tonus ou agitation.

Dans ce cas, appelez le 15. Et pratiquer immédiatement la manœuvre de Mofenson adaptée à l'enfant de moins de 2 ans, rappelle le site Ameli. Voici comment faire la technique des 5 claques : asseyez-vous ; mettez une main sur le ventre et le thorax de l'enfant, placez vos doigts de part et d'autre de son cou. Mettez le nourrisson à plat ventre sur votre cuisse fléchie (sa tête est dirigée vers le bas, au-delà de votre genou) ; avec le plat de l'autre main, donnez un coup sec et fort entre ses omoplates.

Que faire chez la personne âgée ?

Les troubles de la déglutition sont fréquents chez les personnes âgées et les fausse-route plus fréquentes. "Il peut avoir un risque d'infection pulmonaire car une partie du liquide reste dans les poumons. On parle alors de pneumopathie". La radiographie confirme le diagnostic. Le traitement nécessite de l'oxygène, des antibiotiques et, parfois, une aspiration trachéo-bronchique. "Après bilan, il convient de faire une rééducation orthophonique de la déglutition afin d'apprendre au patient à avaler de façon correcte", conclut le Dr Allamagny. 

Merci au Dr Eric Allamagny, ORL à la Clinique Saint André (ELSAN) à Vandoeuvre les Nancy.

Symptômes et questions diverses