Contamination radioactive : symptômes, traitement

On parle de contamination radioactive pour une exposition interne aux particules radioactives, c'est-à-dire quand des éléments radioactifs ont pénétré à l'intérieur de l'organisme. Ceci peut se produire par inhalation, par ingestion ou via contact direct avec la peau ou une plaie. On fait le point avec le Dr Dominique Laurier.

Contamination radioactive : symptômes, traitement
© anatoliygleb-123RF

Définition : c'est quoi une contamination radioactive ? 

"On parle de contamination radioactive (ou d'incorporation) lorsqu'un produit radioactif entre en contact et pénètre à l'intérieur d'un organisme vivant, explique le Dr Dominique Laurier, épidémiologiste à l'IRSN. Cela peut se produire par inhalation des particules radioactives présentes dans l'air, par ingestion d'aliments contaminés par des particules radioactives, ou via contact direct avec la peau ou une plaie (on parle dans ce cas de "contamination externe")". Il existe différents types de radioéléments. "Ils ont chacun des caractéristiques propres, en particulier en termes de demi-vie physique (durée au-delà de laquelle ils ont perdu 50% de leur activité), en termes de rayonnement émis (alpha - forte Energie mais courte distance (millimètres), béta – faible énergie et distance moyenne (centimètres), gamma – faible énergie mais distance importante (mètres)) et affinité pour un organe spécifique". On peut citer l'iode 131 (8 jours, béta, thyroïde), le radon 222 (4 jours, alpha, poumon), le tritium (12 ans, béta, tous organes), le césium 137 (30 ans, béta, tous organes), l'uranium 235 (plusieurs milliers d'années, alpha, foie os poumon) …Une contamination radioactive n'est pas synonyme d'irradiation. "La source est différente. On parle d'irradiation lorsque la source radioactive est située à l'extérieur du corps des personnes exposées. Pour stopper l'exposition par irradiation, il suffit de s'éloigner de la source radioactive d'interposer une barrière entre soi et la source (tablier plombé, mur en béton…). En revanche pour une contamination radioactive, tant que la source de radioactivité n'est pas éliminée à l'extérieur de l'organisme, la contamination persiste". Selon la source, la nature, et l'importance de la contamination, les effets sur l'organisme sont plus ou moins sérieux. 

Quels sont les types de contamination radioactive ? 

La contamination radioactive peut être interne ou externe. "La contamination externe est le dépôt d'un radionucléide sur la peau ou les vêtements (sans avoir pénétré dans le corps), détaille notre interlocuteur. La contamination interne est un dépôt involontaire de matières radioactives dans l'organisme, par ingestion, inhalation ou pénétration à travers la peau. Le radionucléide incorporé est transporté via le sang vers différents organes (moelle osseuse, thyroïde, poumons…), où il continue d'émettre son rayonnement tant qu'il n'est pas éliminé ou désintégré". La contamination interne est plus difficile à éliminer. "Il faut ensuite définir quel est le spectre (la proportion) des radionucléides impliqués dans la contamination : sa forme chimique, sa vitesse de distribution, la superficie du corps exposée, sa force, sa ½ durée de vie… et bien sur sa quantité". Pour cela, et dans le cadre de contamination externe, on a recours à un dosimètre. "Pour une contamination interne, on va proposer au patient un suivi de l'excrétion (urines et selles). Cette analyse dite de radio-toxicologie va permettre de mesurer les quantités de radioactivité rejetées". On peut également, dans certains cas, mesurer la quantité de radioactivité présente dans le corps, par une méthode de mesure dénommée anthropogammamétrie. "A partir de ces données, il sera possible, en déterminant la date de contamination et donc la durée de présence des radioéléments dans le corps, d'estimer la dose reçue". 

Comment se fait une contamination radioactive ? 

"Il existe plusieurs façons de se faire contaminer. La première est par inhalation des particules radioactives présentes dans l'air, ajoute le Dr Laurier. Ils traversent plus ou moins facilement la barrière pulmonaire et sont répartis dans le corps par la circulation sanguine. Certains radionucléides peuvent se concentrer préférentiellement dans certains organes, comme par exemple dans la glande thyroïde ou les poumons. On peut citer l'exemple du radon (gaz radioactif naturel qui se dégage du sol) qui génère différents éléments radioactifs qui sont présents dans l'air et peuvent donc pénétrer par inhalation dans les poumons et s'y fixer". C'est la première source d'exposition en France. Deuxième possibilité, par ingestion de produits contaminés. "Après une catastrophe nucléaire, les cultures (aliments, animaux) à proximité ne doivent pas être consommées pendant un certain temps, car contaminées. Enfin, on peut être contaminé par contact ou blessure avec des objets contaminés dans un cadre professionnel par exemple (travailleurs dans l'industrie nucléaire…) ". 

Quels sont les symptômes d'une contamination radioactive ? 

"La contamination radioactive étant inodore et incolore, il n'y a pas vraiment de symptômes visibles, sauf dans le cas d'exposition à très fortes doses, reconnait le Dr Laurier. On peut alors constater des brulures, pertes de cheveux… ".

Quels sont les effets et dangers d'une contamination radioactive ? 

"C'est la dose délivrée à un tissu ou un organe qui fait le risque et qui va déterminer des effets à plus ou moins long terme, résume le spécialiste. A courts termes (de quelques semaines à quelques mois), on peut constater des réactions tissulaires aux rayons ionisants, mais seulement en cas d'exposition accidentelle à très forte dose. Sur le long terme (quelques années à plusieurs décennies), et selon les mécanismes de cancérogénèse, on peut voir apparaitre un nombre plus important de cancers (thyroïde, leucémie, poumon, colon…) chez les personnes exposées".

Comment se protéger d'une contamination radioactive ?

La protection contre les rayonnements est réalisée en évitant la contamination par les substances radioactives, en minimisant la durée de l'exposition. Pour cela, il existe des gants ou des combinaisons (pour éviter une contamination cutanée) ou des masques (pour éviter l'inhalation). "En cas de niveau de contamination élevé de l'environnement par accident de centrale nucléaire ou rejet intentionnel de matières radioactives, il faut éviter que les particules radioactives ne rentrent (mise à l'abri, mesures de protection sur place et évacuation de la zone contaminée) et si elles sont rentrées faire en sorte qu'elles en ressortent vite. Pour éviter une contamination par de l'iode radioactive, on peut utiliser des comprimés d'iode qui, pris juste avant l'arrivée d'un panache radioactif, vont éviter que les iodes radioactives se fixent sur la thyroïde". En cas de vie dans un environnement contaminé, des gestes simples au quotidien comme laver ses aliments ou faire bouillir certaines choses peuvent être efficaces pour limiter l'ingestion de radioéléments.

Traitement : que faire en cas de contamination radioactive ? 

En cas de contamination cutanée par un actinide (uranium, plutonium, américium…), il existe un traitement local d'urgence mis au point par l'IRSN. "Il s'agit d'une une crème lavante (Cevidra) très simple d'utilisation, qui empêche l'uranium de passer la barrière de la peau à plus de 95 % si elle est appliquée immédiatement". Elle n'est utilisée qu'en milieu professionnel en douchant les personnes exposées.
"Pour ce qui est des conséquences sanitaires à long terme, malheureusement, on ne sait pas aujourd'hui comment traiter différemment un cancer lié à un agent radioactif, d'un autre cancer", regrette Dominique Laurier. 

Merci au Dr Dominique Laurier, épidémiologiste et adjoint au directeur de la santé à l'IRSN.

Symptômes et questions diverses