Cure thermale : c'est quoi, conventionnée, prix, qui a le droit ?

Les cures thermales sont composées de soins en eaux thermales dont les vertus thérapeutiques sont efficaces sur de nombreuses maladies, en curatif comme en préventif. Elles peuvent être remboursées lorsqu'elles sont prescrites. Pour qui ? Quelle prise en charge ? Pour quelles maladies ?

Cure thermale : c'est quoi, conventionnée, prix, qui a le droit ?
© goodluz-123RF

C'est quoi une cure thermale ?

Une cure thermale est généralement prescrite par un médecin en alternative aux médicaments, même si elle peut également l'être en complément de traitements. La cure dure 21 jours, dont 18 jours de soins, nécessaires pour bénéficier pleinement des effets du traitement. Des cures de plus courtes durées peuvent être envisagées. Dans ce cas, elles ne sont pas prescrites, ni remboursées. Elles sont au choix du curiste. Les soins par l'eau de source thermale (crénothérapie) : bains, douches, massages... constituent l'essentiel des traitements. La crénothérapie est résolument ancrée en tant que complément à l'éventail des propositions thérapeutiques classiques. La spécificité de la cure tient à son impact global sur la santé, sur les effets spécifiques liés aux propriétés thérapeutiques de ses eaux (chaude, froide, sulfurée, magnésienne, carbogazeuse...), et sur la technicité des soins proposés. Les rendez-vous médicaux avec les médecins thermaux ponctuent la cure, en début, milieu et fin de séjour, et participent à la sensibilisation et la prévention pour permettre au curiste d'apprendre à mieux vivre avec sa maladie, où éviter une rechute. La médecine thermale concentre ainsi avant tout ses attentions sur la personne, c'est là l'une de ses différences avec la médication.

Qui peut en bénéficier ?

Tout le monde peut bénéficier d'une cure thermale, "dès l'âge de 3 mois et sans limite d'âge" souligne Claude-Eugène Bouvier, délégué général du CNETh (Conseil national des exploitants thermaux), selon sa pathologie et l'indication thérapeutique de la cure. Pour qu'une cure thermale soit prise en charge par l'Assurance maladie, il faut qu'elle soit prescrite par un médecin, et acceptée par l'Assurance maladie qui répond positivement ou non. Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, l'accueil des curistes est conditionné, soit à la présentation au médecin thermal d'un certificat attestant d'un schéma vaccinal complet, soit pour les curistes ne bénéficiant pas d'un schéma vaccinal complet, à la présentation au médecin thermal d'un test RT-PCR de moins de 72 heures négatif et à des autotests bihebdomadaires.  

Quelles sont les indications ?

La médecine thermale est reconnue contribuer à la prise en charge des affections chroniques, des addictions, et peut accompagner le vieillissement, dans un rôle préventif, et dans le cadre d'une cure dont la durée est fixée à 21 jours par an. Ces cures sont prises en charge par l'Assurance Maladie lorsqu'elles sont prescrites par un médecin, traitant ou spécialiste, dans le cadre de l'une des douze grandes orientations, ou domaines thérapeutiques ayant démontré son efficacité, et définis par la Sécurité sociale :

  • Rhumatologie : arthrose, gonarthrose, fibromyalgie, lombalgie chroniques,  rhumatismes inflammatoire, séquelles de traumatismes ostéo-articulaires des membres et de la colonne vertébrale, Tendinites et douleurs chroniques de l'épaule, sciatiques, névralgies cervico-brachiales, cruralgie, algodystrophie (ou algoneurodystrophie), troubles musculo-squelettiques chroniques, Séquelles de fractures ostéoporotiques, Suites de chirurgie articulaires des membres ou de la colonne vertébrale, rachialgie,  discopathie dégénérative, scoliose, Séquelles de tassements vertébraux (fractures vertébrales)
  • Voies respiratoires : asthme chez l'adulte et l'enfant, Sinusite chronique, otite, Rhino-sinusites allergiques chronique, pharyngite, Broncho-pneumopathie obstructive de l'adulte (BPCO),  trachéite allergique, rhinites, bronchite chronique.
  • Gynécologie : algies pelviennes les douleurs aigües ou chroniques, Séquelles des cancers utérins et de l'ovaire, ménopause, endométriose, dysménorrhées.
  • Phlébologie : suite des phlébites, acrosyndromes (syndrome de Raynaud), affections veineuses chroniques, lymphœdème.
  • Neurologie : séquelles d'accidents vasculaires cérébraux, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer, sclérose en plaques.
  • Maladies cardio-artérielles : artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), Acrosyndromes (syndrome de Raynaud).
  • Affections psychosomatiques : trouble anxieux généralisé (TAG), burn-out, Addiction aux benzodiazépines (anxiolytiques ou hypnotiques), fibromyalgie, dépression modérée et réactionnelle, troubles du sommeil.
  • Affections urinaires et maladies métaboliques : infections du tractus urinaire (qui touchent les reins, la vessie, les uretères et l'urètre), Cystites récidivantes, lithiase urinaire.
  • Affections digestives et maladies métaboliques : diabète de type 2, Surpoids et obésité, syndrome de l'intestin irritable (colopathie fonctionnelle).
  • Troubles du développement chez l'enfant : énurésie.
  • Dermatologie : dermatite atopique, eczéma de l'adulte et de l'enfant, psoriasis, suites de brûlures graves et les cicatrices, suites de chirurgie plastique et reconstructrice, séquelles de peau liées à l'amaigrissement massif, erythroses (rougeurs cutanées persistantes), ichtyose (maladies chronique et génétique rare), lichen plan (maladie inflammatoire auto-immune chronique), séquelles de traitements contre le cancer.
  • Affections des muqueuses bucco-linguales : aphtose récidivante, lichen plan, bruxisme.

"Le médecin prescripteur peut associer deux orientations pour son patient. La cure sera alors composée de 4 soins par jour dans la première orientation, et de 2 soins par jour dans la seconde orientation, précise Claude-Eugène Bouvier. La cure pour les personnes en Covid-long n'est pas encore reconnue par la Sécurité sociale, mais pourrait l'être, en fonction du profil des patient", ce qui ouvrirait le droit à une prise en charge par l'Assurance maladie. "Plusieurs centres thermaux ont pris les devants, et proposent une cure thermale classique, avec un programme post-covid en supplément. Le financement de ce complément est actuellement à la charge du curiste. La HAS (Haute Autorité de santé) attend des preuves scientifiques de son efficacité. Les études sont en cours, et les résultats sont attendus courant 2022."

Quelle est la liste des cures thermales conventionnées par la sécurité sociale ?

L'Assurance Maladie reconnait douze grandes orientations, ou domaines thérapeutiques, pour lesquelles elle propose une prise en charge :

  • Rhumatologie
  • Voies respiratoires
  • Gynécologie
  • Phlébologie
  • Neurologie
  • Maladies cardio-artérielles
  • Affections psychosomatiques
  • Affections urinaires et maladies métaboliques
  • Affections digestives et maladies métaboliques
  • Troubles du développement chez l'enfant
  • Dermatologie
  • Affections des muqueuses bucco-linguales

Ses cures conventionnées ne feront l'objet d'une prise en charge que si elles sont prescrites par un médecin, traitant ou spécialiste, et réalisées dans l'un des 110 établissements thermaux reconnus en France.

Quels sont les prix des cures thermales ?

"Le prix de la cure thermale varie en fonction de son orientation. La plus onéreuse est la cure en neurologie, dont le forfait thermal est d'environ 580 euros. La moins onéreuse est la cure pour troubles du développement de l'enfant, qui revient environ à 350 euros, indique Claude-Eugène Bouvier. Le montant du forfait ne dépend pas de la station thermale. Le tarif forfaitaire est le même partout". Le forfait thermal est de 80 euros pour les trois consultations de suivie de la pathologie du curiste. Le prix moyen d'une cure thermale de 21 jours revient en moyenne à 1100 euros, représentant une partie du coût des soins (restant à charge), et les frais de transport et d'hébergement.

Quel remboursement ?

Depuis 1947, les cures thermales sont prises en charge par la Sécurité Sociale, lorsqu'elles sont prescrites par un médecin, traitant ou spécialiste, selon une grille de soins normalisée et adaptée à chaque pathologie, dans le cadre de l'une des douze grandes orientations, ou domaines thérapeutiques autorisés.

  • Le forfait thermal de 80 euros pour les trois consultations de suivie de la pathologie du curiste est remboursé à hauteur de 70 % par l'Assurance maladie.
  • Les soins thermaux sont en pris en charge à hauteur de 65 % du tarif forfaitaire. Le reste à charge peut être remboursé en partie par une complémentaire santé.

Sous condition de ressources, les frais de transport et d'hébergement peuvent être remboursés en partie par l'Assurance maladie, ou par une mutuelle personnelle. Par ailleurs, certaines cures peuvent faire l'objet d'une prise en charge à 100% dans le cas d'une affection de longue durée (ALD), d'une maladie professionnelle ou d'un accident de travail. Enfin, les modalités de remboursement diffèrent s'il s'agit d'une cure avec hospitalisation ou d'une cure pour un enfant placé en maison d'enfants à caractère sanitaire. Une seule cure thermale peut être remboursée par an et par patient.

Merci à Claude-Eugène Bouvier, délégué général du CNETh (Conseil national des exploitants thermaux).

Sources : La médecine thermale, Cures conventionnées

Forme