Thermalisme et obésité : liste, prix des cures, avec hospitalisation

L'obésité est une indication de la cure thermale, sur 21 jours. Elle consiste en des soins spécifiques et une éducation thérapeutique globale qui a fait ses preuves pour perdre du poids. Où faire sa cure ? Combien perd-on de kilos ? Peut-on être hospitalisé ? Que coûte une cure, et sous quelles conditions est-elle remboursée ?

Thermalisme et obésité : liste, prix des cures, avec hospitalisation
© goodluz-123RF

Comment le thermalisme fait-il maigrir ?

L'efficacité du thermalisme en cas d'obésité repose sur sa prise en charge multidisciplinaire durant trois semaines. "Pendant trois semaines (21 jours), la personne s'extrait de son milieu habituel. Elle s'éloigne donc de ses sources de stress, d'émotions qui accroissent son appétit, elle apprend à se détendre, ce qui la met dans de bonnes conditions pour maigrir" explique Nathalie Negro diététicienne aux Thermes de Brides-les-Bains. Pour apporter une solution à cette maladie métabolique qu'est l'obésité, les centres thermaux travaillent sur une prise en charge globale de soins :

  • Le conseil diététique avec des ateliers d'informations, des conseils nutritionnels ciblés afin de permettre une évolution du comportement d'hygiène de vie. La personne est suivie durant sa cure, mais "on lui donne aussi des outils pour son retour à la maison, une éducation thérapeutique et on l'amène à une réflexion autour de son obésité : pourquoi elle a pris du poids. Pourquoi elle n'arrive pas à en perdre". L'éducation thérapeutique du patient (ETP) est une démarche reconnue par l'OMS, dont l'objectif est  "d'aider le patient à acquérir ou maintenir les compétences dont il a besoin pour gérer au mieux sa vie avec une maladie chronique" (rapport OMS-Europe en 1996). Pour atteindre cet objectif, l'ETP doit permettre au patient d'acquérir des compétences d'auto-soins et d'adaptation. Le patient devient un véritable acteur de sa santé.
  • Les soins de crénothérapie : cure de boisson, douche à jet, bain, aérobain, activités en piscine, drainage lymphatique.
  • Les massages par un kinésithérapeute "permettent notamment de relancer la digestion, de reprendre conscience de son corps, de son enveloppe, et se le réapproprier pour se remettre en mouvement".
  • L'accompagnement psychologique.
  • L'incitation à l'activité physique adaptée à chacun (aquagym, balades en groupe, vélo...)

La cure de boisson et la composition physico-chimique de l'eau minérale de la station thermale apporte sont lot de vertus uniques. Par exemple "à Brides-les-Bains, l'eau de boisson contient du calcium qui a des propriétés anti-inflammatoires intéressantes en cas d'obésité. Elle contient également du sulfate, bon pour relancer le système digestif. L'eau est également riche en minéraux et naturellement tiède, ce qui est un coupe-faim" décrit la diététicienne. Plusieurs études réalisées à Contrexéville, à Brides, à Vals, à Capvern, à Vichy, à Eugénie, à Aulus, montrent une diminution du poids des curistes pendant les trois semaines de cure grâce, entre autres, aux propriétés de l'eau. Il faut y associer les techniques thermales comme la douche générale au jet, les douches localisées, les bains chauds sous différentes formes qui détendent. Les bains chauds "réduisent le stress, les douleurs, la tension artérielle" précise Nathalie Negro. Dans l'arsenal des soins il y a aussi les illutations (bain ou application de boue thermale sur tout ou partie du corps), et bien entendu, l'environnement thermal, à travers une éducation diététique rigoureuse, et l'apprentissage de nouvelles règles hygiéno-diététiques qui vont aider le curiste à maigrir. Un suivi nutritionnel et une aide apportés par tous les personnels de santé de la station thermale facilitent la nouvelle vie du curiste, qui retrouve "à l'hôtel, et dans les restaurants de la station thermale des menus adaptés qui tiennent compte des besoins alimentaires des personnes en cure. La cure a une action durable, sur une année, car elle abaisse le niveau de stress, et débloque la perte de poids. La cure agit comme un "starter" pour prendre de nouvelles habitudes et stabiliser le poids, ou chaque année la personne revient en cure pour continuer à perdre du poids, ou revient par période selon ses besoins" précise la diététicienne.

A partir de quel IMC ?

"La cure thermale n'a pas de limite d'IMC basse ou haute, souligne l'experte. Elle s'adresse à toute personne qui prend du poids et souffre d'obésité. C'est le médecin traitant qui en fait le diagnostic et prescrit à son patient une cure thermale à orientation AD (Affections Digestives)".

Le thermalisme a-t-il un intérêt en cas d'obésité morbide ?

"En cas d'obésité morbide, le médecin traitant doit évaluer si son patient a besoin d'une cure ou s'il est plus intéressant de l'orienter vers une intervention chirurgicale de type chirurgie bariatrique" précise Nathalie Negro. L'indication opératoire est discutée à partir d'une IMC supérieure ou égale à 40 kg/m2 associée à des comorbidités (diabète de type 2, HTA...). "La cure peut avoir un intérêt en cas d'obésité morbide pour permettre à la personne d'entrer dans une démarche de réflexion et tester s'il lui est possible de changer ses habitudes pour perdre du poids, ou après une chirurgie bariatrique".

Combien de kilos peut-on perdre ?

En cure thermale, "nous ne comptons pas en kilogrammes perdus, mais en pourcentage du poids initial. Les femmes perdent en moyenne 3 à 3,5 % de leur poids initial, et les hommes de 4 à 5 %. Autrefois, les personnes venaient en cure pour perdre 10 à 15 kg, mais aujourd'hui, elles comprennent qu'il s'agit d'amorcer leur perte de poids. Elles perdent 2 à 4 kg durant la cure, puis la perte se poursuit à la maison", grâce aux recommandations et nouvelles habitudes prises. "En un an, elles peuvent obtenir une perte de 5 à 10% de leur poids initial", indique l'experte.

Quelles conditions pour en bénéficier ?

"La cure thermale est prescrite par un médecin. Elle peut être demandée par un médecin généraliste, ou spécialiste (endocrinologue, rhumatologue...). L'Assurance maladie, pour donner son accord de prise en charge, regarde si la personne n'a pas déjà bénéficié d'une cure dans l'année", et ses conditions de ressources. Sous conditions de ressources faibles, l'Assurance maladie peut participer aux frais d'hébergement et de transports.

A qui demander une cure ?

La cure thermale est à demander à son médecin traitant ou à son spécialiste (endocrinologue, rhumatologue, gynécologue...).

Où sont les cures pour maigrir en France ?

Les stations thermales ayant l'indications AD : Affections Digestives et maladies métaboliques sont au nombre de 14 en France. C'est le médecin traitant ou le spécialiste qui oriente son patient vers la station en fonction des besoins et d'une éventuelle seconde indication, puisque la cure thermale peut prendre en charge jusqu'à deux indications thérapeutiques. Les 14 stations thermales indiquées AD sont : Le Boulou, Brides-les-Bains, Capvern-les-Bains, Castéra-Verduzan, Châtel-Guyon, Cilaos (La Réunion), Contrexéville, Evian-les-Bains, Montrond-les-Bains, Plombières-les-Bains, Thonon-les-Bains, Vals-les-Bains, Vichy, Vittel.

Certaines proposent-elles des hospitalisations pour être pris en charge ?

Il existe un seul hôpital thermal en France, à Vals-les-Bains pouvant prendre en charge des patients atteints d'obésité. Le patient hospitalisé pourra bénéficier de la cure thermale et de tous ses soins au centre thermal pour l'accompagner dans sa perte de poids, ou se stabiliser.

Quel est le prix d'une cure thermale quand on est obèse?

"Si la personne souffre d'une maladie en ALD (Affection Longue Durée) exonérante, et que la cure est en rapport avec cette maladie chronique (type diabète), dans ce cas, les soins thermaux et les consultations sont pris en charge à 100% par l'assurance maladie" indique Nathalie Negro. Toutefois, la caisse d'Assurance maladie ne rembourse pas les soins de confort effectués en supplément des soins thermaux prévus dans le forfait thermal initial. Il faudra demander à en être informé par l'établissement thermal. Les frais de transport peuvent être pris en charge à 100 % sous conditions de ressources et après accord préalable de la caisse d'Assurance maladie, sous la forme d'un remboursement forfaitaire au titre des prestations supplémentaires (sur la base tarifaire d'un billet SNCF 2e classe aller/retour, dans la limite des dépenses réellement engagées). Le montant du forfait d'hébergement est fixé quant à lui à 150,01 euros. Il est pris en charge à 100 %, sous conditions de ressources et après accord préalable de la caisse d'Assurance maladie, au titre des prestations supplémentaires. Il est exonéré de la participation forfaitaire de 24 euros. Concernant le programme d'éducation thérapeutique du patient (ETP), il existe dans 6 stations thermales. Leur tarif, à ajouter au tarif de la cure : 

  • de 140 euros à 245 euros à Brides-les-Bains.
  • 195 euros à Eugénie-les-Bains.
  • 175 euros à Le Boulou.
  • 190 euros à Vals-les-Bains.
  • 260 euros Vichy, forfait spécial diabète.
  • 209 euros Vichy.

Ces tarifs sont donnés à titre indicatif et peuvent évoluer.

Quel remboursement ?

Les frais liés à une cure thermale prescrite par un médecin peuvent être pris en charge par l'Assurance maladie. Ils comprennent notamment les frais médicaux et, sous conditions de ressources, les frais de transport et d'hébergement. Il est également possible, sous conditions de ressources, de percevoir des indemnités journalières pendant le séjour en cure thermale. Les personnes affiliées au régime local d'Alsace-Moselle, bénéficient de taux spécifiques de remboursement des actes de soins de ville ou hospitaliers. Elles doivent se renseigner sur le site du régime local.

► Les actes médicaux accomplis pendant la durée de la cure, se rapportant directement à l'affection pour laquelle la cure thermale est prescrite, sont remboursés à 70 % sur la base d'un tarif conventionnel. Soit, 80 euros pour un médecin conventionné ; 6,86 euros pour un médecin non conventionné.

► Le forfait thermal, correspondant aux soins réalisés pendant la cure, est remboursé à 65 % sur la base d'un tarif forfaitaire conventionnel variable selon l'orientation thérapeutique de la cure (affections digestives, etc.) et le type de forfait. Il est possible de bénéficier de la dispense d'avance de frais et de ne payer que le ticket modérateur après la cure, c'est-à-dire la partie du forfait thermal qui n'est pas remboursée par l'Assurance maladie et qui reste à charge. "Le prix moyen d'une cure thermale contre l'obésité, après prise en charge par la Sécurité sociale, et sans aides complémentaires revient en moyenne à 1100 euros par personne. Il est possible de se tourner vers sa mutuelle afin de voir avec elle si elle offre un forfait "cure thermale" en complément des remboursements de soins", indique la diététicienne.

Merci à Nathalie Negro, diététicienne aux Thermes de Brides-les-Bains.

Forme