Fasciathérapie : principe, indications, remboursement

La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui agit sur les fascias sans manipulation forcée. Qui la pratique ? Où se renseigner ? Quelles indications ? Comment se déroule une séance ? Quel prix et quel remboursement ? Quel danger ? Réponses avec Christian Courraud, formateur en fasciathérapie.

Fasciathérapie : principe, indications, remboursement
© diignat - 123RF

Définition : c'est quoi la fasciathérapie ?

"La fasciathérapie est une intervention non médicamenteuse qui est réalisée en complément des soins médicaux et paramédicaux conventionnels, explique Christian Courraud, formateur en fasciathérapie. Il s'agit d'une thérapie manuelle qui agit exclusivement sur les fascias sans manipulation forcée. Les fascias sont des fines membranes qui constituent un réseau qui enveloppe et pénètre les muscles et les organes. En sollicitant ces membranes par des points d'appui et des étirements plus ou moins profonds, cette approche stimule les capacités d'autorégulation naturelle de l'organisme". Cette pratique a été fondée dans les années 1980 par le Français Danis Bois, alors kinésithérapeute et ostéopathe de formation, aujourd'hui docteur en sciences de l'éducation et professeur à l'université Fernando Pessoa de Porto (Portugal).

Schéma d'un fascia
Schéma d'un fascia © Designua - 123RF

Quelles sont les indications ?

En tant que thérapie manuelle, la fasciathérapie s'avère efficace lorsque le corps a subi un traumatisme physique ou psychologique. Elle est notamment indiquée pour :

  • la traumatologie : entorses, pathologies musculaires, après une intervention chirurgicale, en médecine du sport
  • les pathologies de la sphère crânienne : céphalées, migraines, névralgies d'Arnold ou du trijumeau, acouphènes.
  • les pathologies de la sphère abdominale et uro-gynécologiques : troubles du transit, syndrome du côlon irritable, névralgies pudendales, règles douloureuses.
  • pour accompagner les personnes souffrant de maladies chroniques et les conséquences de traitements médicamenteux lourds (fatigue, trouble du sommeil, douleur, anxiété…). 

"Des études ont mis en évidence l'intérêt de la fasciathérapie dans le traitement de l'anxiété, de la fibromyalgie, de la lombalgie et plus largement de la douleur, complète le formateur. Ces études sont consultables sur le site du Centre de Recherche Appliquée en Psychopédagogie perceptive (CERAP), www.cerap.org".

Qui pratique la fasciathérapie ?

En France, les praticiens qui exercent la fasciathérapie selon la méthode de Danis Bois sont des professionnels de la santé (kinésithérapeutes, médecins, infirmières, praticiens de thérapie complémentaire) qui ont reçu une formation minimum de 300 heures. "La fasciathérapie se pratique en séances individuelles et en cabinets privés. Elle est parfois intégrée à des centres de soin hospitaliers ou à certains centres de rééducation et de bien-être", poursuit notre interlocuteur. L'Association FasciaFrance qui regroupe les praticiens de la fasciathérapie propose un annuaire garantissant la qualité des professionnels. "Elle communique également auprès du public des informations sur les fascias et la fasciathérapie".

Comment se déroule une séance de fasciathérapie ?

Le praticien cherche à libérer ces crispations par des manœuvres locales sur les zones douloureuses et tendues

Il s'agit d'une technique non manipulative, basée sur un toucher doux qui suit le mouvement lent des fascias. "Ces mobilisations douces associées à des temps de points d'appui permettent d'obtenir un relâchement local et général de l'ensemble des fascias favorisant une amélioration physique (diminution des tensions et des douleurs), physiologique (diminution de la fatigue et meilleure vitalité) et psychique (diminution du stress et de l'anxiété)", détaille le spécialiste. La séance de fasciathérapie se déroule sur une table de massage. "Dans un premier temps, le praticien repère les zones de tension ou d'immobilité des fascias, puis il cherche à libérer ces crispations par des manœuvres locales sur les zones douloureuses et tendues et globales pour prendre en compte la globalité du corps". Pendant un soin, le praticien propose au patient de fermer les yeux afin de lui apprendre à écouter et à ressentir son corps et les bienfaits que cela lui procure.

Les séances de fasciathérapie sont réalisées après diagnostic médical et ne se substituent jamais à un traitement médical

Quels sont les effets secondaires et les dangers ?

En cas de phlébite avec suspicion de caillot, les séances de fasciathérapie sont contre-indiquées. "Les praticiens prendront également en compte les délais de cicatrisation tissulaire ou osseuse en cas de lésion ou d'intervention chirurgicale, insiste Christian Courraud. Les séances de fasciathérapie sont réalisées après diagnostic médical et ne se substituent jamais à un traitement médical".

Quels exercices peut-on faire chez soi ?

"Les séances de fasciathérapie peuvent être accompagnées d'exercices de gymnastique sensorielle qui ont pour objectif d'apprendre à bouger lentement et de façon globale, coordonnée et sans force musculaire, conseille notre spécialiste. Ces exercices favorisent une meilleure perception du corps, une plus grande qualité du geste, améliore la respiration et diminuent le stress physique et psychique".

Quel est le prix d'une séance ?

Une séance de fasciathérapie dure en moyenne une heure, et son coût varie de 50 à 80 euros selon les régions.

Quel remboursement ?

"Bien que pratiquée par de nombreux kinésithérapeutes, la fasciathérapie n'est pas reconnue comme une technique de kinésithérapie et les soins ne peuvent être pris en charge par la Sécurité Sociale, conclut Christian Courraud. Certaines mutuelles qui remboursent des soins non conventionnels prennent en charge une partie du coût de la séance".

Merci à Christian Courraud, Dr en Sciences sociales, directeur du CERAP/UFP, conférencier international, formateur en fasciathérapie et auteur du livre "Fascias : le nouvel organe clé de votre santé" Ed. Leduc. 2019.

Forme