Thermalisme et rhumatologie : pour quoi, pour qui ?

Arthrose, lombalgie, fractures... La cure thermale en cas de rhumatologie s'intéresse à toutes les affections qui touchent les articulations et les tissus qui l'entourent (muscles, tendons, ligaments...). Que soigne t-on ? Pour qui ? Est-ce remboursé ? Quelles indications ? Prix ?

Thermalisme et rhumatologie : pour quoi, pour qui ?
© goodluz-123RF

Quels sont les bienfaits du thermalisme en rhumatologie ?

La rhumatologie est l'une des plus anciennes indications de la médecine thermale. "Les eaux thermales de par leur composition physico-chimique, leur température chaude, et les boues thermales, ont un effet antalgique, en pénétrant par la peau, ce qui contribue à soulager la douleur et à restaurer le mouvement " décrit Patrick Sichère, médecin rhumatologue. Les bénéfices de la cure sont :

  • Une diminution des douleurs chroniques.
  • Des effets décontracturants et relaxants sur la masse musculaire.
  • Une baisse significative de la consommation médicamenteuse.
  • Une restauration de la mobilité articulaire et de l'amplitude de mouvement.
  • Une amélioration de la qualité de vie au quotidien, en luttant contre la sédentarité
  • " Trois semaines de rupture avec la vie quotidienne qui permettent de prendre de nouvelles habitudes de vie : activités physiques, nutrition, relaxation…." testées pendant la cure thermale.

Combien de temps dure la cure ?

La cure thermale dure 21 jours, soit 18 jours de soins, avec 4 soins par jour. La cure commence par une première visite avec le médecin thermal qui établit une prescription médicale de soins thermaux : 72 soins thermaux sont prescrits sur les 18 jours de soins pour une cure thermale RH simple orientation. Deux à trois visites médicales ont lieu durant la cure.

Les soins sont composés de :

  • Bains d'eau et de boues thermales en baignoire ou en piscine.
  • Douches et jets sous-marins.
  • Applications locales de boue thermale.
  • Massage sous eau thermale, ou à base de baume thermal par un kinésithérapeute.
  • Séances de kinésithérapie individuelles ou collectives en piscine de mobilisation, ainsi les activités de rééducation se font en apesanteur dans l'eau chaude.
  • Cure de boisson (1 à 4 verre par jour), sur prescription médicales. "Les eaux thermales naturellement soufrées sont intéressantes pour équilibrer le microbiote intestinale, lequel joue un rôle important sur la douleur" précise le Dr Sichère.

Outre les soins, les stations thermales dispensent un accompagnement éducatif, des ateliers de correction de posture et d'apprentissage pour ménager son dos et ses appuis, accompagnés par des kinésithérapeutes, ergothérapeutes, mais aussi des ateliers avec sophrologue, diététicienne pour une approche globale afin d'adopter une meilleure hygiène de vie. L'éducation thérapeutique du patient (ETP) est une démarche reconnue par l'OMS, dont l'objectif est "d'aider le patient à acquérir ou maintenir les compétences dont il a besoin pour gérer au mieux sa vie avec une maladie chronique" (rapport OMS-Europe en 1996). L'effet antalgique des soins persiste 6 à 9 mois après la cure et s'accompagne de :

  • Baisse de la prise d'anti-inflammatoires.
  • Reprise d'une activité physique (marche douce avec bâtons, natation…).
  • Activités de médecine douce (sophrologie, yoga, hypnose…).
  • Sommeil réparateur.
  • Déficit atténué de la mémoire.
  • Estime de soi valorisée

Quelles sont les indications ?

La cure thermale orientation rhumatologie (RH) s'intéresse à de nombreuses pathologies rhumatismales, qu'elles soient chroniques ou non, et concerne toutes les parties du corps : l'arthrose (gonarthrose, arthrose digitale, coxarthrose...), la fibromyalgie, les lombalgies chroniques, les rhumatismes inflammatoires, la polyarthrite rhumatoïde, les périarthrites, les pathologies musculo-tendineuses chroniques, les névralgies de type sciatique, les séquelles de traumatismes ostéo-articulaires des membres et de la colonne vertébrale, les névralgies cervico-brachiales (cervicalgies chroniques), les cruralgies, les syndromes algodystrophiques en phase froide (algoneurodystrophie), Les troubles musculo-squelettiques chroniques (TMS), les séquelles de fractures ostéoporotiques, les suites de chirurgie articulaires des membres ou de la colonne vertébrale, la rachialgie, la discopathie, la scoliose, les séquelles de tassements vertébraux.

Quels effets contre l'arthrose ?

L'arthrose n'est pas une pathologie dont on peut guérir. Il n'existe pas de traitements curatifs, uniquement des traitements palliatifs qui vont amener à soulager et ralentir l'évolution de la douleur et favoriser la mobilité. La prévalence de l'arthrose augmente avec le vieillissement progressif de la population et la fréquence de l'obésité. Parmi les arthroses les plus fréquemment traitées figurent l'arthrose du genou, de la hanche ou des mains. La cure thermale présente de nombreux intérêts en cas d'arthrose :

  • La température et la composition physico-chimique de l'eau thermale possèdent des vertus thérapeutiques, dont l'action est sédative sur la douleur rhumatismale et sur les contractures musculaires, avec un effet anti-inflammatoire et antalgique.  
  • L'effet mécanique des soins thermaux va générer une relaxation et un apaisement des tensions.

Qui peut en bénéficier ?

Tout le monde peut, à un moment de sa vie, être affecté par des troubles rhumatologiques, notamment l'arthrose. Les personnes les plus disposées à en souffrir sont les personnes en surpoids, les personnes exerçant une profession qui implique le port répétitif de charges lourdes ou qui implique une position debout prolongée, les sportifs intensifs, les personnes ayant vécu des traumatismes musculo-squelettiques, les seniors et les personnes ayant des antécédents familiaux. "Il n'y a pas d'âge minimum pour bénéficier d'une cure thermale à orientation rhumatologie. Les enfants peuvent en bénéficier lorsqu'ils souffrent de polyarthrite rhumatoïde par exemple" explique le rhumatologue.

A qui demander une cure ?

La cure thermale est prescrite par son médecin traitant ou un rhumatologue.

Quel est le prix d'une cure thermale contre l'arthrose ?

La cure thermale en orientation rhumatologie (RH) est conventionnée. Les 18 jours de soins sont facturés en moyenne de 520 à 630 euros. Les forfaits spécifiques de soins complémentaires pour l'arthrose (diététique, sophrologie...) peuvent sortir des tarifs conventionnés et sont à régler en plus par le curiste. Ces forfaits sont variables d'un établissement thermal à un autre, compter environ 50 euros, non pris en charge par l'Assurance maladie.

Quel remboursement ?

Les forfaits thermaux font l'objet d'accords entre les organismes d'assurance maladie et les établissements thermaux. La prise en charge des soins et des consultations est de 65 %. Le reste à charge est de 35 %. Les soins complémentaires et les prestations de confort ne sont pas pris en charge. Les frais d'hébergement et de transport sont pris en charge si les ressources de l'année précédant la cure n'ont pas dépassé 14 664,38 euros (en 2020). Ce plafond est majoré de 50 %, soit 7 332,19 euros pour un époux, ou un partenaire de Pacs, et pour chaque ayant droit à charge. Une facture acquittée est remise au curiste lors du règlement, à faire valoir auprès sa mutuelle pour une éventuelle prise en charge complémentaire. Les frais de transport sont pris en charge à 65 % sur la base du tarif du billet SNCF aller/retour 2e classe, dans la limite des dépenses réellement engagées, sur présentation des justificatifs. Les frais d'hébergement sont remboursés à 65 % sur la base d'un forfait fixé à 150,01 euros, soit une prise en charge de 97,50 euros. Il existe des prise en charge particulières, à 100% si l'assuré est en cure dans le cadre de son affection de longue durée (ALD), en cas d'accident du travail ou d'une maladie professionnelle en lien avec l'indication rhumatologie.

SourceEtudes ThermArthrose sur l'effet antalgique des soins thermaux.

Merci au Docteur Patrick Sichère, rhumatologue, spécialiste des douleurs et médecin consultant du groupe Thermes Adour.

Rhumatologie