Toux à répétition chez l'enfant : cause, comment la soigner ?

Chargement de votre vidéo
"Toux à répétition chez l'enfant : cause, comment la soigner ?"

La toux est un réflexe qui survient en cas d'irritation des voies respiratoires. Le traitement n'est pas le même en fonction de la cause de la toux et de sa nature : sèche ou grasse. Que faire en cas de toux persistante chez l'enfant ? Quand consulter ? Conseils du Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre réanimateur.

Quelles sont les causes d'une toux répétée chez le bébé ?

"Une toux chez le bébé peut arriver mais la plupart du temps, elle est due à une obstruction nasale, notamment s'il y a une rhinite ou si le nez est un peu bouché", explique le Dr Arnault Pfersdorff. Plusieurs causes peuvent entraîner une toux chez le nouveau-né ou le nourrisson : 

  • Les poussées dentaires : survenant à partir de 6 à 8 semaines, elles amènent le bébé à beaucoup saliver. Elles peuvent également occasionner des toux, surtout quand le bébé est couché. 
  • Des toux classiques : elles sont dues à une bronchiolite ou une bronchite, qui sont la plupart du temps virales. 
  • Un reflux gastro-œsophagien : le RGO peut favoriser les toux et être à l'origine d'otites. 
  • La coqueluche : même s'il y a nettement moins de cas grâce à la vaccination, cela peut arriver. 
  • L'inhalation d'un corps étranger, une fausse route : "Une petite cacahouète qui va dans les bronches entraîne une toux rebelle qui dure et qui ne passe pas. Il faudra y penser mais ce sera au médecin d'aller plus loin", indique le pédiatre
  • L'atmosphère trop sèche dans l'appartement : elle est susceptible d'entraîner des toux chez le nourrisson et le jeune enfant. 

Quelles sont les causes d'une toux répétée chez l'enfant ?

  • Des toux classiques : elles sont dues à une bronchiolite ou une bronchite, qui sont la plupart du temps virales. 
  • Des toux allergiques : "Ce type de toux ne concerne pas tellement le nouveau-né, c'est plus tard chez le nourrisson, à partir de 18 mois mais cela touche davantage le jeune enfant et le grand enfant avec de l'asthme par exemple", précise le spécialiste.
  • La toux liée aux acariens : elle fait partie des toux allergiques. Les acariens se nichent dans les peluches, dans les matelas, dans les couettes. Le médecin va suspecter une allergie aux acariens surtout dans les toux à prédominance nocturne.
  • Le tabagisme passif : le tabagisme passif fait partie des causes de toux et fumer sur son balcon ne suffit pas. "En effet, les molécules se mettent dans les vêtements et quand vous prenez votre nourrisson ou votre jeune enfant dans les bras, il inspire toutes les molécules qui vont favoriser une toux. Je recommande donc de porter une tenue appropriée pour fumer et de se changer quand on rentre dans l'appartement", prévient le Dr Arnault Pfersdorff. 

Toux sèche ou toux grasse ?

"Cette notion de toux sèche ou toux grasse perturbe beaucoup les parents mais cette classification n'est pas appropriée. Il faut plutôt partir du principe que, s'il y a une toux, c'est parce que l'enfant se dégage le fond de la gorge, dans le cadre d'une pharyngite par exemple. Or, un nourrisson n'a pas l'habitude de se râcler la gorge comme un grand, il va le faire uniquement quand il en a besoin, il va tousser régulièrement mais pas de manière efficace", détaille le pédiatre. Une toux, due à un asthme ou une trachéite va avoir tendance à être sèche mais la plupart du temps, quand ça persiste, la toux devient peu à peu productive, donc une toux grasse. "C'est au médecin de faire le diagnostic de la toux sèche ou de la toux grasse, il faut impérativement éviter les automédications en donnant un sirop anti-toux à son enfant sans avoir consulté le pédiatre. Heureusement, nous sommes intervenus auprès des laboratoires pharmaceutiques, se félicite le Dr Arnault Pfersdorff. Résultat, il y a de nombreux sirops qui ne sont plus disponibles en vente libre et qu'on ne peut plus administrer avant l'âge de 2 ans voire même 8 ans. Il faut bien comprendre que si l'enfant tousse, c'est pour une raison et qu'il doit pouvoir expectorer donc il ne faut pas arrêter la toux."

Quand et qui consulter ? 

"S'il s'agit d'une toux passagère qui se manifeste la nuit ou dans la journée, si elle ne dure qu'un ou deux jours, on va apprendre à l'enfant à se moucher, lui faire des lavages de nez et vérifier qu'il n'a pas de température. Si son état général est bon et que cela ne dure pas plus de deux ou trois jours, on a le temps avant de faire le point avec le médecin. En revanche si la toux persiste au-delà de deux ou trois jours et qu'elle est accompagnée d'autres symptômes tels que le fait que l'enfant mange moins, qu'il s'hydrate moins, qu'il vomit et que cela impacte son sommeil, il faut consulter sans attendre", recommande le spécialiste. 

Quels examens faire ?

Face à une toux inhabituelle, le premier réflexe à adopter pour les parents est de commencer par faire des lavages de nez avec modération, mais parfois jusqu'à 6 fois par jour, une seule narine à la fois. "Pas plus car cela risquerait d'abîmer et d'irriter la muqueuse rhino-pharyngée en entraînant l'effet contraire que celui désiré, à savoir l'obstruction et l'inflammation", tient à préciser le pédiatre.  Devant une toux qui ne s'arrête pas et qui est associée à des sifflements, surtout s'il y a un terrain asthmatique ou allergique dans la famille, il faut consulter rapidement le pédiatre. Celui-ci fera une orientation diagnostique pour éliminer un asthme, une allergie ou la présence d'un corps étranger. Si ces symptômes se manifestent depuis quelques temps, des tests allergiques et une radiographie seront effectués dans le but d'exclure un asthme, une bronchopathie, une bronchopneumopathie ou une maladie rare qui touche les poumons. "Dans un certain nombre de cas, le pédiatre fera des examens complémentaires mais la plupart du temps ce n'est pas nécessaire, c'est surtout un diagnostic clinique qui est posé lors de l'auscultation et de l'examen de l'enfant", ajoute le spécialiste. Une fois que le diagnostic est établi, un traitement adapté lui sera prescrit en fonction de la cause de la toux, en sachant que l'objectif premier reste toujours d'apprendre à l'enfant à se moucher et à tousser dans son coude.

Quels sont les traitements d'une toux persistante chez un enfant ?

Le traitement de la toux persistante est fonction de sa cause : 

  • Si l'enfant a le nez pris, notamment en cas de rhinite, l'installation d'un humidificateur d'air à vapeur froide dans sa chambre est préconisée. 
  • En cas de simple toux irritative qui ne semble pas grave, quand il n'y a pas de production, le Dr Arnault Pfersdorff recommande aux parents de donner du sirop d'agave, un extrait de cactus, que l'on trouve en grande surface. " C'est beaucoup moins sucré que le miel et cela permet d'apaiser la toux de manière très efficace ", argue-t-il. Si la toux ne s'améliore pas, il faut consulter. 
  • Une toux liée à une rhinopharyngite : les lavages de nez régulièrement, le sirop d'agave ou des suppositoires homéopathiques fonctionnent bien. 
  • Une toux en rapport à une bronchiolite : le traitement repose à 80% sur les lavages de nez avec aspiration nasale. On garde l'enfant à la maison, dans un cadre où il va guérir plus facilement. 
  • Une toux due à une allergie identifiée : "on va supprimer l'allergène donc opter pour une housse anti-acariens s'ils sont en cause, éloigner le chat, les poils de chien. On va aussi regarder si il n'y a pas des moisissures dans sa chambre", observe le pédiatre. 
  • Une toux en rapport avec une pathologie bactérienne : comme une pneumopathie, une pneumonie ou une bronchopneumonie, le traitement va reposer sur la prise d'antibiotiques. 

Toux persistante et asthme : symptômes, que faire ? 

Les manifestations de l'asthme chez l'enfant sont identiques à celles de l'adulte, mais elles sont encore plus difficiles à diagnostiquer car l'enfant éprouve plus de difficultés à décrire sa gêne.

  • Crise typique avec sifflements.
  • Toux sèche, nocturne, survenant la nuit.
  • Toux après l'effort, après le sport, après avoir rit ou pleuré....
  • Des épisodes de bronchiolites à répétition : Un enfant qui fait plus de 2 à 3 bronchiolites avant l'âge de 2 ans doit bénéficier d'une prise en charge équivalente à celle d'un enfant asthmatique et ce d'autant plus qu'il existe un terrain allergique familial.
  • Episodes de bronchites à répétition.
  • Essoufflement.
  • Fatigue.
  • Difficultés à la marche, à l'effort...

L'asthme de l'enfant est provoqué dans plus de 80% des cas par une allergie. Les acariens, animaux et pollens sont les principaux responsables d'un asthme chez un enfant.  Les autres indices qui peuvent mettre sur la voie d'un asthme : 

  • Absence de fièvre.
  • Présence d'un terrain familial atopique.
  • Rhinopharyngites fréquentes.
  • Recours fréquents aux antibiotiques.
  • Présence d'un eczéma atopique.

Quels sont les traitement de l'asthme ? 

Ne pas donner d'antibiotique d'emblée sauf cas particuliers, lorsque par exemple l'enfant présente des signes de surinfections importants ou lorsque le degré de l'asthme justifie la prise d'un antibiotique lors d'un épisode de rhinopharyngite pouvant entrainer une bronchite et une aggravation de l'asthme. Le traitement de la crise repose sur un ß2-mimétique de courte durée d'action par chambre d'inhalation avec un masque. Des gouttes ou comprimés ou aérosols, selon l'âge de l'enfant, de corticoïdes en cas de crise ne cédant pas sous le traitement précédent. 

→ Un traitement de fond doit ensuite être proposé pendant plusieurs mois par corticoïde inhalé en chambre d'inhalation. Un médicament antileucotriène peut également être proposé. Une association de ces deux médicaments est parfois envisagée. Il peut être envisagé de baisser les doses voire d'arrêter ce traitement de fond en avril, dès le retour des beaux jours, sauf en cas d'allergie aux pollens associée, puis de le reprendre en Septembre. Dans certains cas, une désensibilisation peut être engagée si une allergie est prouvée.

Suivre tous les 3 mois environ. Il est conseillé de suivre l'enfant tous les trois mois environ au cours de la première année afin de surveiller l'efficacité du traitement et d'adapter les doses selon la gêne respiratoire 

Merci au Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre réanimateur, auteur de votre enfant de 0 à 16 ans, aux éditions Hatier.;

Santé du bébé et de l'enfant