Déshydratation du nourrisson : symptômes et prise en charge

Souvent consécutive de la diarrhée aiguë, la déshydratation est une des principales causes d'hospitalisation du nourrisson dans les pays développés. En France, elle est responsable de 20 à 30 décès de jeunes enfants chaque année. Quels sont les signes de déshydrations chez les tout petits ? Que faire ? Quand faut-il s'inquiéter ? Les réponses du Dr Patrick André, pédiatre en région parisienne. 

Déshydratation du nourrisson : symptômes et prise en charge
© Oksana Kuzmina-123RF

Définition : qu'est-ce qu'une déshydratation ? 

"L'eau représente 75-80 % du poids d'un nouveau-né et 65 % chez un nourrisson et 60% chez un adulte. On considère qu'un nourrisson est déshydraté à partir d'une perte de 5 % de son poids." explique le Dr André. La déshydratation correspond à des pertes d'eau conséquentes et non compensées. Chez le nouveau-né et le nourrisson jusqu'à deux ans, la déshydratation peut avoir des conséquences catastrophiques et mettre en jeu le pronostic vital.

Quels symptômes chez le nourrisson ? 

Les principaux symptômes de la déshydratation du nourrisson peuvent être : 

  • Une perte de poids : premier signe à surveiller et indispensable à la surveillance ultérieure.  L'enfant doit être pesé, dans la mesure du possible toujours avec la même balance et complètement nu ;
  • Une dépression de la fontanelle antérieure,
  • Une sécheresse des muqueuses : bouche, langue...
  • Les yeux excavés, cernés ou creux,
  • Une somnolence et une altération de l'état de conscience,
  • Une apathie,
  • Une pâleur cutanée,
  • Un temps de recoloration cutanée allongé : il s'agit du temps que met la peau à se recolorer au niveau périphérique après une pression de quelques secondes. Ce temps de recoloration est normalement inférieur à 3 secondes.
  • Les fréquences cardiaque et respiratoire augmentées en cas de mauvaise tolérance de la déshydratation,
  • Un pli cutané persistant : la peau reste plissée lorsqu'on la pince, mais ce signe apparaît tardivement pour des déshydratations avancées.

Quelles sont les causes ? 

Comme l'explique le pédiatre, les causes de la déshydratation du nourrisson peuvent être multiples : "diarrhée, vomissements, intoxication ou intolérance alimentaire, fièvre secondaire à une infection ou une hyperthermie, malnutrition ou insuffisance d'apports liquidiens. Certaines maladies métaboliques entraînant une perte excessive d'eau et de sels et certains médicaments diurétiques peuvent également provoquer une déshydratation chez le tout petit ".

Quelles conséquences ? 

Chez le nourrisson, les conséquences d'une forte déshydratation peuvent être lourdes, voire aller jusqu'au décès.
Les complications peuvent être :

  • Neurologiques, avec des troubles de la conscience et des convulsions,
  • Rénales : hématuries, polyuries …
  • Cardiovasculaires.

Quand s'inquiéter ? 

La gravité de la déshydratation s'évalue en fonction du poids perdu par l'enfant :

  • Si la perte de poids est inférieure à 5% : la déshydratation est minime ;
  • Si la perte de poids est comprise entre 5 et 10% : la déshydratation est moyenne, mais nécessite une surveillance étroite voire une hospitalisation ;
  • Si la perte de poids est supérieure à 10% : la déshydratation est sévère. Le pronostic vital est engagé.

Qui et quand consulter ? 

La déshydratation du nourrisson est un réel motif de consultation. "Il est important de reconnaître rapidement les symptômes surtout chez le nourrisson de moins de 6 mois afin d'éviter une déshydratation sévère de plus de 10 % du poids de l'enfant nécessitant une hospitalisation en urgence " insiste le Dr André. Si l'enfant vomit, a de la fièvre, refuse de boire, si la perte de poids atteint 5% de son poids initial, s'il existe une altération de l'état de conscience et une miction insuffisante, il est nécessaire de consulter un pédiatre ou un médecin généraliste. 

Quelle prise en charge ? 

Le traitement consiste à réhydrater rapidement l'enfant. 

  • Pour les pertes de poids inférieure à 5%, : "réhydrater l'enfant à l'aide de biberons associés à l'administration, toutes les 30 minutes, d'un soluté de réhydratation permet généralement de composer les pertes hydriques " précise le pédiatre.
  • Au-delà de 5% de perte de poids : il est préférable de faire hospitaliser rapidement le bébé, afin qu'il soit réhydraté par voie veineuse (perfusion). Il ne faut pas attendre, la mort du nourrisson peut survenir en quelques heures seulement.

Merci au Dr Patrick André, pédiatre en région parisienne.

Santé du bébé et de l'enfant