Mal de ventre : remèdes naturel, médicaments, comment l'éviter ?

Souvent invoqué pour ne pas aller à l'école, subi avec résignation en période d'épidémie de gastro ou après les fêtes..., le mal de ventre peut être aussi banal que fatal. Des médicaments et des solutions naturelles existent. Dans tous les cas, la prudence est de mise.

Mal de ventre : remèdes naturel, médicaments, comment l'éviter ?
© Antonio Guillem-123RF

Symptômes : comment reconnaître un mal de ventre ?

Avec le mal de ventre, il faut être très prudent. Un mal de ventre isolé, sous forme de crampes abdominales ou de brûlures d'estomac peut se soigner par l'automédication. Mais il faut être attentif à d'autres signes, qui pourraient dénoter une pathologie plus grave. "Si la douleur est très violente, apparaît de façon brutale, s'installe de façon continue et s'accompagne de fièvre, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin", explique le Dr Anne Criquet-Hayot, médecin généraliste. Parmi les autres signes qui nécessitent une consultation médicale 

  • Si aucune position ne soulage.
  • Pour les femmes, si la douleur se situe dans le bas ventre et que vous avez noté un retard de règles ou si les maux de ventre sont accompagnés de saignements qui ne sont à priori pas les règles.
  • Pour les enfants, il convient d'être très prudent, mieux vaut consulter un médecin, surtout si les douleurs sont cycliques.

L'avis d'un médecin doit également être pris en cas de :

  • Douleurs abdominales violentes et persistantes et qui peuvent empêcher de marcher.
  • Fièvre (hyperthermie)
  • Vomissements persistants.
  • Amaigrissement.
  • Altération de l'état général.
  • Anémie.
  • Difficulté à avaler.
  • Douleurs lors de la déglutition.
  • Arrêt de l'exonération des selles.
  • Le ventre est dur et douloureux au moindre toucher.
  • Diarrhée ou sang dans les selles.

"Il est important de vérifier s'il existe des cas de polypes, de diverticulose ou de cancer digestif dans les antécédents familiaux ou personnels ou des antécédents d'ulcère", poursuit la spécialiste. La survenue brutale de brûlures gastriques persistantes à partir de 50 ans nécessite un avis médical. La prise de certains médicaments comme les AINS, Anti-inflammatoires non stéroïdiens ainsi que l'aspirine doit être signalée car ces médicaments peuvent entrainer des troubles digestifs provoqués par une ulcération de la muqueuse gastrique et entraîner un ulcère gastro duodénal.

Mal de ventre aigu ou chronique : que faire ? 

"Le mal de ventre aigu se caractérise par une douleur vive, survenue de manière brutale, constate notre médecin. Il faudra alors rechercher un facteur déclenchant au niveau de la prise d'aliments (abus de fruits), de médicaments (anti-inflammatoires qui déclenchent de vives brulures gastriques), ou l'ingestion d'aliments avec des graines (courgettes, tomates…) sur une diverticulose existante. Quant au mal de ventre chronique, il est souvent révélateur d'erreurs diététiques liée à une alimentation non adaptée".

Mal de ventre chez l'enfant

Quels sont les remèdes naturels contre le mal de ventre ?

La bouillotte bien chaude contre le ventre peut aider. Une douche ou un bain peuvent soulager si l'on n'est pas ballonné. Pour les brûlures d'estomac : tisane anisée ou à base de cardamone ou de cannelle peuvent réduire les risques. Les tisanes de mélisse et camomille matricaire peuvent également être utilisées. "Le laurier noble peut être utilisé sous forme d'huile essentielle ou d'hydrolat pour tous les problèmes digestifs, poursuit Claire Saunier, spécialiste en aromathérapie clinique et scientifique. "En huile essentielle, vous pouvez l'utiliser en massage en diluant l'huile essentielle à 10% dans une huile végétale. Vous pouvez prendre 1 goutte sur un support neutre par voie orale en fin de repas pendant 2 à 3 jours.  Ne pas utiliser chez l'enfant de moins de 6 ans et chez la femme enceinte et allaitante". L'hydrolat peut être pris à raison d'une cuillère à café en fin de repas. Pas de contre-indications.

Quels sont les médicaments contre le mal de ventre ?

De nombreux médicaments contre le mal de ventre sont disponibles sans ordonnance : 

  • Les antispasmodiques du type Spasfon®, comme leur nom l'indique, sont destinés à soigner les douleurs qui surgissent sous forme de spasmes (caractérisés par un début et une fin brutaux). Prendre 1 comprimé lyoc ou 1 comprimé enrobé en cas de douleur.
  • Les pansements gastriques tels que Maalox® sont indiqués pour les douleurs d'estomac (brûlures). Prendre 1 sachet 30 mn après le repas pour plâtrer l'estomac.
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons (également appelés IPP) comme le Mopral Pro, calment la douleur de l'estomac.
  • Des antalgiques, comme le paracétamol, permettent de soulager la douleur. Maximum 3 g par jour.

"Attention avec la prise d'ibuprofène (anti-inflammatoire) qui peut déclencher une ulcération parfois dangereuse", alerte notre interlocutrice. "Il est contre-indiqué chez la femme enceinte et l'enfant, et en cas d'insuffisance rénale".

Quels traitements homéopathiques pour le mal de ventre ? 

Le mal au ventre est très fréquent. Cette douleur peut survenir isolément ou s'accompagner de symptômes comme des nausées, de la constipation ou de la diarrhée. La plupart du temps, ces troubles digestifs sont sans gravité, mais ils peuvent parfois miner notre quotidien, surtout s'ils sont récurrents. L'homéopathie peut aider à pallier ces petits problèmes. Claire Saunier conseille : 

Ballonnements

  • Carbo Vegetabilis 5 CH : Vous vous sentez ballonné après les repas, notamment après avoir abusé de matières grasses : prenez de trois granules avant chaque repas (15 minutes avant).
  • China rubra 5 CH : Les ballonnements touchent à la fois l'estomac et le ventre, vous avez une forte soif avec une tendance à la diarrhée : la China Rubra 5CH avant chaque repas (3 granules).
  • Kalium Carbonicum 5 CH, en suivant la même posologie quand la distension gastrique est immédiate après le repas. Tous les aliments semblent se transformer en gaz.
  • Vous êtes ballonnés entre 16h et 20h, prenez Lycopodium 5CH 3 granules 2 à 3 fois par jour jusqu'à amélioration des symptômes.

Brûlures d'estomac

  • Iris Versicolor 5 CH : Vous ressentez des brûlures d'estomac, une sensation d'acidité après avoir mangé, surtout en position allongée : c'est sûrement des brûlures d'estomac. Vos brulures sont accompagnées d'un reflux. Tout le tube digestif brule. La solution : de l'Iris Versicolor 5 CH, 3 granules avant chaque repas (15 minutes) jusqu'à ce que les symptômes disparaissent.
  • Robinia Pseudo Acacia en 5 CH peut vous aider si vous avez des brûlures d'estomac surtout la nuit. Prenez 3 granules avant le coucher à renouveler dans la nuit si besoin.

Maux de ventre

Chamomilla 9 CH : Pour tous les maux de ventre, soulagé plié en deux et par le chaud. Prendre 3 granules à renouveler 3 fois par jour.

Colocynthis 9 CH : Le mal de ventre peut faire suite à une colère et vous avez du mal à rester en place quand votre ventre vous fait mal. S'il s'agit de spasmes améliorés là encore plié en deux : Colocynthis 9 CH (3 granules 3 fois par jour). Dans ce cas les douleurs peuvent être gastriques ou abdominales, associées à un gonflement de l'abdomen.

Difficultés à digérer

Nux Vomica 7 CH : Si vous êtes de ceux qui somnolent ¼ d'heure après le repas et qui dégrafent vêtements et ceinture en post prandial, Nux Vomica est un remède utile à raison de 3 granules à renouveler après le repas 2 à 3 fois par jours. A privilégier après les excès de table.
"N'hésitez pas à consulter un médecin homéopathe (ou une sage-femme homéopathe si vous êtes enceinte) pour personnaliser le plus possible votre traitement homéopathique", conseille la spécialiste.

Comment éviter d'avoir mal au ventre ?

Un des meilleurs moyens pour éviter les brûlures d'estomac, les ballonnements et les flatulences consiste tout simplement à manger plus lentement. Il est nécessaire de prendre le temps de manger tranquillement, sans stress. Lorsqu'on mange lentement, le plaisir est plus intense et on redécouvre alors les aliments sous un jour nouveau, ce qui permet de les consommer en quantité moindre. Le temps consacré à la mastication, qui permet de broyer les aliments, joue un rôle crucial sur la digestion. "C'est pour cela qu'il faut veiller à être en capacité d'avoir les dents suffisantes pour bien broyer les aliments (notamment les molaires) ou de bien porter sa prothèse dentaire", alerte la généraliste.

La satiété : Le signal de satiété arrive au cerveau après environ 15 à 20 minutes. Lorsque l'on mange trop vite, l'estomac ne dispose pas du temps nécessaire pour se rassasier, ce qui conduit à manger davantage le temps qu'il ne le soit. Les papilles envoient des signaux au cerveau qui en transmet à son tour à l'estomac et à l'intestin. Lorsqu'on mastique trop vite, les signaux sont incorrectement transmis au cerveau. Ainsi, ce dernier les répercute mal à son tour au système digestif, ce qui altère de fait le déroulement correct de la digestion et peut causer ballonnements, brûlures d'estomac et maux de ventre. La consommation des aliments les uns après les autres, un par un, permet de mieux en apprécier la saveur. Ne pas hésiter à prendre 10 minutes supplémentaires à chaque repas. "Il est préférable de ne pas manger devant la tété car l'attention étant portée sur l'écran, le cerveau n'enregistre pas la prise d'aliments".

Cadre alimentaire : Après des repas copieux et festifs, il n'y a pas d'autre choix que de réparer les dommages subis par notre système digestif : il est donc indispensable de compenser les excès provoqués par les repas copieux. Pour éviter la nausée, les ballonnements intestinaux, les flatulences, les brûlures gastriques et les troubles du transit, il est indispensable de reprendre de bonnes habitudes alimentaires. Adopter une alimentation la plus variée possible ou tous les groupes d'aliments sont représentés. Choisir une nourriture légère et équilibrée est fondamental pour tous ceux qui souhaitent retrouver la ligne. Prendre un petit déjeuner comme un roi, un déjeuner comme un prince et un dîner comme un mendiant. Une collation en matinée ou dans l'après-midi permet une diminution du volume des 2 repas principaux. Ne pas faire de diète et ne pas sauter de repas : faire 3 repas par jour. Il est conseillé de faire un repas plus léger plutôt que de sauter un repas.

Consommer moins de sel : Le sel augmente la sensation de faim. D'autre part, selon une étude britannique publiée dans la revue " Hypertension ", le fait de limiter la quantité de sel que les enfants consomment permettrait de limiter leur prise de poids. Retention d'eau 

Consommer davantage de fruits et légumes : Les fruits et légumes sont peu caloriques et riches en vitamines et sels minéraux et fibres. Les fruits et légumes permettent de lutter contre les ballonnements et la constipation.

Boire de l'eau en quantité suffisante : Boire au moins entre 1 litre et 1,5 litre d'eau par jour (24 heures). Boire préférentiellement hors des repas ou bien en fin de repas afin de limiter la dilution des sécrétions digestives. Préférer l'eau plate à l'eau gazeuse. Pensez aux soupes, potages et tisanes.

Eviter de fumer : Le tabac aggrave ou déclenche le mal de ventre.

Sport : La pratique d'une activité sportive régulière, associée à une bonne hygiène et à une alimentation adaptée, permet d'éviter les maux de ventre. Le fait de muscler ses abdominaux fréquemment vous aidera à avoir un ventre plat, mais il vous permettre également d'éviter les maux de ventre. Le vélo, et la natation sont particulièrement indiqués.

Merci au Dr Anne Criquet-Hayot, médecin généraliste au Robert en Martinique, et à Claire Saunier, sage-femme responsable d'unité de soins à l'Hôpital privé de l'Estuaire, titulaire d'un DU d'aromathérapie clinique et scientifique de l'université de Strasbourg et formée au sein de la fédération française des sociétés d'homéopathie.

Troubles digestifs