Etouffement : que faire, quelle méthode ?

Cacahuète chez le jeune enfant, morceau de viande chez l'adulte et la personne âgée... Les raisons de faire une fausse route ne manquent pas quel que soit l'âge. La fausse route est une urgence absolue lorsqu'elle s'accompagne d'emblée d'une asphyxie. Le point sur l'étouffement, avec le Dr Jean Tafazzoli, généraliste urgentiste.

Etouffement : que faire, quelle méthode ?
© pixelaway - 123RF

Définition

L'étouffement est un accident domestique très fréquent, généralement dû à un corps étranger qui vient obstruer les voies respiratoires. Il survient le plus souvent au cours d'un repas : "la personne avale de travers un aliment qui, au lieu de gagner l'œsophage en direction de l'estomac, est propulsé dans la trachée " explique le Dr Tafazzoli. On parle de "fausse route". Chaque année, quelques 4 mille personnes décèderaient d'une fausse route alimentaire, ce qui en fait la deuxième cause de mortalité des accidents domestiques. La fausse route est une urgence absolue lorsqu'elle s'accompagne d'emblée d'une asphyxie. 70 % des CE bronchiques concernent des enfants âgés de 1 à 3 ans : c'est le syndrome de la cacahuète dérobée sous la table basse le samedi soir !

Fausse route partielle

Si les voies respiratoires ne sont que partiellement encombrées, la personne éprouve des difficultés à parler et à respirer mais peut parvenir à tousser suffisamment pour expulser le corps étranger : on parle de fausse route partielle. 

Quelles sont les causes ?

Comme le détaille le Dr Tafazzoli, les causes de la fausse route sont nombreuses : 

  • L'alcoolisation : Elle diminue le réflexe laryngé de déglutition.
  • L'utilisation de collutoires anesthésiant (Colludol®, Angispray…).
  • La forme de l'aliment : dur et rond (cacahuètes, pistaches, bonbons durs ...).
  • Parler en mangeant peut favoriser.
  • Chez les personnes âgées qui mâchent plus difficilement et qui ont une diminution du réflexe de déglutition, 
  • La prise de certains médicaments anxiolytiques.
  • Certaines maladies neurologiques : parkinson, neuropathie, démence, accident vasculaire cérébral …
  • Suite à une chirurgie orl.
  • Suite à une Intubation de plus de 3 jours.
  • Cancer ORL.

Les fausses routes sont aussi fréquentes chez le nouveau-né et le nourrisson : elles peuvent alors être dues à un dysfonctionnement du pharynx par immaturité des cartilages, à une prématurité ou encore à une malformation (œsophagienne, laryngée ou cardiovasculaire). Elle peut aussi être favorisée par une tétine trop percée ou une mauvaise position lors de la tétée. 

Symptômes

L'étouffement entraîne une toux mais cette action réflexe est parfois impossible lorsque les voies sont totalement obstruées. Dans ce cas, la personne ne parvient pas non plus à parler ni même à respirer. Ce type d'étouffement est une urgence.

La fausse route peut évoluer en deux ou trois phases :

  • Phase de pénétration dans la trachée : la victime est prise d'une toux brutale et d'une difficulté respiratoire. "Elle s'agite, se lève, porte la main à sa gorge, ne peut plus parler et se met à pâlir puis à bleuir " décrit notre médecin.
  • S'ensuit une phase d'immobilisation du corps étranger à un niveau quelconque de l'arbre respiratoire, lorsque la toux s'est avérée inefficace pour l'expulser. Tout dépend donc de sa forme et de son volume. "Un corps étranger qui obstrue toute la trachée peut provoquer un arrêt cardio-respiratoire et être mortel en quelques minutes ". Mais le corps étranger peut également se retrouver coincé dans l'une des bronches (à droite le plus souvent car elle est plus haute), permettant à l'autre poumon de pallier l'asphyxie. "Il provoque alors un gène thoracique : nous ne sommes plus dans le cadre de l'urgence absolue, mais le corps étranger risquant de migrer dans le poumon, le patient doit être rapidement pris en charge par un pneumologue pour subir une fibroscopie ".

Complication post-fausse route :

Phase de complication : le corps étranger peut s'infecter et infecter les structures alentours. Cette phase survient dans les semaines qui suivent la fausse route si elle n'a pas été prise en charge. "Si le corps étranger part dans la trachée et se loge dans les voies aériennes supérieures, il peut également provoquer une pneumopathie récidivante " précise le Dr Tafazzoli. Il est alors impératif d'extraire le corps étranger au bronchoscope rigide.  

Que faire ? Méthodes et gestes à connaître

L'attitude à adopter en cas de fausse route est différente selon le niveau de gravité de la situation. 

Si la fausse route est totale et que la personne est en situation d'asphyxie : il est primordial d'appeler le 15 et de pratiquer une manœuvre d'expulsion en attendant les secours. "On essaiera en premier lieu de donner 5 claques vigoureuses, main à plat, dans le dos entre les deux omoplates de la victime " explique l'urgentiste. En cas d'échec, on peut pratiquer la manœuvre d'Heimlich, "bien qu'elle soit un peu remise en question en raison du risque de fracture du sternum " précise le médecin" il faut donc veiller à adapter sa force au profil de la victime". Placez-vous debout dans le dos de la victime, les bras autour de son abdomen. Appuyez votre poing au-dessus de son nombril, paume en bas, la deuxième main sur la première, et faites plusieurs tractions brèves vers le haut et en arrière, de façon à expulser le corps étranger sous l'effet de la pression. S'il s'agit de vous-même, laissez-vous choir sur l'abdomen, sur le dos d'une chaise (auto-Heimlich). Si la fausse route est partielle et que la personne peut respirer, toute manœuvre d'expulsion est interdite car elle peut provoquer le déplacement du corps étranger et boucher les voies respiratoires. Il faut alors maintenir la personne en position assise ou debout et la transporter aux urgences. 

Étouffement bébé : que faire ?

La méthode de Heimlich ne doit pas être appliquée chez l'enfant de moins de 2 ans. Il existe pour les nourrissons, il existe une autre technique : la méthode de Mofenson.

1 : le secouriste est assis.

2 : il pose le bébé à plat-ventre sur son avant-bras, lui-même posé sur sa cuisse pour soutenir le tout.

3 : la tête du bébé est alors vers l'avant, l'extérieur.

4 : le pied de la jambe ainsi sollicitée est posé au sol un peu en avant, de manière à ce que la tête du bébé soit penchée légèrement vers l'avant et le bas.

5 : avec son autre main, le secouriste tapote le dos du bébé, entre ses omoplates, avec la paume de sa main ouverte. Il faut mettre assez de force, et en même temps tenir compte de la fragilité du nourrisson.

Sensation d'étouffement à l'endormissement : pourquoi ?

Il est courant de se réveiller brutalement au milieu de la nuit avec l'impression d'étouffer, comme si quelqu'un avait mis un oreiller sur notre tête. Ça peut être le signe de pauses respiratoires nocturnes, provoquées par un relâchement du larynx. Si ces pauses respiratoires sont fréquentes et prolongées, on parle d'apnée du sommeil "l'IAH (Indice d'Apnée/ hypopnée) permet d'évaluer la sévérité de l'apnée du sommeil. Il doit être supérieur à 30 pour que le diagnostic d'apnée du sommeil soit réellement posé " explique le Dr Tafazzoli. Les symptômes de l'apnée du sommeil peuvent être : un mal de tête au réveil, une fatigue diurne, des cauchemars récurrents (impression de tomber dans le vide), la sensation de mort imminente, des troubles de l'humeur et des troubles de la libido. 

Sensation d'étouffement en fin de grossesse : pourquoi ?

En fin de grossesse, la prise de poids moyenne de la femme est de 9 à 13 kg, avec un bébé qui pèse entre 3 et 4 kilos, comprimant la cage thoracique et donc les poumons. Le moindre effort essouffle et la sensation d'étouffement est fréquente. On recommande alors aux femmes de pratiquer les exercices de respiration appris pendant les cours d'accouchement sans douleur. "On conseille également de dormir légèrement surélevé pour éviter la compression du diaphragme " précise le médecin.  

Merci au Dr Jean Tafazzoli, généraliste urgentiste et président chez MaQuestionMedicale.fr. 

Symptômes et questions diverses