J'ai tout le temps soif (polydipsie) : pourquoi, que faire ?

Vous avez tout le temps soif même si vous buvez beaucoup d'eau ? Après les repas ? La nuit aussi ? Si cette soif excessive (appelée polydipsie) persiste ou est accompagnée d'autres symptômes, elle peut révéler un problème de santé. Diabète, hyperthyroïdie... 6 causes d'une soif intense avec le Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste.

J'ai tout le temps soif (polydipsie) : pourquoi, que faire ?
© Roman Samborskyi - 123RF

Parfois, on a plus soif que d'habitude. C'est tout à fait normal. Toutefois, si cette sensation de soif intense, que l'on appelle médicalement polydipsie, perdure ou si elle est associée à d'autres symptômes, elle peut révéler un problème de santé. Il est alors nécessaire de consulter un médecin pour en trouver l'origine. Diabète, hyperthyroïdie, alimentation salée... Tour des causes d'une soif intense avec le Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste. 

Combien d'eau doit-on boire par jour ?

Chaque personne a des besoins d'hydratation différents. "Il y a une diversité génétique dans la soif qu'on ne peut pas prédire à ce jour. Certaines personnes ont besoin de boire deux litres d'eau par jour tandis que d'autres ont rarement soif et se contentent d'un litre", explique en préambule le Dr Julien Rousseaux. On a tous besoin d'eau pour faire fonctionner notre corps. Tout au long de la journée, on perd de l'eau par les urines, la transpiration, la respiration (quand on respire, il y a de la vapeur d'eau qui sort), d'où l'importance de boire de l'eau pour compenser ces pertes. "Dans ce processus, le rein joue un rôle de "filtre à café" mais plus élaboré : il est capable de gérer, de manière finement régulée, l'eau, le sucre et certains ions (sodium, potassium...). Et pour que le rein puisse assurer cette fonction de filtre, il faut boire entre 1 et 2 L d'eau par jour. Si on ne boit pas suffisamment, le rein peut "vieillir" prématurément et moins bien fonctionner dans les années à venir", prévient notre expert. 

6 causes possibles d'une soif intense

La chaleur ou le sport

Tout d'abord, il faut parler d'une cause physiologique normale : "s'il fait très chaud, on transpire plus pour éliminer la chaleur. On va tout simplement devoir compenser la perte d'eau en buvant plus. De même, en cas d'activité physique importante, les pertes d'eau via la sueur seront majorées et on va donc avoir plus soif. La transpiration a donc pour but de refroidir la température du corps. Dans ce contexte, la soif est physiologiquement normale et temporaire, il n'y a absolument rien d'inquiétant. En somme, tous les mécanismes qui vont augmenter la chaleur corporelle et la sudation peuvent entraîner une majoration de la soif", explique notre médecin nutritionniste.  

Un diabète insipide

L'hormone antidiurétique (ADH ou vasopressine) est une hormone produite par une glande du cerveau appelée l'hypothalamus. Elle agit sur un récepteur au niveau du rein et permet de réguler le volume des urines. "Chez les personnes qui ont une lésion cérébrale suite à un traumatisme causé par une opération ou un accident, ou suite au développement d'une tumeur, la sécrétion de cette hormone peut être diminuée, ce qui va augmenter le volume des urines et donc la fréquence des mictions. Comme ces personnes vont beaucoup uriner, elles auront davantage soif pour compenser cette perte d'eau", décrit le médecin nutritionniste. Ce dérèglement de l'hormone antidiurétique est la cause d'une pathologie que l'on appelle le diabète insipide, qui n'a rien à voir avec le diabète de type 1 ou 2. De la même façon, si le récepteur au niveau du rein ne fonctionne pas correctement (à cause d'une pyélonéphrite par exemple), l'hormone ADH ne peut plus freiner le volume des urines et par conséquent, la personne perdra trop d'eau et aura très soif. C'est ce qu'on appelle un syndrome polyuropolydipsique qui est caractérisé par un volume urinaire supérieur à 3 L par jour. Il associe une envie fréquente d'uriner à une soif insatiable, de jour comme de nuit. 

Un diabète de type 1

La soif excessive est l'un des symptômes d'alerte du diabète de type 1. Le diabète est dû à un dysfonctionnement du pancréas. "Dans le cas du diabète de type 1, c'est notre propre corps qui attaque le pancréas. Sa capacité à produire de l'insuline est altérée. L'insuline est une hormone qui aide le sucre à pénétrer dans les organes et les muscles. Si elle n'est pas produite en quantité suffisante, le sucre ne peut plus atteindre les organes et les muscles. Ainsi, le sucre reste dans le sang et sa concentration augmente. En parallèle, la baisse d'insuline va activer une enzyme qui va puiser dans les réserves de gras (la lipase hormono-sensible). En brûlant les graisses, des corps cétoniques (des acides) vont se former. La personne atteinte d'un diabète de type 1 a donc une augmentation du sucre et de corps cétoniques dans le sang. Or, le corps ne peut pas tolérer des niveaux trop importants de sucres et d'acidité. Il doit les éliminer à travers les urines. Résultat : la personne aura tendance à uriner beaucoup et à avoir très souvent soif pour compenser cette diurèse", détaille notre interlocuteur. En général, ce type de diabète survient chez les personnes jeunes (10-15 ans) et pas forcément en surpoids. L'examen clinique, l'interrogatoire et la réalisation d'une bandelette urinaire permettent d'orienter le diagnostic : la personne urine beaucoup (urines avec une odeur d'acétone), boit beaucoup (jusqu'à 8 à 10 L par jour) et perd du poids rapidement

Un diabète de type 2

"A cause d'une surcharge en graisse accumulée au fil des années, le pancréas du diabétique de type 2 se fatigue progressivement, fonctionne de moins en moins bien et, à la fin, n'arrive plus à sécréter suffisamment d'insuline. L'insuline étant mal secrétée et moins efficace, le sucre pénètre moins bien dans les organes et les muscles. Comme dans le diabète de type 1, le sang présente un taux de sucre trop élevé et ce sucre devra être évacué par les urines", indique le Dr Rousseaux. Ce processus est plus progressif et beaucoup moins brutal que pour le diabète de type 1. Dans le cas du diabète de type 2, le syndrome polyuropolydipsique est plus léger et pas toujours systématique. Concernant le diagnostic, la réalisation d'une bandelette urinaire va permettre de détecter la présence de sucre mais rarement de corps cétoniques dans les urines. Une glycémie à jeun peut également être pratiquée pour déterminer le taux de sucre dans le sang.  

Un problème de thyroïde

En cas d'hyperthyroïdie, la glande thyroïde s'emballe et les hormones thyroïdiennes sont sécrétées de façon trop importante. "Ces hormones agissent comme un stimulant du métabolisme qui va fonctionner à plein régime. Cette hyperactivité de l'organisme fait augmenter la température corporelle, cette température est notamment régulée par une augmentation de la transpiration. Et pour compenser ces pertes d'eau, la personne a besoin de boire davantage", développe notre interlocuteur. 

Bouche sèche

Une soif intense peut être due à un dessèchement de la bouche (xérostomie) à cause, dans la majorité des cas, des glandes salivaires qui ne produisent pas assez de salive (hyposialie). Ce dessèchement buccal, plus fréquent chez les personnes âgées, peut être lié à la prise de certains médicaments comme les anticholinergiques, certains anti-hypertenseurs, les diurétiques, les neuroleptiques qui peuvent avoir comme effet secondaire d'assécher les muqueuses. Si la sécheresse persiste et est gênante, il convient de consulter son médecin pour potentiellement adapter le traitement si celui-ci est en cause. 

J'ai toujours soif la nuit : pourquoi ?

Le fait d'avoir, de manière inhabituelle, très soif la nuit peut faire suspecter un diabète. Dans ce cas, la soif est toujours associée à une diurèse importante. Cela peut être dû au fait que vous n'avez pas assez bu avant de dormir, que vous avez dîné très salé ou très sucré. Si la soif pendant la nuit persiste, il convient de consulter un médecin pour déterminer la cause d'une soif intense et envisager une prise en charge adaptée.  

J'ai toujours soif après les repas : pourquoi ?

La sensation de soif est exacerbée par la consommation d'aliments très salés. Si on mange trop salé, l'excès de sel (chlorure de sodium) fait sortir l'eau hors des cellules pour maintenir un équilibre. Résultat : les cellules se retrouvent asséchées et ont besoin davantage d'eau pour se réhydrater, d'où la sensation de soif. De la même façon, on a tendance à avoir plus soif quand on boit de l'alcool ou qu'on mange sucré. Les cellules, en manque d'eau, envoient un signal au cerveau pour vous faire comprendre qu'elles ont besoin d'eau, d'où la sensation de soif. 

Que faire si on a toujours soif ?

Dans un premier temps, il convient de consulter son médecin généraliste qui analysera la concentration des urines et pourra faire des dosages de certaines hormones pour savoir s'il y a un problème au niveau hormonal. Si un diabète est suspecté, il prescrira la réalisation d'une bandelette urinaire (directement au cabinet) et d'une glycémie à jeun. Il pourra également, si besoin, orienter son patient vers un spécialiste. En cas de suspicion d'origine cérébrale, une IRM peut être pratiquée pour déceler d'éventuelles lésions sur la zone qui sécrète l'hormone antidiurétique. 

Merci au Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste Elsan. 

Symptômes et questions diverses